Du silence sur les mains de Sylvie Aymard

 

 

Quatrième de couverture

"Dans un petit village du Midi, les habitants surveillent Toni, garçonnet énigmatique au sourire béat, qui marche inlassablement sur la terre, collectionne des fossiles de crustacés. Toni cherche son père et ne trouve que du silence sur les mains et dans les coeurs. Sa mère muselée par les secrets lui ment, manigance le passé, l'aime avec rage. Elle ne sait plus qui tient l'autre par la main.

Un guerrier samburu, une centenaire délaissé par son mari contortionniste, et un ancien résistant devenu tueur de cochons les aideront à traverser les épreuves.

En quelques heures, un drame dans la nuit lente de juin dénouera leurs solitudes."

Mon avis

Il me faut d'abord dire une chose : j'aime énormément les livres sur les secrets de famille. Ici, j'étais donc servie. Il s'agit de l'histoire de trois générations de femme : Ada, la grand-mère, abandonné par son mari contortionniste ; Léa, la mère, morte à cinquante ans et qui a eu des jumelles toute seule (peut être avec un Hongrois) puis Victoire et Camille. Camille n'a pas encore d'enfants mais Victoire en a eu un, Toni, avec un homme d'une nuit rencontré dans un refuge de montagne. N'osant pas avouer cela à son fils, elle lui dit que son père est mort. Le petit le sais et fugue ; Léa va alors décider de briser les secrets de famille pour le bien de son petit garçon. En gros, je vous ai raconté toute l'histoire ; il y a aussi les personnages secondaires très attachants dont je ne vous parle pas. C'est là que le bas blesse : l'histoire ne se termine pas, il n'y a pas de happy end. On aimerait savoir comment vont se passer les retrouvailles entre Toni et Victoire, mais non : l'auteure préfère nous laisser imaginer. On se sent un peu frustré.

Néanmoins, je continuerai à suivre cette auteure. Son écriture toute en finesse et en poésie est le principal charme du livre.

Du silence sur les mains est le deuxième roman de Sylvie Aymard, après Courir dans les bois sans désamparer (Maurice Nadeau). 

Références

Du silence sur les mains de Sylvie AYMARD (Maurice Nadeau, 2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.