Murder on the Moor de C.S. Challinor

(Il est évident que j’ai choisi ce titre pour murder, moor et la couverture en tartan.)

Un de mes grands talents est de découvrir les séries par le milieu. À lire les autres blogs, c’est un talent que je partage avec beaucoup de lectrices. Ici, j’ai fait encore pire puisque j’ai commencé par le quatrième tome et dernier paru de la série.

C.S. Challinor est américaine. Elle est née dans l’Indiana et habite actuellement en Floride. Par on ne sait trop quel miracle, elle a été à l’école (apparemment cela se situe après le bas) en Angleterre et en Écosse. Elle a des diplômes en latin et en français de l' »University of Kent, Canterbury » et a même un diplôme de russe, qu’elle a obtenu à l’Institut Pouchkine de Moscou. Je ne sais pas trop pourquoi l’éditeur nous précise tout cela parce que franchement cela n’a rien à voir avec la choucroute. Il aurait écrit « elle a vécu en Écosse pendant ses études », cela m’aurait amplement suffit.

Le personnage principal de la série de C.S. Challinor est Rex Graves. Il est visiblement comme un procureur de la Haute Cour de Justice d’Édimbourg. Il est veuf et a rencontré dans un des tomes précédents une jeune femme qui s’appelle Helen. Il vient de lui acheter un manoir (une très grosse maison que je n’hésiterais pas à appeler château si j’étais elle) où elle a son propre lac (un où il y a un monstre, comme dans le Loch Ness). Même qu’à la fin, il offrira une bague à son amoureuse. C’est mon résumé de la situation mais C.S. Challinor dit que le château est à Rex et qu’il l’a acheté pour vivre en paix son amour avec Helen car à Édimbourg, il vit avec sa mère. Ce qu’il faut retenir c’est que la demeure est isolée, qu’elle est reliée au monde par un chemin de terre qui devient chemin de boue en temps de pluie et que les habitants du village d’à côté sont farouches.

Tout cela n’aide pas, surtout quand on pend sa crémaillère comme Monsieur Graves. Il invite des gens qui ne sont pas ses amis et qu’il n’aime visiblement pas trop (?????) En plus, il y a une de ses ex, Moira, qui arrive à l’improviste chez lui, après des années de silence. Ils boivent pendant que dehors, le temps est des plus humides. Ils ne peuvent donc repartir après la soirée et Rex est obligé d’héberger tout le monde. Il y a des disputes, des chuchotements, des tensions … À cela s’ajoute, un tueur d’enfants qui rodent sur la lande. L’ambiance est donc angoissante. Au matin, tout le monde est vivant sauf Moira, qui est retrouvée au milieu du lac d’Helen. Les pneus des voitures sont lacérés, le téléphone coupé, les téléphones portables ont disparu. La salle de bain de Rex est inondée (le pauvre, il a déjà mis une fortune pour tout rénover). Les journaux télévisés annoncent que le tueur d’enfants a fait une nouvelle petite victime. La police est donc débordée et Rex va être obligé de tout régler tout seul (apparemment c’est comme d’habitude et en plus il arrive).

Au moment de la lecture, c’est un roman très sympa à lire (et franchement, j’ai bien envie de lire les trois premiers, en sachant que le cinquième sort en mars). On ne s’ennuie pas et on cherche le coupable avec Rex. C.S. Challinor ménage son suspens et opère beaucoup de retournements de situations. Elle nous fait partager en grande partie les déductions de son enquêteur. En faisant le résumé, on se rend facilement compte que C.S. Challinor a plaqué en Écosse les codes du film américain du début d’après-midi, avec tout ce que cela implique de clichés et de bien-pensance. Ce qui sauve le tout finalement et qui rend le livre à peu près crédible, ce sont le personnage principal et les personnages secondaires qui sont incarnés (il n’y a qu’Helen que j’ai trouvé fade et trop en retrait par rapport à Rex ; ils font un bourgeon d’équipe dans la vie mais pas dans les enquêtes (un peu comme Barnaby et sa femme)). Pour un quatrième tome, cela manque peut être d’installations et d’innovation (trop classique pour ce début de 21ième siècle).

Comme je disais, c’est une lecture détente et parfois c’est agréable !

Références

Murder on the Moor de C.S. CHALLINOR (Midnight Ink Books, 2011)

6 réflexions au sujet de « Murder on the Moor de C.S. Challinor »

  1. Les ficelles ont l’air grosses comme des maisons mais oui, une lecture-détente de temps en temps, c’est agréable. Ce qui me retient un peu, c’est le nombre de volumes…

    1. Personnellement, j’ai compris la plupart des choses. L’éditeur n’a pas éprouvé le besoin de mettre des renvois de bas de page pour dire que tel truc s’était passé dans tel volume. C’est que chaque volume doit pouvoir être indépendant. Je suis curieuse et du coup, j’aurais aimé que l’on nous refasse la scène où Rex et Helen tombent en amour. Je lirais les autres et comme cela je saurais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.