Trahisons de Charles Palliser

Quatrième de couverture

Il est interdit à quiconque, sous peine de graves sanctions, de déflorer à ses amis l’intrigue de ce livre. On ira donc ici avec précaution…

D’abord, à l’attention de ceux qui pourraient prendre Trahisons pour un recueil de nouvelles : ce livre est bien un roman. Oh, certes, un roman dans la manière de l’auteur du Quinconce – tout en fausses pistes, fausses portes et fausses barbes (mais les cadavres et les crimes sont vrais). Plusieurs histoires, et les personnages eux-mêmes, ont l’air de s’égarer, mais c’est pour mieux se retrouver (au chapitre VII) ; et pour mieux se trahir, à tous les sens que l’on voudra bien donner à ce mot.

Quatre voyageurs réunis dans un train sont mêlés à un crime que chacun d’eux a peut-être de bonnes raisons d’avoir commis… Un professeur invente une nouvelle théorie de la fiction, mais ses élèves doivent s’engager par écrit à ne rien divulguer des découvertes du maître… La rédaction d’une biographie vaut à un curieux de se retrouver égorgé… Un homme politique plagie à ses heures perdues les œuvres d’autrui, et commet pour s’en sortir un assassinat maladroit… Moralité de tout cela : on n’est jamais si bien trahi que par soi-même.

On l’aura compris, Trahisons, roman-miroir, roman scorpion, est une invitation au vertige. Roman farci de culture aussi : toute l’Angleterre de la Belle-Époque semble s’y être donné rendez-vous par les figures mythiques interposées – Sherlock Holmes, Oscar Wilde, Jack l’Éventreur. Horreur et dérision y dansent une sarabande inquiétante. Mais la virtuosité de l’auteur n’a rien d’un exercice de style. Le lecteur, captivé comme si Alfred Hitchcock lui-même lui-même le tenait par la main, tremble, rit, joui. Et le livre refermé, un soupçon lui vient : tout cela n’est-il pas aussi, par-delà la mascarade de la fiction, une photographie plausible, exacte peut-être, de ce que nous nous entêtons à appeler réalité ?

Un vrai résumé dans un article du Matricule des Anges.

Mon avis

Ce livre est absolument génial même si on ne comprend pas vraiment tout. Au début, il y a six chapitres qui ne sont pas liés entre eux, à moins de se baser sur de tout petits détails. On a l’impression de voir un lien là où il n’y en a pas forcément. Cela dure à peu près 130 pages. Vous allez me dire mais comment maintient-on son intérêt pendant 130 pages alors qu’on ne comprend rien. C’est très simple : chaque chapitre raconte une histoire passionnante qui aurait pu servir de base pour un roman. En plus, c’est dans l’Angleterre fin 19ième siècle, début 20ième. Il y a un côté très « classique anglais », très mystère classique à résoudre.

Puis, après, il y a trois chapitres beaucoup plus importants dont les liens sont très visibles (le premier de ces trois chapitres reprenant des éléments des six précédents). Ils ont aussi tous en commun de mélanger réalité et fiction quitte à perdre le lecteur. Un chapitre est particulièrement perturbant tellement les limites sont floues ; c’est celui  portant sur le libraire qui ne veut lire que des livres sur des crimes réels et qui fait la connaissance d’un auteur (qui a écrit une fiction sur un crime réel), qui lui fait connaître deux séries (le libraire croit que c’est la réalité), dont une au moins policière, où les personnages se font tuer dans la réalité et où l’enquêteur dans la fiction devient l’enquêteur dans la réalité. Dans le dernier chapitre, on a une explication. Pour tout dire l’explication, je ne l’ai pas forcément comprise.

En refermant le livre (j’ai lu sur internet que je n’étais pas toute seule dans ce cas), on a envie de le reprendre, de tout noter au vue des éléments du dernier chapitre pour voir quels éléments nous ont échappés.

Il s’agit d’un roman qui ne se livre donc pas facilement, et je pense qu’il ne se livre pas à la première lecture même si celle-ci est déjà extrêmement prenante.

Quelqu’un a lu le Quinconce ? Cela a l’air terrible aussi.

Références

Trahisons de Charles PALLISER – traduit de l’anglais par Éric Chédaille (Phébus, 1996)

13 réflexions au sujet de « Trahisons de Charles Palliser »

  1. Ce livre a l’air épatant, et il est à ma bib ! Si je l’avais là tout de suite sous la main, je sauterais dessus. Bon, j’attendrai un peu, même si ce jeu littéraire a l’air passionnant.

    1. Pour le coup, en jeux littéraires, tu vas être servi. Parfois, les auteurs perdent un peu trop le lecteur (parce que c’est bien d’être perdu un peu tout de même) mais là, point du tout, je trouve.

    1. Je n’ai aucun scrupule à dire que c’est plutôt les livres qui sont intéressants plutôt que mes billets qui ne veulent rien dire.

  2. J’avais dévoré le Quinconce il y a une quinzaine d’années entre Noel et la rentrée des classes – je n’avais probablement pas tout compris mais j’avais trouvé le livre vraiment passionnant. Je sais que certains se plaignent que c’est trop fourni, trop compliqué, mais ca n’était pas le cas pour moi (ou du moins ca ne m’avait pas dérangée). Du meme auteur j’ai aussi lu « The Unburied » (je ne sais pas si c’est traduit en francais), j’avais aussi aimé meme si c’était plus une histoire simple de crime a résoudre qu’une fresque simili-victorienne avec tous les détails historiques comme le Quinconce.

    1. J’ai vu ton commentaire hier, j’allais à la bibliothèque. J’ai noté le dernier titre que tu donnais. Manque de chance il était au rayon policier et je l’ai cherché en littérature générale. Au prochain coup, je le prends sans faute car au vu du résumé il a l’air extraordinaire aussi. Le Quinconce, je me le garde pour des vacances alors.

  3. Bon ben noté, alors c’est bon bon.
    Je file regarder si ma bibli. l’a en magasin.

    Commentaire du jour, bonjour.

    1. Réponse du soir, bonsoir ! Je peux pas te le prêter parce que je l’ai aussi pris à la bibliothèque. Par contre, le Quinconce ça a l’air terrible. C’est un roman simili-victorien en 5 tomes. Rien que cela, cela promet !

  4. Merci pour cet article. Je n’ai jamais lu Palliser mais il m’intrigue depuis pas mal de temps. « Quiconce » est en pavé en plusieurs volumes, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.