Holmes (1854 / 1891 ?) – Livre II : Les liens du sang de Cecil et Brunschwig

HolmesLivreIICecilBrunschwig

Résumé

L’enquête se poursuit dans la jeunesse de Sherlock Holmes. On y voit la rencontre des parents de Holmes, sa chambre. Et même on y apprend que Sherlock Holmes a été amoureux quand il était jeune !!!

Mon avis

C’est toujours aussi génial ! Cette fois-ci, Cecil utilise deux types de dégradés : toujours un de bleu pour 1891 et un de jaune pour les autres périodes. Ces dessins sont toujours aussi beaux. La série doit comprendre neuf volumes : j’espère ne pas avoir à attendre trop longtemps !!!

Références

Holmes (1854 / 1891 ?) – Livre II : Les liens du sang de CECIL (dessin et couleur) et de Luc BRUNSCHWIG (texte) – Futuropolis, 2008.

Holmes (1854 / 1891 ?) – Livre I : L’Adieu à Baker Street de Cecil et Brunschwig

HolmesLivreICecilBrunschwig

Je suis une fan inconditionnelle de Sherlock Holmes ; j’aime lire les livres dont il est le héros (même ceux où c’est Arthur Conan Doyle). Donc impossible pour moi de passer à côté de cette bande-dessinée.

Résumé

Cela commence par la question habituelle : Sherlock Holmes est-il mort en même temps que Moriarty aux chutes de Reichenbach ?

Watson, assisté du jeune Wiggins (devenu avec le temps « détective amateur chaudement recommandé par Monsieur Sherlock Holmes »), va mener l’enquête. On retrouve alors les personnages habituels : le frère Mycroft, le professeur Moriarty ainsi que Arthur Conan Doyle en agent littéraire de Watson.

Mon avis

C’est un coup de coeur à cause du scénario de Luc Brunschwig que j’ai trouvé particulièrement original. En plus, dans ce tome 1, on entrevoit la jeunesse de Holmes peu abordée dans le canon. Les dessins de Cecil tout en dégradé de bleu sont vraiment sublimes : les personnages sont  expressifs et vraiment comme on se les imagine en lisant les livres de Doyle.

Un autre avis

Laurent

Références

Holmes (1854 / 1891 ?) – Livre I : L’Adieu à Baker Street de CECIL (dessin et couleur) et de Luc BRUNSCHWIG (texte) – Futuropolis, 2006.

Mattéo de Jean-Pierre Gibrat (1)

J'ouvre mon blog avec mon avis sur une bande dessinée : je n'en lis pas beaucoup mais en général j'aime énormément. J'ai découvert des supers titres l'année dernière et depuis je fais de très belles découvertes … Je vous en fait partager une !

 

 

Résumé

Collioure – 1914. Le jeune Mattéo vit avec sa mère dans le souvenir du père, anarchiste, qui a fui l'Espagne à cause de ses idées. Il y a aussi son ami Paulin, sa fiancée Juliette et le filsde son patron Guillaume. Quand la guerre éclate, il est pris entre deux feux : sa mère, ardente pacifiste, ne veut pas qu'il s'engage alors que Juliette, aveuglée par l'engagement de Guillaume dans l'aviation,lui soutientqu'il doit y aller. Même son copain Paulin s'engage. Seulement, ce dernier va découvrir la guerre dans l'horreur des tranchée. Quand il arrivera pour dissuader Mattéo, il sera trop tard : il part. Il sera blessé dans les tranchées, soigné à l'hôpital et rentrera chez lui en permission. Il découvre alors que Juliette est fiancé avec Guillaume. Mattéo se saoule, tire sur Guillaume ; on appelle les gendarmes. Il devra être au front dans deux jours. Sa mère pour le protéger l'envoie en Espagne …

Mon avis

L'histoire est vraiment bien. Rien que pour les superbes dessins (surtout la partie sur les tranchées) et le texte, ça vaut le coup de lire cette bande-dessinée. Ceux deux éléments donnent envie de connaître ce qui va se passer pour Mattéo en Espagne. Merci à mon libraire de l'avoir mis en évidence ! 

Référence

Mattéo – Première époque (1914-1915) de Jean-Pierre GIBRAT – Futuropolis.