Moriarty de Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi

Je me suis un tout petit peu mis (mais pas trop) au manga, mais pas trop. Cela a commencé par un article dans Historia, je pense, sur la série Pline, racontant la vie du célèbre Romain. J’ai été accrochée dès le premier tome (le tome 6 vient de paraître, il en reste deux) par les reconstitutions de l’époque mais aussi les trésors d’imagination déployés, tant au niveau du scénario que du dessin. Puis de fil en aiguille, j’en ai emprunté quelques-uns à la bibliothèque. Mais en juin, j’ai reçu un email de pub d’Izneo pour ce manga ; et, j’ai été curieuse. Bien m’en a pris car c’est absolument génial, plein de trouvailles formidables aussi, et surtout à contre-courant du canon holmésien.

XIXè siècle. Angleterre. La famille Moriarty a adopté deux orphelins, « William » et « Louis », et ce à l’instigation de l’aîné des enfants, Albert, qui a rencontré les deux enfants lors d’une visite à l’orphelinat. C’est bien le seul qui est content de les avoir là. Le père a bien voulu céder à son fils, mais uniquement pour pouvoir dire qu’il est un homme bon et charitable. En effet, au moment de l’adoption, Louis était très malade et son adoption lui a permis de se remettre. En permettant à Louis de se remettre et en adoptant la fratrie, le père a fait ce que les convenances victoriennes attendaient de lui. Quand sa femme et son fils, William, le vrai, lui demandent de virer les deux malotrus, car ils ne voient pas pourquoi ils seraient obligés de parler à des gens qui ne font pas partis de leur classe sociale, le père refuse par peur du qu’en-dira-t-on. Le seul qui accueille bien les enfants, c’est Albert qui lui, est complètement, à l’opposé de sa famille. Il ne supporte plus le mépris, la condescendance, le sentiment de supériorité … D’autant que « William » présente une intelligence hors-norme et connaissances énormes pour son âge, surtout en mathématiques, acquises seul dans les livres. Les deux enfants vivent donc mieux qu’à l’orphelinat mais pas dans un paradis : ils doivent supporter les dénigrements, insultes, corvées et autres humiliations. « William » se distrait en se faisant passer en ville pour le vrai William (qui ne sortirait pas de sa calèche) pour parler avec le « tout-venant ») ; il y est très bien apprécié pour les différents conseils qu’il peut donner et impressionne pour ses capacités à prédire le résultat des jeux de cartes. Mais un jour, s’en est trop ; Albert, « William » et « Louis » vont mettre au point un plan criminel pour éliminer, en mettent le feu, la famille Moriarty au grand complet, domestiques compris. Cela fonctionne. Albert hérite du titre, malgré son jeune âge et présente à tout le monde William et Louis comme ses deux jeunes frères. Une nouvelle époque commence.

C’est la première histoire du manga, qui en est composé de trois. Les deux autres se déroulent un peu plus tard. Les trois frères se sont installés à Duhram, où William vient d’avoir un poste de professeur de mathématiques à l’Université (à seulement 21 ans). Il a aussi une activité annexe, celle de conseil, qu’il avait déjà quand il vivait chez les Moriarty, mais là il le fait de manière beaucoup plus sérieuse et officielle. Son principal souci est de venger la veuve, l’orphelin … et les autres des injustices que subissent ces gens à cause de la classe dirigeante du pays, n’hésitant pas à exploiter le monde pour pouvoir maintenir leur train de vie. Le problème est que William Moriarty n’est pas Sherlock Holmes : la vengeance passe dans les deux cas par la mort, avec un petit côté loi du talion. En faisant cela, il s’allie les personnes, qu’il aide, pour la vie et qui lui jurent allégeance. Par contre, on ne sait pas pourquoi et qu’est-ce qu’il fera de ces gens plus tard. En tout, à la fin du premier tome, Molan vient s’installer dans la maison avec les trois frères, promettant un second tome encore plus sanglant.

Je ne suis pas fan des dessins mais je ne m’en cache pas, c’est qui ne m’a jamais attiré dans les mangas. Les personnages semblent avoir tous la même tête. En plus, ils semblent tous avoir le même âge et je ne comprends jamais leurs expressions faciales. Et, pourtant, je regardais les dessins animés du club Dorothée quand j’étais petite … je devrais être habitué, mais non.

Mais là, l’histoire est absolument excellente !  Il y a pas mal de versions sur qui est Moriarty pour Sherlock Holmes, comment est-il devenu le mal absolu … Ici, toutes les réponses ne sont pas encore données mais je trouve que cette histoire d’adoption est bien trouvée, cette volonté de casser ce système de castes correspond bien à l’idée que l’on se fait de l’époque (on retrouve des éléments de la BD Shi, qui est elle aussi une réussite, le premier tome plus que le second). De plus, les vengeances de William sont toujours très malignes et bien trouvées, montrant déjà un esprit très retors. Il veut faire le bien, en utilisant des méthodes répréhensibles. Je me demande comment il se transformera par la suite en ennemi public numéro un.

L’attente du tome 2, jusqu’en septembre, va être très longue.

Références

Moriarty – tome 1 de Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi – traduit du japonais par ?? (Kana, 2018)

Der nasse Fisch de Arne Jysch

J’ai décidé d’écrire aujourd’hui un billet sur une BD, encore … Il s’agit d’une adaptation d’un roman que j’avais lu en français il y a quelques années : Le poisson mouillé de Volker Kutscher, qui était le premier tome des enquêtes de Gereon Rath. J’en gardais un bon souvenir, mon billet m’indique que ma lecture avait été très bonne (pour ne rien cacher, j’ai le tome 2 dans ma PAL et depuis il y a d’autres tomes qui sont sortis et qu’il me plairait beaucoup de lire) et donc quand j’ai vu qu’une adaptation en bande dessinée était sortie, je me la suis offerte et elle a attendu un an dans ma PAL… Comme le titre vous l’indique peut-être, elle n’est pour l’instant disponible qu’en allemand.

