Mademoiselle Christina de Mircea Eliade

Paru en même temps que Cranford, je voulais lire ce roman pour m’initier à la fameuse « bit-lit », la littérature où il y a plein de morsures et de sang. Pour ça j’ai été bien déçue mais par contre j’ai découvert un auteur que je pense continuer à lire.

Imaginez : une vieille batisse de boyards au fin fond de la Roumanie, en 1935. Trois femmes ou plus exactement une mère Madame Mosco et ses deux filles, et Sanda et Simina, respectivement âgées d’une vingtaine d’années et de neuf ans. Elles vivent dans le souvenir de Mademoiselle Christina, la tante des filles, morte durant un lynchage par les villageois.

La dessus vienne s’ajouter deux invités : Egor, peintre, fou amoureux de Sanda, et M. Nazarie, archéologue qui vient faire des fouilles dans la région. Le premier soir, ils s’aperçoivent tous les deux que Madame Mosco n’est pas très nette, que Simina est très mature pour son âge et est surtout très imprégnée du folklore de la maison. Seule Sanda semble saine de corps et d’esprit. La première nuit, les deux hommes observent aussi des phénomènes étranges, même leur sommeil est agité. Ils découvriront vite que cela à un rapport avec Mademoiselle Christina. Rapidement Sanda est très malade. On comprendra plus tard que cela provient d’une manque de nourriture sanguine…

Ce roman a été écrit en 1935 par Mircea Eliade, homme au passé par forcément irréprochable. Cela explique que c’est un roman plutôt d’atmosphère que du style « Buffy contre les vampires ». Ici, pas de batailles avec des pieux, ni de morsures. On ne parle pas explicitement de vampires ; le roman n’est fait que de sous-entendus. Par contre, Mircea Eliade arrive à distiller une ambiance qui fait peur. La quatrième de couverture donne une bonne idée du style (le il c’est Egor et le elle c’est Christina) :

Elle ôta lentement un gant et le lança par-dessus la tête d’Egor, sur la table de nuit. L’odeur de violette s’était faite encore plus pénétrante. Il sentit soudain une main chaude lui caresser la joue. Tout son sang se figea, car la sensation de cette main chaude – d’une chaleur irréelle, inhumaine était effroyable.

Egor voulait hurler de terreur, mais il n’en trouva pas la force, sa voix s’éteignit dans sa gorge. « N’aie pas peur mon amour, murmura alors Chritina. Je ne te ferais rien. À toi, je ne te ferais rien. Toi, je t’aimerai uniquement… » Elle le regardait, insatiable, affamée.

C’est surtout cela qui me donne particulièrement envie de continuer à lire cet auteur, dont c’est le seul roman vampiresque et qu’il a écrit durant sa jeunesse. En effet, j’ai trouvé l’histoire assez banale. Cependant, ça l’était sûrement moins à l’époque où le livre a été écrit.

En conclusion, c’est un roman plutôt bon mais ce n’est pas vraiment bit-lit. Pas assez de sang !

Références

Mademoiselle Christina de Mircea ELIADE – traduit du roumain par Claude Levenson (L’Herne, 2009)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.