Sherlock Heml'os mène l'enquête de Jim Razzi

Premières pages

Sherlock Heml’Os, détective de renommée mondiale, vit à Nicheville (États-Unis). Avec l’aide de son fidèle ami Ouahtson, il résout tous les mystères, élucide les affaires les plus ténébreuses et confond les coupables. Aucun indice n’échappe à son oeil de lynx. Aucun problème n’est trop complexe pour son cerveau surdoué.

Sur les traces de Sherlock Heml’Os, exerce tes talents de détective ! Chacune des histoires de ce livre te propose une énigme à résoudre. Ouvre l’oeil : il y a toujours un indice pour te mettre sur la voie …

Avec Sherlock Heml’Os et Ouahtson, c’est à toi de mener l’enquête. Élémentaire, mon cher lecteur !

Mon avis

Je suis aussi intelligent que Sherlock Heml’Os. Je suis très très fière parce que c’est pratiquement être aussi forte que Sherlock Holmes. Par contre Ouahtson (n’est-ce pas que les noms des personnages sont bien trouvés) est très très bête alors que Watson quand même pas trop.

Comme vous l’avez compris, j’ai trouvé les neuf énigmes (destinées à des enfants de primaire) mais pour trois j’ai du relire des passages … Les difficultés sont donc assez variables. Certaines sont un peu du genre « Quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV ? » mais d’autres’, notamment celle avec l’identification de traces de pas, m’ont donc demandé un peu plus de cervelle. Les histoires sont toutes drôles, fraîches et vivantes (même pour une adulte qui aime mener des enquêtes).

C’est un livre qui est une très bonne idée par exemple à lire à un enfant de six ans pour chercher ensemble les énigmes, ou bien pour un enfant un peu plus âgé de le lire seul. On voit ainsi que dans une histoire tous les mots sont importants (en général les tout-petits le savent très bien) pour bien comprendre …

Comme vous l’avez compris, c’est un livre que j’ai beaucoup aimé et que je recommande si vous avez des enfants qui sont des graines d’enquêteurs !

Références

Sherlock Heml’Os mène l’enquête de Jim RAZZI – traduit de l’américain par Marianne Costa et illustré par Jean-François Martin (Livre de poche jeunesse, 1998 et 2003 pour les illustrations)

Sherlock Holmes et le mystère du Haut-Koenigsbourg de Jacques Fortier

Quatrième de couverture

1909. La France a perdu la guerre de 1870 et l’Alsace-Lorraine est entrée dans le IIe Reich. Son nouveau maître, Guillaume II, investit son énergie et ses précieux Goldmarks dans la région. Mais derrière l’intérêt qu’il semble afficher pour l’Alsace, se cachent peut-être d’autres projets… Pourquoi s’est-il pris de passion pour cette vaste ruine qu’est le château du Haut-Koenigsbourg, pourquoi s’acharne-t-il à la relever et pourquoi, depuis que le bâtiment a été inauguré, y reçoit-il secrètement son état major ?

Dans la campagne anglaise, Sherlock Holmes goûtait aux joies de la retraite ; cette affaire autour de la forteresse va l’obliger à reprendre du service. Voilà donc le détective le plus célèbre de tous les temps qui débarque en Alsace. Qui est un ami ? Qui est un espion ? Élémentaire mon cher Watson …

Jacques Fortier est journaliste aux Dernières Nouvelles d’Alsace à Strasbourg, et correspondant du Monde. Il avait auparavant travaillé au Nouvel Alsacien (Strasbourg), puis comme rédacteur en chef de France Bleu Alsace (Radio France).

Il a écrit Sherlock Holmes et le mystère du Haut-Koenigsbourg en hommage à Sir Arthur Conan Doyle (1859-1930), pour le cent cinquantième anniversaire de la naissance du créateur du grand détective.

Mon avis

J’ai beaucoup beaucoup aimé ce pastiche de Sherlock Holmes pour plein de raisons. D’abord parce qu’il se situe dans une région que j’ai visité plusieurs fois et que j’adore : l’Alsace, plus précisément près de Sélestat au château du Haut-Koenigsbourg. Si vous ne voyez pas du tout la tête de ce château, je vous conseille d’aller voir les images sur la page wikipedia. Il est très différent de tous les château que l’on peut voir dans le reste de la France pour deux raisons : parce que c’est l’Alsace (et qu’elle a été pas mal allemande ; du coup il y a un mélange des cultures et des traditions vraiment très intéressants dans cette région) et parce que la reconstruction date d’il y a un peu plus d’un siècle et a été effectué par un Allemand Bodo Ebhardt (un peu comme le château de Pierrefonds a été reconstitué par Viollet-le-Duc ; on en parle d’ailleurs dans ce livre).