Dans la BD, l’action me semble beaucoup plus resserrée que dans le livre (qui faisait tout de même plus de 500 pages alors que la BD n’en fait que 200). Je vais donc raconter l’histoire (de nouveau) mais comme elle est racontée dans la BD. Gereon Rath est envoyé à Berlin, après avoir tué lors d’une intervention un forcené qui était (aussi) le fils d’un notable de la ville. Son père, grâce à ses relations, lui retrouve une place à la police des mœurs de Berlin, ce qu’il vit comme un déclassement après avoir travaillé à la criminelle, d’autant que la police criminelle de Berlin est connue pour son taux de résolution proche de 100%. En attendant, il doit se contenter de ce qu’il a. Son supérieur Bruno l’accueil avec cordialité, l’invite à une fête où il rencontre des anciens de la Première Guerre mondiale, où il apprend une histoire à peine croyable : beaucoup de monde (des malfrats mais aussi la police) est à la recherche du trésor d’une famille russe immigrée après la Révolution russe, la famille Sorokine. Là-dessus, sa logeuse, avec qui il a une aventure dès les premiers jours de son arrivée, lui demande de retrouver son ancien locataire, un russe aussi, qui a disparu depuis deux semaines. Gereon Rath commence à enquêter, se retrouve rapidement à marcher sur les plates-bandes de pas mal de monde. Poursuivi, il en vient lui-même à tuer mais ce n’est rien, car il va y avoir bien d’autres cadavres dans cette histoire … Je rappelle qu’un poisson mouillé est une affaire criminelle non résolue. Ici, ce sera la version officielle mais pourtant le lecteur connaître toute l’histoire. Tout se passe en sous-main dans cette histoire, Gereon Rath enquête de manière officieuse, cela lui permet d’utiliser des méthodes peu conventionnelles.

Arne Jysch a choisi de concentrer son scénario sur les personnages et l’action, laissant aux dessins la reconstitution de la période. Ce choix m’a fait voir des points que je n’avais pas forcément vus à la lecture du roman. L’action est extrêmement complexe et demande beaucoup d’attention à cause du rythme soutenu, dû au resserrement justement ; il y a beaucoup de machinations, de retournements de situations et changement d’alliance entre les différents clans. C’est d’autant plus compliqué qu’ici, la transcription des noms russes est en allemand, que le lettrage ne favorise pas la reconnaissance des noms propres (surtout quand on n’est pas germanophone). Le dessin est ici cependant d’une aide précieuse car les personnages sont dessinés avec précision et sont reconnaissables au premier coup d’œil.

Pour son dessin, l’auteur a adopté les codes du roman noir des années 30 (on le voit bien sur la couverture). Les dessins, en noir et blanc, les postures, les mimiques des visages, les habits, la manière d’agir avec les femmes, la manière d’enquêter, tout est repris d’auteurs comme Raymond Chandler. La reconstitution de ces années va même jusqu’au lettrage des bulles. Le texte, hors dialogue, est écrit en police de vieille machine à écrire.

J’aime beaucoup le personnage de Gereon Rath, avec son caractère ambigu. Sûr de lui, arriviste, ambitieux, manipulateur, il est prêt à tout pour retrouver une (sa) place, quitte à lutter contre la corruption en utilisant des moyens qui ne sont pas hors de critiques. Le caractère est plus marqué par le dessin que par le scénario et le texte. Les personnages secondaires masculins sont plus crapules les uns que les autres. Entre les dealers, les malfrats russes, les policiers véreux, ceux qui vivent dans l’attente d’une prochaine guerre, le lecteur est servi. Les femmes, avec par exemple la logeuse ou la collègue enquêtrice de Gereon Rath, sont-elles extrêmement libérées.

Finalement, Arne Jysch offre une adaptation personnelle, équilibrée et efficace du roman, tant au niveau du scénario que des dessins.

Pour ce qui est du vocabulaire, j’ai compris la plupart du texte, je dirais 85% (mon niveau est en gros B2+). Et le reste, je l’ai compris en regardant les dessins. C’est donc un bon choix de lecture pour les personnes souhaitant pratiquer leur allemand, tout en apprenant du nouveau vocabulaire, sans pour autant être stoppé tous les trois mots dans la lecture.

Références

Der nasse Fisch de Arne JYSCH – nach dem Roman von Volker Kutscher (Carlsen / Graphic Novel, 2017)

La fabrique des corps de Héloïse Chochois

L’autre jour, je suis allée à la librairie pour trouver une BD conseillée dans l’émission La Dispute de France Culture. En attendant que la libraire se libère (car bien sûr, je ne trouvais pas toute seule), je regardais les BD sur les tables et je suis tombée sur cet album d’Héloïse Chochois. Au final, je ne l’ai pas acheté et le hasard a voulu que, lors de mon passage à la bibliothèque, la BD se mette sur mon passage (oui, oui, la BD a un cerveau et des jambes et a voulu que je la prenne, moi, Cécile et pour cela elle s’est jeté sur moi).

Ce qui fait que je ne l’ai pas acheté, c’est qu’en regardant uniquement la couverture, on ne sait pas de quoi elle parle. La BD est sous-titrée Des premières prothèses à l’humain augmenté. Sur la quatrième de couverture, on peut lire

Comment depuis l’Antiquité répare-t-on les corps ? Qu’est ce que le membre fantôme ? Jusqu’où irons-nous pour transformer l’humain afin de l’améliorer ?

À travers le récit intime et l’aventure scientifique, découvrez un des défis les plus stupéfiants jamais relevés par la médecine.

En feuilletant le livre, on se doute qu’il y a du contenu scientifique, plusieurs fois, des cerveaux sont représentés par exemple. Mais j’ai été incapable à la librairie de me faire une vague idée de l’histoire. Je vais essayer d’aider les futurs lecteurs à se faire une idée de ce qu’on trouve dans ce livre, car il serait tout simplement dommage de passer à côté d’un chef-d’oeuvre de vulgarisation scientifique.

Dans cette BD, on suit un homme, boulanger de profession, qui vient de se réveiller à l’hôpital, après un accident de moto, avec un bras en moins. C’est dur à accepter (on s’en doute). Toute la partie « personnelle » est racontée sans texte, uniquement avec des dessins. On voit la surprise, les doutes, le découragement, la vie familiale avec sa compagne, le retour de l’hôpital, l’adaptation à une nouvelle vie, professionnelle entre autres. Cette partie « personnelle » sert d’intermède aux quatre chapitres : l’amputation, le membre fantôme, les prothèses, le transhumanisme. Je n’aurais jamais pensé m’intéresser à cela, mais c’est vraiment passionnant, car très bien expliqué (je le redis au cas où cela ne soit pas clair).

