La dernière cigarette de Nikolavitch et Botta

LaDerniereCigaretteNikolavitchBottaJ’ai acheté cette bande dessinée au dernier salon du livre, au stand de la région Ile-de-France. Il n’y avait personne sur le stand mais le dessin de couverture m’a interpellée et donc j’ai retourné le livre pour lire le résumé. Première phrase : « Novembre 1943, près de Kiev ». Je n’ai pas cherché à en savoir plus et j’ai mis la BD dans ma besace.

On est donc en 1943 à Kiev. Un commissaire politique soviétique, le commissaire Tchektariov, se retrouve séparé de son unité lors d’un bombardement. Il se réfugie dans la cave d’une maison, où il y a déjà un officier allemand, le colonel Dorscheid. Au lieu de s’entre tuer, ils se comportent en homme en faisant une pause dans cette guerre. Ils fument ensemble les deux dernières cigarettes du colonel allemand. L’un sait déjà que son camp a perdu, une bataille  que lui-même n’a jamais voulu mener, et l’autre sait déjà que son camp va avancer jusqu’à Berlin (pour bloquer les Américains aussi) mais en voyant toute sorte d’horreurs. Les deux hommes portent un regard lucide sur cette guerre mais aussi sur le futur qui les attend.

La narration est effectuée par le Soviétique et il nous décrit les massacres perpétrés en Ukraine, en Biélorussie, en Pologne, où ils découvrent les camps allemands. Il décrie des moments d’anesthésie totale, où les régions traversées sont tellement dévastées qu’on ne peut plus penser normalement.

La guerre se termine. Les deux hommes se retrouvent. L’Allemand est en prison pour avoir fait massacrer tout un village. Le Soviétique cherche à comprendre comment un guerrier a pu se transformer en criminel (je reprends ici une phrase de la bande dessinée).

C’est une BD très courte, une quarantaine de pages en petit format mais c’est un coup de poing parce qu’en quelques mots, quelques images et une histoire tout est dit.

Le scan de la couverture ne rend pas justice à celle-ci pour les couleurs, qui sont en réalité plus foncées. Le type de dessin à l’intérieur du livre est identique (je le trouve très beau et très travaillé personnellement) mais les couleurs sont différentes. Pour le passé (pendant la guerre), les dessins sont en noir et blanc alors que pour le présent (Dorscheid en prison), les couleurs sont à dominante jaune-marron.

Je vous conseille donc vivement cette bande dessinée.

Références

La dernière cigarette de Alex Nikolavitch (scénario) et Marc Botta (dessin) (La Cafetière / Vertige Graphic, 2004)

2 réflexions au sujet de « La dernière cigarette de Nikolavitch et Botta »

    1. Ce qui m’épate, c’est qu’elle est « vieille » (moins que ton livre du 19ième siècle) et que je n’en avais jamais entendu parler. Cela me plaît en plus que l’éditeur mette en avant son catalogue au salon du livre, où on voit plutôt des nouveautés normalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.