Le premier chapitre du livre est très intéressant car il restitue de manière habile l’histoire du château, vue du point de vue de la narration. Les faits historiques sont apparemment réels mais l’auteur y glisse des indices pour la suite de son histoire. On comprend qu’il y a quelque chose de cacher au Haut-Koenigsbourg depuis le temps de Frédéric Barberousse et que ce quelque-chose a été largement convoité au cours des générations. Cependant il est toujours au château. Sherlock Holmes et le docteur Watson sont chargés, par Mycroft frère de Sherlock, de récupérer le quelque chose même si ils ne savent pas quoi. Leur couverture est le fait d’écrire un petit traité sur les châteaux en reconstruction. Ils passent rapidement à Pierrefonds pour arriver au Haut-Koenigsbourg. Là, l’enquête commence. Au bout de la moitié du livre, on a l’impression que Sherlock Holmes ne sait toujours pas où il en est. Vingt pages plus loin, on se dit que c’est nous qui ne sommes pas de très bons détectives. Sherlock Holmes a trouvé bien évidemment ! Jacques Fortier avait mis tous les indices entre nos mains ; seul Sherlock a su les décrypter de manière efficace. Tout au long de cette partie, il s’agit surtout d’une phase de réflexion et d’interrogatoires. On découvre l’Alsace, les Alsaciens, le château (on retrouve très bien l’atmosphère).

Après, les deux compères agissent ensemble pour récupérer le fameux objets. Ils déjouent des pièges, des fausses pistes qu’on leur a délibérément tendu. L’action s’emballe mais reste crédible, dans la lignées des écrits de Conan Doyle.

La bonne nouvelle c’est que sur la tranche du livre, il y a un numéro 1. On peut donc penser qu’il y aura un numéro 2 des enquêtes rhénanes (de Sherlock Holmes ? je l’espère) D’après le site de l’éditeur, cela devrait être en octobre !

D’autres avis sur la page de l’éditeur consacré à ce livre.

Références

Sherlock Holmes et le mystère du Haut-Koenigsbourg de Jacques FORTIER (Le verger éditeur – Les enquêtes rhénanes, 2009)

Le signe des trois, c'est quoi ?

Je suis pratiquement sûre que le signe des trois cela vous rappelle quelque chose. Mais vous ne savez plus quoi ? Le signe des deux ? non ? Le signe des quatre ? Cela doit normalement faire déjà beaucoup plus tilt dans votre tête. Sinon, je vous aide un peu. Le signe des quatre est une aventure de Sherlock Holmes. Si cela n’a pas fait tilt dans votre tête, votre cas n’est pas désespéré mais il faut absolument que vous alliez jusqu’au bout de ce billet …

Pour les autres, cela veut dire que vous avez une histoire, plus ou moins grande avec Sherlock Holmes. Figurez-vous que moi aussi. Quand j’étais petite, Sherlock Holmes, c’était le dessin animé où c’était un renard et Watson un chien (maintenant que j’y repense, c’était très imagé, non ?) Pour les afficionados, je viens de découvrir qu’il existait en DVD. Après je me rappelle avoir lu le chien des Baskerville, en tailleur, aux pieds de ma mère qui était en train de faire de la couture. J’ai lu une première fois les nouvelles de Sherlock Holmes à treize ans et depuis je l’aime d’amour et il est un modèle pour moi. Il est connu dans ma famille que j’aurais dû être détective privé … Après il y a eu les DVD de Jeremy Brett qui me console de tout (c’est mon frère qui me les a offert après une nuit blanche à l’aider à rédiger un rapport sur MIFID). Sherlock Holmes et moi, cela dure depuis longtemps.

Alors quand Matilda et Marion m’ont proposé d’être la troisième de la Société Sherlock Holmes des blogueurs, autrement dénommée Le signe des trois, j’ai sauté sur l’occasion de partager mon amour avec d’autres ! Je suis comme ça, je suis partageuse. Le truc, c’est que la SSHB, c’était pris par les Belges qui sont détenteurs de plein d’idées excellentes puisque que leur société s’appelle aussi Le peloton des cyclistes solitaires (c’est le meilleur nom de société à mon avis que l’on puisse trouver). Donc il a fallu trouver d’autres idées et de la tête de Matilda est sorti la SSHD, Société Sherlock Holmes des Dilettantes. Du coup j’ai regardé dans mon dico et je trouve que cela correspond très bien au projet (à croire que Matilda a des gènes belges). Mais au fait quel est le projet ? Il faut lire la suite …

La SSHD c’est quoi ?

Une société pour le moment uniquement présente sur internet et plus particulièrement les blogs ; les sites internet qui seraient intéressés sont bien sûr les bienvenus. Une société au service du Maître et à promouvoir son image dans le monde entier (on prendra son contrôle et établirons une dictature plus tard).

Comment ?

En organisant une sorte de challenge perpétuel. Pas de limite de temps, ni de liste fixe de livres à lire. Aucune contrainte sauf qu’à chaque publication de billets holmésiens (donc en rapport de près ou de loin avec Sherlock Holmes) (pastiches, canon original de Conan Doyle, BD, films, séries) il faudra apposer le logo de la Société (que vous trouvez sur cet article ; vous avez le choix entre le grand carré, ou le petit bandeau!).