Ces chapitres sont eux faits de textes et de dessins. L’homme (le boulanger) rencontre à l’hôpital, Ambroise Paré, qui sort d’un tableau, pour lui expliquer tout ce qu’il y a à savoir sur l’amputation. Il sera son (notre) guide dans tout le livre. Pourquoi Ambroise Paré ? Il était tout simplement chirurgien du roi et des champs de bataille au XVIième siècle. Par la mise au point de nouvelles techniques chirurgicales (notamment la ligature des artères), il a « inventé » l’amputation moderne et a grandement participé à l’augmentation du taux de survie suite à ce type d’opération.

Le premier chapitre commence donc par un historique de l’amputation (où on voit que les guerres ont permis, par le nombre de patients, de faire des pas de géants dans la technique), pour se terminer par une description détaillée de la manière dont se passe une amputation.

Le deuxième chapitre se concentre sur l’explication du membre fantôme, c’est-à-dire les douleurs ressenties par la personne opérée dans le membre qu’ils n’ont plus. Pour illustrer pourquoi je parle de chef-d’oeuvre de vulgarisation scientifique, je vais tenter d’expliquer avec du texte seulement, ce qui est expliqué si brillamment en texte et en dessins (tout ce qui est cité est entre guillemets, comme d’habitude). On distingue deux systèmes sensitifs, le système lemniscal et le système extra-lemniscal. Le système lemniscal gère la « sensibilité fine et précise », qui permet de « différencier des pointes fines très proches l’une de l’autre, de distinguer les matières », mais aussi la sensibilité profonde. Le système extra-lemniscal gère lui plutôt la douleur. Il prend plus ou moins le même chemin dans le corps humain, mais est plus lent car il utilise d’autres types de récepteurs. « La voie rapide de la sensibilité module celle plus lente de la douleur ». Le système lemniscal inhibe progressivement la sensation de la douleur, pour qu’une fois arrivé au cerveau, la sensation de la douleur soit moindre que celle normalement ressentie sans le système lemniscal ; on parle de « contrôle segmentaire ». Pourquoi le membre fantôme ? « Lors d’une amputation, parfois, les terminaisons nerveuses sectionnées bourgeonnent en névromes. Ces derniers peuvent envoyer des influx électriques anormaux. » Comme il n’y a plus de membres, il n’y a plus de système lemniscal, et donc plus d’atténuation de la douleur. « Les informations arrivent directement au schéma corporel du cortex sur lequel [le membre] est encore représenté », d’où les douleurs. Si vous n’avez pas compris, ne vous inquiétez pas car dans la BD, c’est bien mieux expliqué puisqu’il y a les dessins. Tous les mots compliqués et les idées complexes sont illustrés, permettant de comprendre le propos sans même réfléchir. Après, il faut relire pour mémoriser, mais déjà la compréhension est un bon départ.

Le troisième chapitre traite des prothèses : les différents types, l’évolution historique, la difficulté d’avoir une prothèse de bras efficace, du fait des nombreux mouvements fins à gérer (par rapport à une prothèse de jambe). Plein de choses dont je ne me doutais même pas.

Le quatrième chapitre ouvre le propos au transhumanisme, dont on nous donne la définition suivante (après reformulation des phrases mais avec les mêmes mots) : « améliorer les caractéristiques physiques et mentales humaines, en utilisant les sciences et les techniques ». J’ai trouvé ce chapitre intéressant car il présente les deux points de vue, pour et contre, alors qu’en général, on lit plutôt le contre.

Je voudrais faire remarquer, pour terminer, que Héloïse Chochois est la seule auteur, c’est donc bien elle-même qui fait la vulgarisation scientifique (et pas un scientifique, comme dans d’autres BD). En lisant le livre, on se rend compte qu’elle a fait un très gros travail de recherche, complété par de nombreux entretiens (les personnes rencontrées sont citées dans les remerciements). Dans sa biographie, on lit qu’elle a étudié le design d’illustration scientifique. Elle est passionnée de « physique, chimie, médecine, astronomie, recherche et travail en laboratoire ». Elle illustre une revue, a fait des stages dans des laboratoires scientifiques … Un parcours atypique mais dans lequel on sent pointer la passion, la vocation.

En conclusion, je vous conseille cette BD car on y apprend beaucoup, même si vous n’êtes pas intéressés par le sujet.

Références

La Fabrique des corps – Des premières prothèse à l’humain augmenté de Héloïse CHOCHOIS (Delcourt, 2017)

Le déploiement de Nick Sousanis

Vous avez sûrement entendu parler (ou déjà lu) cette bande dessinée, mais j’ai enfin pu mettre la main dessus à la bibliothèque sans réserver. Je suis absolument ravie de ma lecture. C’est juste brillant, une des meilleures bandes dessinées que j’ai lues. Une des raisons en est que l’auteur utilise pleinement les liens entre textes et images qui peuvent exister dans une « bande dessinée ».  C’est d’ailleurs sa thèse au sens propre comme au sens figuré.

L’éditeur nous indique que Nick Sousanis est un ancien joueur de tennis professionnel, dessinateur, musicien, mathématicien, chercheur. Il enseigne actuellement le langage de la bande dessinée à l’université de Calgary. Le déploiement est la thèse de doctorat qu’il a soutenue au Teachers College de la Columbia University, en 2014. La première fois que j’ai lu cela, j’ai pensé que c’était un peu pour se la jouer, mais c’est tout simplement que je ne connaissais pas la thèse qu’il avait défendue. Alors que maintenant que je l’ai lu, je peux vous dire qu’il ne pouvait pas faire autrement. C’est juste brillant d’avoir pu le faire, de l’avoir fait de manière si complète.

Nick Sousanis commence sa thèse en faisant un parallèle avec Flatland de Edwin Abbott Abbott dont je vous avais parlé ici. Pour rappel, le roman mettait en scène des éléments géométriques vivant dans des espaces de leurs dimensions : les points vivaient dans un espace de dimension 1, les carrés dans un espace de dimension 2, la sphère dans un espace de dimension 3. Les points ne pouvaient concevoir un espace de dimension supérieure et restaient sagement dans leur espace restreint. Les carrés ne pouvaient pas concevoir les espaces de dimension 3, jusqu’au jour où un carré a eu l’intuition qu’un tel monde existait et a rencontré la sphère. À eux deux, ils cherchaient à initier les points. Bien sûr, il y avait une allégorie là-dessous, mais si l’on reste au premier niveau de compréhension, il s’agit bien de l’histoire.

