Face aux ténèbres de William Styron

FaceAuxTenebresWilliamStyronHier, j’ai été à l’exposition du Musée du Luxembourg sur Paul Durand-Ruel. J’ai trouvé que c’était magnifique (les tableaux, l’accrochage, la lumière … je voulais partir avec deux tableaux, un de Sisley et un de Monet) mais c’était vraiment très court. Il n’y avait que quatre salles (je ne savais pas trop à quoi m’attendre vu que je n’étais jamais allée dans ce musée). Je vous dis cela pour justifier que je n’ai pas fait de billets hier alors que j’ai fini des livres cette semaine.

J’ai acheté hier Face aux ténèbres – Chronique d’une folie de William Styron et je l’ai fini aujourd’hui. Je commence bien sûr par le dernier que j’ai terminé … C’est vraiment n’importe quoi.

J’ai voulu lire ce livre après avoir vu la réponse de Cathulu à un commentaire lui demandant les différents livres traitant de la dépression (c’était à la suite de son billet sur le livre de Céline Curiol dont le Masque et la plume a dit tant de bien).

Une note de l’auteur nous indique comment ce livre a vu le jour. Il est issu d’une conférence que William Styron a donné à Baltimore en mai 1989 « à l’occasion d’un symposium sur les troubles de l’affectivité ». Le texte de la conférence, « considérablement étoffé », a été publié par Vanity Fair en décembre de la même année. Le format ne satisfaisait pas entièrement l’auteur. Il a donc légèrement retouché son texte, qui a pris la forme du livre que je vous présente ici.

Pendant 120 pages, William Styron va nous expliquer sa dépression, comment il a plongé dans cet état, comment il était à ce moment-là, comment il s’en est sorti. Bien sûr, il essaie de tirer de son expérience personnelle des considérations plus générales. Le livre ne suit pas le plan chronologique que je viens de vous décrire.

L’auteur commence son récit par une description d’un voyage de quatre jours, en 1985, à Paris, pour recevoir le prix Cino Del Duca. À moment-là, il était déjà dépressif depuis plusieurs mois. il décrit très bien le fait de ne pas réussir à être heureux alors que tout le monde le serait à sa place. Il décrit aussi l’état de torpeur et de paralysie qui le gagne quand il s’agit de participer à une conversation. Il parle de l’envie de ne plus bouger de son lit.

Après ce voyage, il consulte un psychiatre. Cela l’entraîne à aborder le traitement. Doit-il prendre la forme d’une thérapie, des médicaments, des deux ? J’ai trouvé que ce qu’il disait était vraiment intéressant car pour lui, à une dépression correspond une personne. Finalement, la souffrance d’un individu est difficile à prendre en compte et surtout à comprendre. L’auteur insiste sur le désarroi des psychiatres à comprendre la douleur engendrée par une dépression, un désarroi qu’il tente de cacher en prescrivant uniquement des médicaments (pas d’écoute …)

La conclusion du texte est qu’il vaut mieux être averti de ce qu’est une dépression, ne pas craindre de se faire aider, ne pas craindre forcément l’hôpital, ne pas tarder à consulter et ne pas attendre de plonger définitivement.

Personnellement, j’ai trouvé ce texte très intéressant dans la démarche et dans l’ordre suivi pour expliquer la dépression. On comprend bien le comment, la rapidité et l’ampleur que peut prendre une telle maladie, le pourquoi (un petit peu expliqué mais parfois incompréhensible), la guérison. La partie qui m’intéressait le plus était sur les symptômes de la dépression. Comment est-ce dans la tête d’un malade au moment de la maladie ? Je suis un peu déçue car l’auteur le montre comme s’il était une personne extérieure. Il raconte des situations mais ne note que ce qu’aurait pu noter ses proches, ses amis. Par pudeur et par tact, il ne raconte pas ce que lui a pensé à ce moment-là (je ne sais d’ailleurs pas s’il le pourrait). Par contre, quand il parle de suicide, il raconte ce qu’il se passait dans sa tête. Finalement, il raconte cela uniquement quand il était au fond du trou alors que ce qui pourrait aider c’est de raconter ce qui sa passait dans sa tête avant.

Mon passage préféré est celui qui parle d’Albert Camus et de Romain Gary. Albert Camus vient de mourir dans un accident de voiture. Roman Gary raconte à William Styron les forts moments de mélancolies de l’auteur de L’Étranger. Il lui explique que l’accident de voiture est une forme de suicide car Albert Camus savait que le conducteur de la voiture était un chauffard.  Romain Gary n’a jamais compris les moments dépressifs de son ami et ne comprend pas son geste final. Quelques années, il sera lui aussi dépressif et se suicidera. Par cette « anecdote », l’auteur cherche à illustrer que c’est un mal qui peut toucher tout le monde, même ceux qui se croient à l’abri.

En conclusion, je dirai que ce texte a un peu vieilli. Il a été publié pour la première fois en 1990 mais depuis, le grand public est, je pense, plus informé de ce qu’est une dépression. Cependant, le texte incarne, d’une manière personnelle, pour le cas de William Styron, les conseils que l’on peut lire aujourd’hui dans les journaux ou sur internet. C’est ce qui fait clairement sa valeur.

Références

Face aux ténèbres – Chronique d’une folie de William STYRON – traduit de l’américain par Maurice Rambaud (Folio, 2013)

Première parution aux États-Unis : 1990

Première parution en France (aux éditions Gallimard) : 1990

Un siècle de littérature américaine – Année 1990

6 réflexions au sujet de « Face aux ténèbres de William Styron »

    1. Je ne sais pas si cela t’intéresse mais il y a un MOOC (les cours en ligne dont j’ai parlé une fois) sur l’impressionnisme qui commence aujourd’hui et en parallèle de l’exposition.

  1. Je viens d’emprunter le livre de Céline Curiol à la bibliothèque alors si je ne suis pas trop déprimé après sa lecture, je lirai aussi celui-ci. En plus, j’ai souvent entendu parler de cet auteur mais ne l’ai jamais lu.

    1. Le choix de Sophie était dans la liste de livre que l’on nous donnait au collège. Je l’avais fait acheter à ma mère mais je ne l’ai jamais lu (il était trop gros pour moi à l’époque). Il est toujours dans ma PAL. Par contre, en cherchant un peu ce qu’il avait écrit d’autres, j’ai vu son premier roman Un lit de ténèbres qui n’a pas l’air mal du tout.

        1. Je n’ai pas encore commencé. Je suis toujours bloquée sur Œuvres vives de Linda Lê sur ma tablette. J’essaie de ne commencer qu’un livre à la fois dessus. J’attends votre billet du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.