Les enquêtes de Jack Taylor par Ken Bruen

Le titre du billet est un peu péremptoire car je ne vais en fait parler que de deux des enquêtes de Jack Taylor par Ken Bruen. En réalité, il y en a six, toutes publiées dans la collection Série Noire chez Gallimard (les quatre premières sont disponibles en Folio policier) :

  • Delirium tremens
  • Toxic Blues
  • Le martyre des Magdalènes
  • Le dramaturge
  • La main droite du diable
  • Chemins de croix.

Vous pouvez regarder les billets de Yvon qui lui a lu tous les livres. Parce que bien évidemment moi c’est la première enquête de Jack Taylor que je lisais et j’ai commencé par la sixième.

Quatrième de couverture

Jack Taylor sème la souffrance et la mort dans son sillage. Ses proches en sont les premières victimes. Le seul espoir de rédemption qu’il lui reste, Cody, qu’il a récemment adopté comme son propre fils, est à l’hôpital, plongé dans le coma. Il y a toujours Ridg, la policière, son amie de longue date mais leur relation n’a rien de particulièrement orthodoxe. Quand elle lui apprend qu’un jeune homme a été crucifié à Galway, il accepte de l’aider à retrouver le meurtrier.

Son enquête plonge Jack dans les bas-fonds oubliés de sa ville natale. Il y rencontre des fantômes, morts et vivants. Tous veulent obtenir de lui quelque chose mais Jack n’est pas certain d’être encore en mesure de donner. Peut-être devrait-il partir pour de bon, prendre ce qu’il possède et quitter la ville comme tout le monde donne l’impression de le faire. Mais quand la soeur du garçon assassiné meurt à son tour, brûlée vive, Jack décide qu’il lui faut traquer l’auteur de ces crimes jusqu’au bout, même s’il doit pour cela faire justice lui-même…

Mon avis

Si je ne considérais que mes impressions au cours de la lecture, cela donnerait

  1. Jack Taylor n’est pas plus enquêteur que moi. Par contre, il a un pouvoir de divination extraordinaire. Ici, il n’y a donc ni enquête, ni rebondissement, ni fausses pistes car Jack Taylor, dans le seul mystère dont il s’occupe, devine tout tout de suite. Dans celui qu’il délègue (un obscur vol de chiens), il va cherche midi à quatorze heures alors que c’est tout simple.
  2. Jack Taylor se dit malheureux. N’est-il pas plutôt heureux de son sort (si on ne considère pas les morts qu’il y a autour de lui) ? Il n’est pas fait pour vivre avec une femme et des enfants…
  3. C’est qui tous ces gens qui interviennent dans le roman ?

Si maintenant je regarde objectivement et « à froid » ma lecture (j’ai entendu cette expression aujourd’hui… je me suis demandée si cela correspondait à une lecture dans une chambre froide), j’en viens à me dire que les Jack Taylor sont publiés dans la série noire. Malgré le sous-titre, il faut passer outre l’enquête mais considérer le « noire » comme la description d’une société dans ce qu’elle peut avoir de sordide, de glauque et pour ce qui est de l’Irlande en particulier, des laissez-pour-comptes du miracle économique (bien sûr, on parle d’avant la crise). Jack n’est pas malheureux mais plutôt en colère contre cette nouvelle société irlandaise. Gamin de Galway, il se rappelle de « l’avant », des gens qui n’étaient pas forcément riches mais heureux. Il dénonce notamment les spéculateurs immobiliers qui dénature le centre de la ville. On a ici un véritable roman noir : la description d’une ville que l’on ne voit pas quand on est touriste (pour avoir visiter Galway, je vous en parle en tout état de cause).

Pour ce qui est des personnages secondaires, c’est la seul bémol que l’on peut adresser à Ken Bruen. Il a considéré que le lecteur de cette sixième aventure connaissait déjà Jack Taylor et donc qu’il n’avait pas besoin de détailler les personnages. Cela donne des personnages secondaires qui manque de profondeurs. Toujours objectivement, j’ai tourné les pages sans m’en rendre compte. Pour confirmer ces impressions, je suis allée dans ma librairie de quartier (qui contient toutes les réponses) et je me suis retrouvée avec Le martyre des Magdalènes dans mon petit sac.

La quatrième de couverture de cet ouvrage est la suivante :

Lessivé, rincé par sa dernière enquête, l’ancien flic de Galway Jack Taylor tente d’en faire passer le goût amer en éclusant des pintes de Guinness. Alors qu’il se répète à qui veut bien l’entendre qu’on ne l’y reprendra plus, il est contrait par un caïd psychotique à retrouver « l’ange des Magdalènes ». Cette bonne soeur aurait, dans les années soixante, sauvé des jeunes filles mises au ban de la société dans le sinistre couvent des Magdalènes. Filles-mères reniées de tous, ces femmes y travaillaient comme blanchsseuses dans d’effroyables conditions pour s’y laver de leurs péchés, et cela même si elles avaient été violées par un frère, un père ou un voisin. Ce qui s’annonçait comme une mission rédemptrice va vite se transformer en chemin de croix. Le martyre de Jack Taylor ne fait que commencer.

J’ai trouvé ce livre absolument admirable dans sa construction. Il y a toujours deux enquêtes parallèles mais ici Ken Bruen met en scène deux sociétés : celle d’avant et celle d’après. Il dénonce dans l’enquête des Magdalènes la société ultrareligieuse des années soixante et dans l’enquête « moderne » une société qui ressemble aux séries américaines (la jeune femme tue son vieux mari pour hériter). Comme dans Chemins de croix, Jack Taylor se montre un enquêteur pas incorruptible (comprenez n’agissant pas forcément dans la légalité) mais il garde toujours ses principes.

Dans ce livre, c’est l’apparition des personnages que l’on retrouve dans Chemins de croix. Et là, j’ai compris quelque chose que beaucoup d’entre vous ont déjà compris : il vaut mieux lire les séries dans l’ordre chronologique de leur rédaction!

Chemins de croix est chroniqué dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio.

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

Références

Chemins de croix de Ken BRUEN – traduit de l’anglais (Irlande) par Pierre Bondil (Série noire – Gallimard, 2009)

Le martyre des Magdalènes de Ken BRUEN – traduit de l’anglais (Irlande) par Pierre Bondil (Folio Policier, 2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.