Nick Sousanis fait le lien entre cette histoire et notre lien entre images et textes. Depuis « toujours », on nous apprend à penser uniquement par le texte, ce qui entraîne nécessairement pour la plupart d’entre nous une pensée linéaire, une pensée limitante, car elle se fige à force d’être répétée, nous faisant mettre tout dans des cases, nous faisant tous nous ressembler. Il souligne l’impossibilité de faire des liens, de sortir d’un certain schéma de pensées.

Sa thèse est qu’il manque une dimension à notre pensée : c’est du dessin et de l’image. Dans nos sociétés, l’image est restée au rang d’illustration. La vue est sous-estimée : elle ne nous servirait qu’à la perception, sans permettre plus au niveau de nos cerveaux. Dans ce livre, Nick Sousanis veut nous montrer ce que nous manquons en nous limitant à la pensée linéaire, mode de pensée qui nous est appris très jeune, dès le début de notre période scolaire.

Le texte est une thèse, est donc très référencé et surtout argumenté et fouillé. Il ne s’agit pas d’une défense simpliste. Il analyse les causes et les conséquences, fait l’historique des liens entre textes et images, propose de changer. Rien n’est simpliste dans ce texte. Il ne se lit pas facilement, il se vit. Sans cesse, vous observez les dessins, le texte, cherchez à voir la construction globale de la planche et pas seulement ces détails. Le texte et l’image se répondent de manière égale. Le texte est illustration de l’image et vice-versa. En lisant ce livre, vous vivez la thèse de Nick Sousanis et vous comprenez cette dimension qu’il vous manque. C’est ce que j’ai trouvé vraiment brillant ! C’est juste remarquable et fascinant d’avoir la possibilité de penser si différemment et si complètement. Et de pouvoir le transmettre en plus !

Je ne pouvais pas ne pas vous mettre des exemples de planche pour vous montrer ce que cela donne (ce n’aurait eu aucun sens de ne faire qu’un billet avec du texte, en complet désaccord avec la thèse de l’auteur). Il s’agit d’un passage au début du livre, au moment de l’analogie avec Flatland. Si vous cliquez sur les images, vous obtiendrez des versions en plus haute résolution.

D’autres citations (sans les planches)

Les langages sont de puissants outils pour explorer les abîmes encore plus profonds de notre entendement. Mais malgré leur force les langages peuvent devenir des pièges. En confondant leurs limites avec la réalité, nous voilà, comme les Flatlandais, aveugles aux possibilités au-delà de ces frontières factices, privés de conscience comme des moyens d’en sortir. Le médium de notre pensée définit ce que nous pouvons voir.

Si une page de BD se lit de manière séquentielle, comme un texte, elle est en même temps saisie – vue – dans sa globalité. Thierry Groensteen voit dans cette organisation d’images simultanées un système, un réseau, un espace connecté reposant non sur un procès séquentiel linéaire progressant d’un point à un autre… Mais des associations qui s’étendent comme une toile sur la page, tissant des fragments en un tout cohérent. Ainsi chaque élément fait un avec un tout. L’interaction spatiale du séquentiel et du simultané confère à la bande dessinée une nature duale – à la fois arborescente hiérarchique, et rhizomatique, entrelacée en une même forme.

Pour Lakoff, Johnson et Núñez, nos concepts fondamentaux ne sortent pas du royaume de la pure raison désincarnée, mais sont basés sur notre expérience physique du monde. Par notre activité perceptive et corporelle quotidienne, nous formons des structures dynamiques imagée qui organisent notre expérience et lui donnent sens. Opérant en deçà de notre conscience, ces structures modèlent notre pensée et nos actes. L’expérience concrète constitue la matière première à partir de laquelle nous étendons notre capacité de pensée et donnons naissance à des concepts plus abstraits. Nous comprenons le nouveau dans les termes du connu.

En dépit de nos prouesses mentales, notre esprit n’est pas illimité. Dessiner, selon Masaki Suwa et Barbara Tversky, est un moyen d’orchestrer une conversation avec soi. Coucher nos pensées nous permet de sortir de nous-même, pour puiser dans notre système visuel et notre faculté de voir en relation. Ainsi étendons-nous notre pensée, la distribuant entre conception et perception – simultanément impliquées. On dessine non pour transcrire des idées de sa tête mais pour les générer dans la recherche d’une compréhension supérieure.

J’avais plein d’autres citations, mais elles perdent de leurs forces sans les dessins. Je vous recommande donc très fortement cette bande dessinée si vous souhaitez en avoir plus. Je ne pense pas que vous le regretterez !

Références

Le déploiement de Nick SOUSANIS – traduit de l’anglais (États-Unis) par Marc Voline (Actes Sud – l’an 2, 2017)

On n’avait rien à faire ici de Thomas Olsson

On n’avait rien à faire ici de Thomas Olsson est une bande dessinée suédoise, racontant la recherche de Sir John Franklin du « passage du Nord-Ouest », du point de vue de Thomas Evans, quatorze ans, mousse parmi les cent trente-cinq hommes d’équipage, répartis sur les deux bateaux de l’expédition.

Pour rappel, l’expédition de Sir John Franklin a commencé le 19 mai 1845, et s’est terminée en 1848 par la mort du dernier membre d’équipage. Cette expédition a toujours été mystérieuse puisqu’on n’a retrouvé qu’en 2014, un des bateaux de l’expédition, tout comme on n’a compris que dans les années 80-90 de quoi étaient morts les membres d’équipage. Une autre question était de savoir si les survivants s’étaient livrés ou non au cannibalisme. Toutes ces recherches sont résumées par l’auteur dans son épilogue.

Le corps de la BD est constitué de quatre chapitres, un pour chaque année. Bien sûr, le premier chapitre, celui de l’année 1845, est beaucoup plus important en taille que les autres puisque dans celui-ci, Thomas Olsson situe historiquement l’expédition, présente les protagonistes et raconte le début du voyage où beaucoup de choses changent par rapport au programme prévu. Il était normalement prévu que le voyage dure une année mais les bateaux vont se retrouver prisonniers des glaces dès le premier hiver. Les autres chapitres sont beaucoup plus « monotones » puisque la situation de l’équipage ne change plus beaucoup : bloqués dans la glace, de plus en plus d’hommes meurent sans que personne ne puisse rien y faire, même pas le capitaine. On est plus dans la survie que dans l’expédition ou l’aventure, donc, il y a nécessairement moins à raconter.

