Les derniers flamants de Bombay de Siddhart Dhanvant Shanghvi

Présentation de l’éditeur

Dans les marais, les flamants roses sont les symboles tenaces d’un Bombay qui est devenu Mumbai. C’est dans les quartiers huppés que Karan Seth, venu saisir avec son appareil l’esprit de la mégapole, va croiser ses modèles : Samar, pianiste, excentrique, homosexuel ; la star de Bollywood, Zaira, et Rhea, dont les frustrations d’épouse l’entraînent dans une relation avec le jeune photographe. L’assassinat de Zaira va bouleverser ce microcosme mondain et faire remonter à la surface tous les non-dits de la haute société indienne : le sexe, l’argent, l’obsession de la célébrité, battent en brèche les valeurs fondamentales, alors que les préjugés gardent leur emprise sur tous.

Mon avis

J’ai reçu comme beaucoup ce livre avec Babelio. Je l’ai commencé début août dans l’idée de mettre mon billet pour le 25, date de sortie. Pleine de bonne volonté, j’ai lu la première partie qui correspond à la présentation de l’éditeur. L’impression que j’ai eu c’était que c’était écrit avec les pieds, que je lisais un film hollywoodien. Je voulais l’abandonner parce que je ne vois pas pourquoi je lirais un livre indien (dans l’idée de me dépayser un peu : je ne suis partie de chez moi c’est pour ça) alors que je pouvais allumer la télé et voir la même chose. Les images défilent mais on n’a pas vraiment le temps (et surtout l’envie) de s’attarder dessus, on oublie tout de suite.

J’étais à deux doigts d’écrire la même chose qu’Amanda mais je n’ai pas osé et surtout je l’aurais bien moins fait. Je l’ai mis de côté. Le 25, j’ai lu les avis de Tamara, de Daniel mais surtout celui de Manu. Je me suis dit qu’il fallait que je donne une nouvelle chance à ce roman. Après ma soutenance de thèse, je l’ai donc repris l’esprit libre et j’avoue que c’est un roman qui se lit plutôt bien. Les personnages s’étoffent dans les deuxième et troisième partie et on a vraiment l’impression de lire un livre et plus un film. Ce qui me gênait c’est que l’auteur ne vise pas à ce qu’on s’identifie aux personnages mais il décrit leurs vies et sentiments tout en étant très pudique. Finalement, j’ai ressenti de la pitié pour ces personnages broyés par le destin mais jamais d’empathie et je ne me suis jamais sentie concernée.

Pour ce qui est du côté dépaysant que je recherchais quand j’ai accepté la proposition de Babelio, j’ai plutôt été déçue car ce que décrit Shanghvi c’est l’Inde la plus occidentale possible et finalement l’Inde traditionnelle, l’Inde que l’on nous présente, l’Inde colorée, n’est qu’effleurée. Les personnages sont favorisés et n’approchent que très rarement, sauf dans les marchés pour marchander, des personnages plus populaires. Les domestiques passent dans le roman.  Je crois que c’est aussi ce qui m’a paru étrange : un roman occidental écrit avec des images indiennes (les images sexuelles dont on a beaucoup parlé mais aussi la cuisine, les croyances. La mise en parallèle des deux m’a paru étrange mais c’est sûrement ça l’Inde d’aujourd’hui. Les derniers flamants de Bombay est un roman qui me laisse beaucoup d’incompréhensions mais aussi beaucoup de curiosités inassouvies . Je suis d’accord avec Manu que cela me donne envie de mettre le premier dans ma PAL.

Références

Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvan SHANGHVI – traduit de l’anglais par Bernard Turle (Éditions des 2 terres, 2010)

7 réflexions au sujet de « Les derniers flamants de Bombay de Siddhart Dhanvant Shanghvi »

  1. Merci pour le clin d’oeil à mon billet!
    Et aussi félicitations pour votre soutenance de thèse! De mon côté, j’aurai une soutenance de master d’ici à la fin de l’année; ça va donc être un peu sport. Heureusement, les livres constituent un bon dérivatif.
    Bonne continuation!

    1. C’est horrible les soutenances mais une fois que c’est fini, c’est trop la belle vie et les livres deviennent tous plus savoureux !

  2. Félicitations aussi pour ta thèse !
    Je suis contente que mon billet t’a poussé à le terminer et qu’au final, cela n’a pas été si négatif que tu le craignais.
    Mais je suis d’accord, pour le dépaysement, ce n’est pas l’idéal. Ce que tu dis me rappelle un reportage que j’ai vu hier sur la jeunesse dorée du Pakistan.

    1. Merci ! Ton billet est vraiment très bien tombé parce que je n’aime pas abandonné un livre et surtout en faire un billet après (je ne sais pas si ce n’est pas mieux après et du coup cela me fait culpabiliser).

  3. Soutenance de thèse? c’était quand? Oui, je savais que tu en préparais une, mais j’ai raté l’info sur la date.
    Quant aux flamants, le style ne t’a pas gênée?

    1. le 13 septembre. Maintenant c’est fini l’école ! Pour le style, dans la première partie j’étais très gênée mais après ou je me suis habituée ou ça s’est amélioré (à part les allusions sexuelles). Mais j’ai trouvé qu’après cela tirait vers la mélancolie, la tristesse et cela m’a beaucoup plus intéressé que le bling-bling.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.