Les trois fondatrices, c’est à dire Matilda, Marion et moi auront d’autres tâches en plus de celle-ci :

  • Chaque mois nous ferons le point sur les développements de la SSHD (s’il y a développements à remarquer), et ferons un récapitulatif des billets publiés par les membres et nous-mêmes. En les classant en différentes catégories, qu’ils soient livresques, filmesques, picturalesques ou rocambolesques. Ces récapitulatifs mensuels seront ensuite ajouté au sommaire général des membres et des fondatrices auquel vous pouvez accéder grâce à une page spéciale (c’est juste à droite si vous n’avez jamais remarqué).
  • Nous publierons également, à tour de rôle, soit tous les deux mois, soit tous les mois, un récapitulatif des sorties holmésiennes. Que ce soit celles des livres (pastiches, rééditions, nouvelle trad., BD et album), des sorties DVD ou autres.
  • Nous publierons en outre, à loisir, des articles plus « généraux » sur Sherlock Holmes. Que ce soit une biographie de Conan Coyle, une liste de pastiches, un article parlant des différents illustrateurs, traducteurs, ou bien encore des objets originaux et étranges que les holmésiens collectionnent (les sherlockineries).
  • Et si d’aventure notre projet rencontre de l’enthousiasme et que quelques membres s’inscrivent nous feront évoluer les activités de l’association vers de traditionnels SWAP, rencontres, livres voyageurs, discussions multiples et échanges de bon procédés holmésiens.

On fait comment pour s’inscrire ?

C’est très simple. Il vous suffit de le signaler sur l’un ou l’autre de nos blogs (dont voici les liens ici et ici, et où un article du même genre est présent).

Puis de publier vous-mêmes un article sur le sujet en expliquant ce que je viens de vous expliquer, en mettant en liens vers nos blog et en apposant le logo.

Il faudra ensuite créer une catégorie sur vos blogs qui se nommera naturellement « Le signe des trois : La société Sherlock Holmes des Dilettantes ». Laquelle catégorie sera remplie de vos billets holmésiens (les critiques de livres ne sont pas obligatoirement à mettre dans cette dernière, faites comme vous le sentez).

Il faudra également, dans le mesure du possible que le logo soit présent dans vos modules et visible afin de faire découvrir l’association au plus grand nombre.

Et c’est tout ?

Oui ! Pour ceux qui veulent s’en tenir à cet état de choses c’est tout ce que nous demandons. Mais pour ceux, qui comme nous, sont trop mordus pour se freiner, il y a un niveau supérieur qui ressemble à celui des fondatrices :

  • Hors les billets sut les livres et films, vous pouvez vous aussi faire des articles généraux (voir plus haut), en vérifiant bien sûr que l’on n’aura pas traité le sujet au préalable ou alors que vous apportez une information que l’on aura oublié.
  • Vous pouvez également créer des livres voyageurs sur le thème holmésien et mettre le logo dans vos signatures de forums et harceler vos amis avec notre Société.

On peut commencer quand ?

Maintenant.

Et c’est jusque quand ?

Jusqu’à la fin de l’éternité, qui comme on le sait est assez longue.

… Vous êtes encore là ? Filez vous inscrire bon sang de bonsoir !

Enquête sur Sherlock Holmes de Bernard Oudin

 

 

Je suis allée hier à la librairie : vous allez me dire encore !!! J'attendais pour payer quand j'ai regardé la tour des Découvertes Gallimard. J'ai alors vu ce magnifique ouvrage que, en tant que fan de Sherlock Holmes, je voulais lire depuis longtemps ; je ne l'avais malheureusement pas trouvé d'occasion (première édition : 1997). Je ne le regrette pas car ici, c'est un ouvrage remis à jour avec plein de références de nouveaux livres tirés des aventures de Sherlock Holmes.

On y apprend plein de choses. On sait que l'illustrateur des aventures de Holmes et Watson, pour le Strand Magazine, est Sidney Paget. Celui-ci avait un frère Walter qui était aussi dessinateur. Initialement, les gens du magazine voulaient confier à Walter les illustrations mais par erreur, ils s'adressèrent à Sidney. Pour la peine, Sidney donna à Holmes les traits de son frère. L'auteur nous rappelle que la casquette à double visière, la pipe recourbée ou le "Elémentaire, mon cher Watson!", dont il n'arrive pas à dater l'apparition, ne sont pas des inventions de Arthur Conan Doyle.

On découvre aussi qu'Asimov, Franklin Roosevelt et Harry Truman faisaient partie des "Baker Street Irregulars", qui désigne le première association holmésienne au monde, fondée en 1934. 

Bernard Oudin explique aussi que le texte fondateur de la science holmésienne, l'art de faire dire aux aventures de Holmes tout ce que Doyle ne s'était jamais imaginé sur son héros, Studies in the Litterature of Sherlock Holmes (texte d'une conférence donnée par Monseigneur Ronald Knox au Trinity College en 1911) avait seulement "pour but de tourner en ridicule, en les parodiant, les méthodes d'analyse littéraire de certains critiques". 

Une petite déception pour moi : dans l'édition Omnibus des aventures de Holmes et Watson, il manque une nouvelle.

Un très bon livre pour les fans de Sherlock Holmes !

Références

Enquête sur Sherlock Holmes de Bernard OUDIN (Découvertes Gallimard, 2009)