Le choix d’utiliser le personnage d’un mousse pour raconter cette expédition est vraiment très intelligent, car il permet à l’auteur de couvrir de manière crédible l’histoire du point de vue de tous les membres de l’expédition : un mousse peut faire tous les travaux sur un bateau, mais surtout on n’y fait pas franchement attention. Le personnage de Thomas Evans que créé Thomas Olsson est très attachant, car il semble le plus mature de tous, le plus calme, un peu comme s’il n’attendait déjà plus rien d’une certaine manière, dans le sens où son destin aurait pu déjà être pire. Dès le départ, le lecteur sait que Thomas est orphelin de père et de mère, et qu’il s’engage sur le bateau, car il n’a rien d’autre à faire puisque à quatorze ans, on ne veut plus des enfants à l’orphelinat. L’auteur lui fait connaître une courte histoire d’amour avec une jeune Groenlandaise, qui le motivera jusqu’au bout à se battre pour rester en vie.

Le livre est dessiné avec des dessins de type « cartoons de journaux », comme sur la couverture. Le volume est tout en dégradé de bleus, comme la couverture aussi. Si vous n’avez pas compris, la couverture donne un bon aperçu de l’intérieur du livre ! Au début, j’étais sceptique sur ce type de dessins, car ce qui fait rêver dans ce genre de livre, c’est la nature, les paysages, ce que l’humain peut subir dans ces climats extrêmes. Tout cela, je ne voyais pas comment cela pouvait être retranscrit avec ce type de dessins. J’avais raison, car clairement tout cela n’est pas le projet de l’auteur. Comme indiqué par le titre, l’idée est vraiment de montrer la stupidité et la vanité d’une telle expédition.

Sans parler des dessins, Sir John Franklin est peint dès le début de ce roman graphique comme un homme vaniteux, pensant avoir toujours raison, pensant que tout abandon serait un échec de sa personne, même si cela doit coûter la vie à tout son équipage. Les dessins amplifient ce sentiment. Pas de grands paysages, pas de souffrances des personnages… seulement des personnages qui tombent morts, comme des personnages de jeux vidéo du début des années 90. On les enterre sans beaucoup les regretter, comme si d’autres compagnons allaient réapparaître bientôt. C’est un peu le sens du titre, à mon avis : des morts inutiles pour un objectif qui était tout aussi inutile.

Une bonne lecture si vous en avez l’occasion, et surtout, si vous êtes intéressés par les expéditions polaires.

Thomas Evans est le dernier nom figurant sur le piédestal de la statue de Sir John Franklin, place Waterloo à Londres.

Références

On n’avait rien à faire ici de Thomas OLSSON – traduit du suédois par Aude Pasquier (L’Agrume, 2017)

Dickens & Dickens de Rodolphe et Griffo

Je suis allée à la bibliothèque hier pour seulement deux livres. Je n’avais pas encore lu les 16 autres (dont plusieurs BD, ne vous inquiétez pas) car j’étais en vacances. Je ne pouvais donc prendre que deux autres livres et comme d’habitude dans ce cas-là, mon choix s’est porté sur des BD, dont celle-ci. Bien sûr, je l’ai choisi à cause du titre très mystérieux, laissant supposer que deux Dickens ont existé.

Comme il y a un chantier juste à côté de chez moi et qu’hier les ouvriers avaient décidé de travailler, je ne pouvais lire que quelque chose ne demandant pas beaucoup de grammes de mon cerveau de blonde. Je me suis penché sur le premier tome de cette série. Mal m’en a pris, car j’ai dû acheter en acheter le deuxième tome en numérique pour connaître la fin, tellement j’étais impatiente.

Comme le laisse supposer le titre, il sera bien question de deux Dickens. Mais pour lors, nous sommes en 1852, l’année du décès du père de Dickens et de sa fille Dora. L’écrivain aime à se promener la nuit dans Londres pour trouver l’inspiration, mais depuis quelque temps, il est suivi par un homme mystérieux et surtout prudent. Quand il avance, l’homme avance. Quand il s’arrête, le poursuivant s’arrête. Dickens décide de faire appel à une agence de détectives pour régler le problème. Mal lui en prend puisque les deux hommes qui le suivaient pour pouvoir arrêter le premier poursuivant se font tuer par celui-ci, qui du coup après cela s’approche, enfin, de l’écrivain. Les deux hommes, le premier poursuivant et Charles Dickens, s’avèrent être des sosies parfaits. Le double de l’écrivain est comme un doppelgänger, c’est-à-dire du côté obscur de la force dirons-nous. À douze ans, il a été repêché, amnésique, dans la rivière par un malfrat qui lui a appris (et surtout l’a obligé) à gagner sa vie malhonnêtement. Même en s’étant libéré du malfrat (en le tuant comme celui-ci lui avait appris à faire), il continue à vivre de mauvais coups, à avoir des fréquentations discutables…

Le jumeau de Dickens étant beaucoup plus extraverti, c’est lui qui va prendre le contrôle de la suite des événements. Cela « va permettre » à l’écrivain de vivre une vie plus excentrique, moins corsetée, dans les bas-fonds de Londres. Le doppelgänger va lui prendre la place de l’écrivain (au grand plaisir de sa femme), côtoyer Wilkie Collins, participer à la fabrication du journal de Dickens en proposant des sujets novateurs…

Tout au long des deux tomes qui font cette histoire, les situations cocasses vont s’enchaîner à un rythme rapide. Elles sont entrecoupées par des moments où Charles Dickens cherche à comprendre ce qui lui arrive. C’est ce qui fait que j’ai beaucoup aimé ma lecture : le scénario, l’humour, le rythme m’ont séduite sans aucun doute possible. Les éléments biographiques et bibliographiques sur Charles Dickens sont bien exploités et surtout bien introduits pour la novice que je suis sur le sujet. De même, les dessins de Griffo (et les couleurs) rendent bien l’époque victorienne, sans pour autant faire dans la bande dessinée historique avec une reconstitution exacte des lieux. Vous pouvez cliquer sur l’image ci-dessous pour voir la planche en plus gros ; cela vous permettra de vous faire une meilleure idée que tout ce que je pourrais dire sur les dessins. Dans l’ensemble, je trouve que les auteurs ont su trouver le juste équilibre en humour, Histoire et littérature. Cela donne un moment de lecture très agréable.

