Arthur Conan Doyle de Marianne Stjepanovic-Pauly

Quatrième de couverture

Tout le monde connait Sherlock Holmes. Livres et films ont rendu familiers ses méthodes scientifiques, son fidèle acolyte le docteur Watson et même sa logeuse, Mrs Hudson.

Mais tout le monde ne connaît pas Arthur Conan Doyle. Les années passant, il a rejoint Mary Shelley et son Frankenstein, Bram Stoker et son Dracula au club des auteurs dépassés par leur créature. Pourtant son œuvre littéraire est immense et diverse : histoires policières, romans historiques, nouvelles, contes fantastiques, science-fiction, correspondance, essais. Il a participé à la vie politique, morale, scientifique de son pays, avec une seule idée en tête : respecter les valeurs chevaleresques inculquées par sa mère.

Tendre et coléreux, généreux et emporté, amateur de science moderne et nostalgique de la chevalerie, persuadé de la grandeur de l’Empire et défenseur des humbles, partisan du droit des femmes à divorcer et opposé aux suffragettes, conservateur et anticlérical, Arthur Conan Doyle est à la fois un homme de l’ère victorienne et un précurseur des temps modernes.

Mon avis

J’ai adoré cette biographie d’Arthur Conan Doyle que je recommande pour découvrir le personnage. En effet, Marianne Stjepanovic-Pauly dresse le portrait d’un homme attachant, aimant profondément le genre humain, ayant un caractère bien tranché qui voulait se révéler parfois difficile.

L’auteur s’appuie sur un travail bibliographique important (elle sélectionne les faits et éclaire notamment les anecdotes connues de tous) et illustre son propos par des citations de Ma vie aventureuse, autobiographie d’Arthur Conan Doyle (qui est dans ma PAL bien évidemment et dont je vous parlerais quand je l’aurais lu). Ce qui est intéressant c’est que les faits et les opinions (sur ce qui est le plus discutable dans la vie de Conan Doyle) sont clairement énoncées comme tels. De plus, il n’y a pas à mon sens de suppositions vaseuses sur un peu tout et n’importe quoi (son opinion de son père Charles notamment) ; quand elle ne sait pas, elle dit clairement je ne sais pas. De cette manière, elle dresse plutôt le portrait de l’homme public plutôt que de l’homme privée (c’est la partie où logiquement elle a le moins d’info).

Un autre point intéressant de cette biographie est que finalement Sherlock Holmes n’est pas omniprésent. Elle en a parle bien évidemment mais pas trop. Au final vous sortez avec l’envie de lire les autres livres de Conan Doyle (et bizarrement pas de relire le canon holmésien), les aventures du Brigadier Gérard ou celles du Professeur Challenger par exemple.

Un dernier bonus du livre est qu’il y a un petit dossier avec des textes et images. On peut y lire entre autre un pastiche succulent (sur la mort de Sherlock Holmes) de l’auteur de Peter Pan, J.M. Barrie. À se tordre de rire même si très second degré.

Je peux vous dire que la dame a aussi écrit une biographie de Simone de Beauvoir chez le même éditeur et du coup, elle me fait bien envie !

Références

Arthur Conan Doyle – Sherlock Holmes et au-delà de Marianne STJEPANOVIC-PAULY (Éditions du Jasmin, 2008)

14 réflexions au sujet de « Arthur Conan Doyle de Marianne Stjepanovic-Pauly »

  1. à propos, connais-tu le Dictionnaire Sherlock Holmes ? je me demande ce qu’il vaut, la pub le dit « incontournable », mais ce ne serait pas de la pub si ça prétendait autre chose 😉

    1. @ Niki : Non pas du tout même si je l’ai vu à la librairie. Je ne l’ai pas pris car cela référence les personnages qui apparaissent dans telles nouvelles … Du coup cela ne m’a pas vraiment intéressé. Mais je ne l’ai aucune des entrées. C’est donc un jugement très superficiel.

  2. Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!
    JE VEUX !!!
    T’es qu’une méchante, ça va pas de me tenter comme ça. Ca te suffisait pas avec les livres de B. Nicodème ?
    Je note quand même, ça m’a l’air vachement intéressant, et je trouve la couverture trop jolie 🙂

    1. Je l’aurais bien prêté. Le problème c’est que la poste à côté de chez moi est fermé pour travaux et que je n’ai pas le temps d’aller à celle dans le centre ville et qu’après je pars dans le Sud (c’est-à-dire une fois qu’elle a rouverte). Je reviendrai chez moi dans l’année bien sûr et alors je pourrais vous le prêter sans faute. En plus j’ai d’autres bio dans ma PAL qui ont l’air bien (d’un autre côté c’est pour ça que je les ai acheté).

      Je signale que Détective Conan c’est plus de soixante tomes. Tout cumulé, moi ça ne fait qu’une dizaine ! On se justifie comme on peut.

    1. En tout cas, c’est instructif ce qui est déjà bien. Finalement, j’ai commandé Sous la lampe rouge car ce n’était pas ceux que j’avais ! Merci beaucoup de m’avoir soufflé l’idée.

  3. J’ai eu la chance de lire ce texte au moment de sa sortie et je l’avais trouvé clair et concis, donc réussi. Je vous conseille, du même auteur la biographie consacrée à Simone de Beauvoir, chez le même éditeur. Le joli travail éditorial est à remarquer.
    Bonne lecture !

    1. Merci de votre avis qui me confirme dans l’idée qu’il faut que je lise cette biographie de Simone de Beauvoir, femme que je trouve fascinante !

  4. Bonjour, je suis l’auteur de ce livre et je vous remercie pour votre critique enthousiaste ! Vous l’avez découvert en librairie ?

    1. Merci de votre passage ici et surtout d’avoir écrit ce livre si intéressant. Je l’ai découvert sur internet en faisant une recherche sur les bios d’Arthur Conan Doyle et ne l’ayant pas trouvé en librairie (et surtout je voulais le lre assez rapidement), je l’ai commandé sur le site de la f.ac si je me rappelle bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.