Ma déception est venue de la fin. Cela se termine en une planche, laissant en suspend beaucoup de questions que je m’étais posées au cours de ma lecture. Cela m’a fait relire les deux tomes d’une toute autre manière. Je me demande encore pourquoi le scénario introduit certains éléments alors que finalement ils ne sont pas employés. Cela donne l’impression d’une série prévue en trois tomes qui s’est transformé en cours de route en une série en deux tomes. C’est dommage parce que tout le reste est vraiment très bien !

Références

Dickens & Dickens – Tome 1 : Destins croisés de Rodolphe et Griffo (Vents d’Ouest, 2017)

Dickens & Dickens – Tome 2 : Jeux de miroir de Rodolphe et Griffo (Vents d’Ouest, 2017)

Dans les glaces de Simon Schwartz

J’ai pris trois BD à la bibliothèque, deux que je voulais lire depuis longtemps et celle-ci trouvée par hasard. Finalement, c’est la seule que j’ai réussie à terminer.

Simon Schwarz est un auteur de bandes dessinées allemand. Dans les glaces est son deuxième livre paru en français, après De l’autre côté qui avait pour sujet le mur de Berlin. Cette fois-ci, l’auteur s’attaque aux explorations arctiques par le prisme de l’histoire de Matthew Henson, le grand oublié de cette époque effervescente.

Matthew Henson est un Noir-Américain qui s’engage dès l’âge de 12 ans (en 1879) sur un bateau de la marine marchande. Il voyagera ainsi en Asie, en Afrique et en Europe. Il tirera de ces expériences une très grande dextérité et débrouillardise. De plus, le capitaine du bateau, le capitaine Childs, se prend très vite d’affection pour le jeune garçon : il lui apprend à lire et à écrire, pour pouvoir vivre une vie intéressante. Après la mort de son mentor, Matthew arrête les voyages en mer et se retrouve au Nicaragua pour le projet de construction d’un canal transatlantique. Il y fera la rencontre de Robert Peary qui est connu pour avoir atteint le premier le pôle Nord, après plusieurs tentatives. On sait aujourd’hui que ce n’est sûrement pas vrai mais à l’époque et on le croyait. Mais en fait, même cette croyance n’est pas vraie.

Matthew Henson a participé à toutes les expéditions polaires de Robert Peary, qu’il a grandement aidé car visiblement Robert Peary manquait parfois de sens pratique. Par exemple, Matthew Henson, dont la profession était charpentier de marine, a construit pratiquement seul un abri au Groenland pour l’expédition. Un autre exemple : c’est lui qui a réussi à communiquer avec les Autochtones pour obtenir de l’aide et des informations. Il a été un maillon essentiel des expéditions de Robert Peary.

Lors de la tentative heureuse, Robert Peary n’était plus accompagné que de Matthew Henson et de quatre guides inuits (c’était une zone dans laquelle les Inuits n’allaient pas car d’après leurs croyances, le pôle Nord était la demeure de l’équivalent de notre diable). Peary a fait partir devant Henson et en réalité ce serait donc Henson qui serait arrivé le premier sur le site et c’est donc lui qui aurait été le premier à arriver au pôle Nord (avec un Inuit qu’on oublie souvent aussi, visiblement). Après l’événement, on ne retient finalement que deux hommes, Peary et Cook, et leur querelle. On oublie le pauvre Matthew Henson qui retombe rapidement dans l’anonymat et la pauvreté (dans le sens où il ne profite pas de la réussite de l’expédition).

La BD fait bien le parallèle entre la situation de Matthew Henson à la fin de sa vie et l’important rôle qu’il a joué dans toutes les expéditions de Peary, qui n’avait que mépris pour lui, pour mieux illustrer l’injustice de la situation.  Un autre point intéressant de cette BD est l’illustration des légendes inuites sur le pôle Nord.  N’y connaissant rien, cela m’a beaucoup intéressé. J’ai beaucoup apprécié les dessins que je situerai entre des dessins classiques et des dessins de presse. La colorisation en bleu et noir rend très bien l’atmosphère du pôle Nord.

Une chronologie très complète à la fin du livre permet de savoir ce qui était vrai et ce qui tenait des arrangements littéraires dans la BD.

En conclusion, une très bonne BD, mettant en lumière une histoire méconnue du grand public (en tout cas de moi, je fais des généralités mais bon). Apparemment, il est fait allusion à Matthew Henson dans Ultima Thulé de Jean Malaurie. C’est un livre que je souhaite lire depuis très longtemps mais j’ai peur qu’il soit trop compliqué. Si quelqu’un l’a lu, je veux bien des avis et des conseils sur la manière de l’aborder. Et qu’apporte le beau-livre des éditions du Chêne par rapport à l’édition de Terres Humaines ?

Références

Dans les glaces de Simon SCHWARZ – traduit de l’allemand par Aurélie Marquer (Sarbacane, 2013)

Matsumoto de L.-F. Bollée et Philippe Nicloux

Tout d’abord, je tiens à vous dire que j’ai eu mon examen d’allemand avec 82.5/100, et donc avec la mention bien : je suis B2 ! J’étais extrêmement contente mais cela se confirme, je ne suis pas vraiment doutée pour communiquer puisque c’est ma plus mauvaise note. Je continue donc à travailler … Mais maintenant j’aimerais pouvoir retravailler l’anglais pour pouvoir passer des entretiens d’embauche sans pouvoir être gênée par la question des langues. J’ai quitté à moitié un de mes projets pour en reprendre un autre. Mais je continue à lire, beaucoup même. Dont cette BD, au sujet d’un moment terrible de l’histoire japonaise récente : les attentats de la secte Aum au milieu des années 1990.

J’ai de vagues souvenirs de l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo (en mars 1995). J’ai principalement une image en tête, des gens avec des masques à gaz à l’entrée de la bouche de métro. J’avais 12 ans donc je ne me suis pas forcément intéressé au pourquoi de la chose. Je m’étais contentée à l’époque du fait que les fautifs étaient une secte (on en parlait beaucoup plus que maintenant à la télévision) mais sans plus.

Cette BD commence deux ans et demi avant ces événements, par l’achat d’une ferme isolée en Australie. Dans ce bâtiment, la secte a fait ses essais de production de gaz mais a aussi fait des tests sur des animaux (et un petit garçon qui s’est retrouvé là au mauvais moment). On apprendra dans la suite de la BD que les autorités australiennes avaient « flairé » un problème, puisque des membres de la secte s’étaient fait arrêter pour surplus de bagages car ils essayaient de faire passer du matériel du Japon en Australie.

Une fois la fabrication du gaz mise au point, il fallut faire un test grandeur nature : c’est le quartier d’un juge d’instruction de la ville de Matsumoto (qui est aussi le nom que se sonnait le leader de la secte) qui a été choisi car l’homme avait la secte dans son collimateur et avait bien repéré qu’elle était dangereuse. La BD décrit toute la préparation de l’attentat mais aussi à sa réalisation. Par leurs amateurismes (et leurs débilités aussi) et un concours de circonstances, l’attentat a conduit à l’empoisonnement de tout un quartier. Un commerçant que peu de personnes appréciaient a été soupçonné pendant plusieurs mois. Seul un policier croyait à l’histoire du suspect car personne ne voulait incriminer la secte (car cela semblait un peu trop gros).

La BD se focalise sur les faits. On voit très peu le mécanisme de la secte, l’embrigadement, les relations entre les membres car ce n’est pas le sujet principal qui est traité ici. De mon avis, les auteurs ont voulu déjà faire que l’on se souvienne de cette répétition pour l’attentat du métro mais aussi comment on n’a pas voulu voir et arrêter les choses avant que les choses ne dégénèrent (c’est ce que l’on fait tout le temps, si vous remarquez bien). C’est en tout cas ce qui m’a beaucoup intéressé dans ce livre.

Je ne connais pas le travail des deux auteurs mais ici, il y a un très gros travail documentaire, de ce que j’ai pu voir sur internet sur cette histoire, au niveau de l’histoire mais aussi au niveau des personnages. On retrouve dans cette BD les visages « réels » des protagonistes mais aussi les postures, en tout cas pour le leader de la secte Aum Shinrikyō. J’émettrais quelques réserves sur la colorisation, qui fait un peu kitsch à mon goût mais je pense que l’idée est de reprendre ce qui se faire dans les dessins animés japonais, que je n’aime pas trop en fait, donc mon avis vaut ce qu’il vaut (c’est-à-dire pas grand-chose).

En tout cas, je vous conseille la BD, parce que ce n’est pas forcément un événement dont on se souvient en Occident et pourtant cela permet de mieux comprendre comment on en est arrivé à l’attentat au gaz sarin du métro de Tokyo.

Références

Matsumoto de L.-F. BOLLÉE et Philippe NICLOUX (Glénat, 2015)

P.S. : je sais que j’ai voulu lire cette BD, suite à un article dans un magazine mais je ne sais plus lequel. Si vous avez une idée, n’hésitez pas à m’aider en commentaire.

Deux BD d’Anneli Furmark

Enfin les vacances ! J’espèrais pouvoir rattraper mon retard sur mes billets de lecture. Pour cela, il me fallait en rédiger entre deux à trois par jour pour être de nouveau à jour. Le problème est que j’ai récu un Starter Kit Arduino pour mon Noël de la part de mon frère ; cela m’a détourné de mes bonnes résolutions. D’autant que je dois réviser mon examen d’allemand pour février … Trêve de bavardages. Commençons ce billet consacré à deux BD d’Anneli Furmark, une auteure suédoise.

La dernière fois que j’ai été à la bibliothèque, j’ai demandé à la très très gentille bibliothécaire si je pouvais avoir une BD de la réserve. Et elle a été me la chercher (en réalité je ne l’ai jamais eu à cause d’un problème d’ISBN, merci monsieur Cambourakis), sauf que c’était long donc je me suis assise à côté d’un bac à BD et j’ai commencé à regarder celles qui sont en dessous, ce que je ne fais jamais. Je suis tombée sur ce livre que je ne connaissais absolument pas. Ce qui m’a séduite : le résumé tout simplement (je le reprends plus ou moins ici car il est plutôt très bien fait et met bien en évidence le contexte qui n’est forcément connu du lecteur français).

On est en Suède, à la fin des années 1970, dans un lotissement d’immeubles. Siv est mariée, avec trois enfants et travaille dans la section jeunesse du parti social-démocrate. C’est important pour l’histoire car ce parti vient de perdre les élections, après quarante ans de pouvoir, ouvrant la voie à une période d’incertitudes politiques. Ainsi, en coulisse, s’activent plusieurs partis d’extrême gauche tant au point de vue national qu’au point de vue local, dans les entreprises et dans les rues des petites villes.

C’est dans ce contexte que Siv, ayant une vie bien rangée, tombe amoureuse d’un jeune homme, Ulrik, militant d’extrême gauche, arrivé récemment dans la petite ville pour aider à la propagation des idées de son parti dans les rues comme dans les usines.

On voit déjà que Siv et Ulrik sont totalement différents, au niveau de leurs âges, de leurs convictions, de leurs vies familiales … C’est cet amour « malgré tout cela » qui va être au centre de cette BD : est-ce qu’elle est prête à tout lâcher pour son amant (mari et enfants) ? est-ce que lui est prêt à faire le sacrifice de ses convictions pour son amour ? On pourrait répondre tout simplement, en disant que c’est une histoire et donc oui, ils peuvent le faire. Sauf que l’auteur rend la chose plus compliquée. Toute la ville est politisée (plus exactement tous les personnages). Le mari est syndicaliste dans la même usine qu’Ulrik, mais du côté socio-démocrate. Quand le mari parle d’Ulrik à la maison, il parle de ses convictions plutôt que de la personne. Cela rend la vie de Liv plus complexes puisqu’elle juge non plus son amant sur sa personne propre mais aussi sur ses idées. Du côté d’Ulrik, c’est un peu la même chose. Il habite avec un couple du même bord politique que lui (c’est un peu les chefs locaux du parti) et qui le logent en attendant autre chose. C’est aussi dans cet appartement qu’il reçoit sa maîtresse. Quand ils se font surprendre, forcément là encore, ce n’est pas la femme qui est vu mais une personne travaillant pour l’autre camp. Ulrik doit choisir, en tout cas, pour les membres de son parti, entre sa maîtresse et ses idées. Il n’est donc pas tout à fait dans la même situation que Siv mais lui aussi doit choisir.

Les choix des personnages, leurs convictions et leurs tempérament sont au oceur de cette BD. Cela donne quelque chose qui devrait être en ébullition. En fait, tout est refroidi par le choix de la colorisation, très sombre, très noir et blanc.

Forcément, après cette première lecture, j’ai voulu continuer ma découverte des albums d’Anneli Furmark et j’ai choisi le précédent album qu’elle avait publié aux éditions çà et là, en 2013. Pourquoi celui-ci ? Parce qu’il se déroule en Islande … pour être honnête, c’est aussi parce qu’il était en numérique ! L’histoire est assez simple. Une mère et son fils adolescent partent en vacances en Islande avec le nouveau compagnon de la mère. Celui-ci est le plus enthousiaste des trois, complètement grisé par le côté très minéral et ancestral du pays. La mère est beaucoup moins enchantée car elle voit du danger partout. L’adolescent est un adolescent, et donc est plutôt indifférent et/ou lassé par les paysages et concentre plutôt sa « haine » sur le nouveau compagnon de sa mère.

J’avoue avoir eu peur que l’album ne tourne qu’autour de cette situation difficile entre le beau-père et le fils, avec la mère entre les deux. Je me suis dit que j’allais vite me lasser mais à partir de ce début classique, Anneli Furmark déroule une histoire des plus tragiques (avec un retournement de situation qui laissera pendant quelques pages, dans l’expectative de la suite).

Là encore, le contraste entre l’histoire et les paysages est très utilisé : on a d’un côté l’intime, la proximité et de l’autre l’immensité, l’infini des paysages. Quand les deux se rejoignent, le lecteur ne peut qu’être soufflé.

Les dessins et la lumière de cette BD sont par contre totalement différente d’Hiver rouge. Le livre ici est baigné par la lumière. J’avoue avoir préféré cet album juste à cause des paysages islandais. Dans les deux cas, les histoires racontées par l’auteur sont vraiment très intéressantes. Deux très bonnes découvertes, dues uniquement au hasard. Parfois il fait bien les choses !

Je termine en disant que l’auteur sortira un nouvel album aux éditions ça et là le 24 janvier 2017, Un soleil entre des planètes mortes. Cet album se déroulera en Norvège et suivra un personnage qui part en pèlerinage sur les lieux d’un roman classique norvégien des années 1930, Alberte et Jacob. Autant vous dire que j’attends cet album de pied ferme.

L’avis de Lewerentz sur Le centre de la terre.

Références

Hiver rouge de Anneli FURMARK – traduit du suédois par Fanny Törnberg (Éditions çà et là, 2015)

Le centre de la terre de Anneli FURMARK – traduit du suédois par Fanny Törnberg (Éditions çà et là, 2013)

Frances de Joanna Hellgren

francesjoannahellgrenJ’ai acheté cette BD, une des fois où je suis allée à Bruxelles. Je ne connaissais pas du tout mais le petit mot de la libraire m’avait donné envie de lire ce livre. Je me rappelle une phrase : « j’envie ceux qui vont découvrir cette BD en un seul tome ». En effet, il s’agit ici de l’intégrale d’une série qui a paru initialement en trois tomes. Et franchement, je vous conseille de lire cette excellente BD dans la version intégrale car quand on a commencé à la lire, on ne peut s’empêcher de la terminer. Cette BD est pratiquement un coup de cœur : elle est épatante, émouvante, extrêmement bien narrée et dessinée !

Frances est une petite fille qui vient de perdre son père. Il s’est noyé. Accidentellement apparemment. Elle est recueillie par sa tante, Ada, car elle n’a pas de « maman ». Depuis sa naissance, elle vivait seule avec son père (quand il était là). De plus, celui-ci était plus ou moins fâché avec sa famille (plus exactement avec son père qui est / était d’une méchanceté assez incroyable avec sa femme et ses enfants). Frances découvre donc une famille qu’elle ne connaît pas. Ada, la tante, vit seule avec son père depuis la mort de sa mère et le début de sa maladie à lui (une maladie touchant le cerveau apparemment). Elle est une « vieille fille », en tout cas de manière officielle. Elle est homosexuelle et n’a plus eu de relations solides depuis sa dernière rupture, qui s’est produite juste avant son emménagement dans la maison familiale. C’est un peu ce qui a servi de prétexte à ce qu’elle soit celle qui s’occuperait de son père : elle n’a pas d’enfants, pas de vie en fait, d’autant qu’elle a été encouragée par son adorable sœur et son mari a laissé tomber son travail car s’occuper de son père est un travail à plein temps. La sœur est un personnage détestable car elle se voit comme la personne qui sait tout et qui a tellement mieux réussi que les autres :  elle a un mari, des jumelles, vit dans l’aisance, n’a aucuns problèmes particuliers. Forcément, le père, la nièce, la sœur font triste figure par rapport à elle.

frances2

Dans cette BD, l’auteur nous raconte le passé et la vie de Ada et Frances, de leurs reconstructions et de leurs acceptations du passé et ce qu’elles sont aussi. Joanna Hellgren entremêle ces deux destins. On découvre à travers le récit sur Frances la vie décousue et bohème de son père, la manière dont il s’est retrouvé seul avec sa fille, comment il l’a assumé plus ou moins. Rien que le récit des ces deux histoires est émouvant.

Cela vient du fait de comment ils sont intriqués l’un dans l’autre, comment on est amené à faire un parallèle entre les deux, à comprendre de manière profonde comment les membres de cette famille se sont construit et se construisent, à comprendre leurs fragilités. Les transitions sont un peu le point faible de la BD, d’une planche à l’autre, on peut passer du présent au passé. Parfois, j’ai mis la planche à comprendre de qui et de quoi on parlait. Pas pour toutes les transitions mais quelques fois seulement. Donc ce n’est pas si grave !

Les dessins sont noir et blanc, crayonnés. Il n’y a pas d’attention particulière portée au décor (dans le sens où on n’a pas un décor de pièce, de maison ou d’extérieur particulièrement travaillé) ; le travail se concentre sur les personnages et sur leurs émotions (qui en disent plus long que le texte, parfois).

Je vous conseille vraiment vivement de lire cette BD ; elle est juste excellente !

frances1

Références

Frances de Joanna HELLGREN (Cambourakis, 2013)