The Cornish Coast Murder de John Bude

En théorie, je suis en vacances et je pourrais rédiger plein de billets de blog. Sauf que sur le dessus de ma pile, il y a un livre de la rentrée littéraire (de septembre) qui m’a à la fois plu (dans le sens où je l’ai lu assez rapidement, sans le lâcher), mais qui m’a déçu (alors qu’il a plu à beaucoup). J’ai la flemme de faire un billet mitigé et forcément long pour expliquer mon avis. Du coup, je procrastine … Le pire est qu’en dessous de celui-là et dans mes liseuses, il y a des livres qui l’ont plutôt plu et que je pourrais chroniquer sans soucis. Je viens de finir ce livre, The Cornish Coast Murder, édité dans la collection British Library Crime Classics. Au lieu de procrastiner, j’ai décidé de faire le billet tout de suite. Donc voilà le billet !

La collection British Library Crime Classics est dédié à la réédition de romans d’enquête du dix-neuvième et vingtième siècles. C’est le cas ici puisque le livre a été publié pour la première fois au milieu des années 1930 ; l’action du roman se situe à la même époque.

Lundi 23 mars 193?. Cornouailles. Tempête. Le vicaire et le médecin du village de Boscawen se préparent pour leur soirée hebdomadaire, soirée plutôt originale puisqu’il s’agit de discuter des romans policiers lus par les deux hommes pendant la semaine. Un club de lecture très organisé puisque les livres sont choisis alternativement par les deux hommes et apportés au cours de la semaine pour lecture, puis discutés la semaine suivante (trois romans policiers tout de même). Sauf que ce lundi, la soirée ne se déroule pas comme d’habitude puisqu’elle est interrompue par un coup de fil annonçant un vrai meurtre, commis dans le village, celui de Julius Tregarthan. Il a été tué par balles, tirées à travers les vitres de son bureau, l’homme ayant été attiré par des petits cailloux lancés contre les carreaux. Le meurtrier était donc dehors, or il n’y a aucune trace de pas à proximité des fenêtres, alors qu’il pleuvait. Premier mystère ! Trois coups de feu ont été tirés mais personne n’a rien entendu (ni vu d’ailleurs). Il vivait avec sa nièce et ses deux domestiques. Les maisons voisines sont peu éloignées. Deuxième mystère !

Beaucoup de bons suspects donc pour l’inspecteur dépêché sur les lieux. D’autant que Julius Tregarthan s’est disputé avec le fiancé non officiel de sa nièce, Ruth. Or celui-ci a disparu depuis le meurtre et reste introuvable. De très bons suspects, donc mais un peu trop simple pour le vicaire, qui lui fait une confiance absolue aux jeunes gens qu’il connaît très bien. Il n’en faut pas plus pour que le vicaire cherche à résoudre le mystère, sans marcher sur les plates-bandes de l’inspecteur, qui le laisse d’ailleurs faire (et l’associe à son enquête) avec plaisir.

Il s’agit d’un roman policier très classique. Les protagonistes sont soit suspects, soit enquêteurs, soit témoins. Les témoins peuvent rapidement devenir suspects par contre. Les questions à résoudre sont comment et pourquoi, la réponse à la première question devant permettre de trouver plus rapidement à la réponse à la seconde question. L’inspecteur se trompe souvent, provoquant les rebondissements. Il se montre souvent très crédule, en croyant tous les témoignages et en vérifiant peu les allégations (c’était une autre époque où les gens ne mentaient pas tout le temps visiblement). Heureusement, le vicaire est là, aidant calmement à l’enquête grâce à des discussions contradictoires sur les indices et surtout grâce à sa connaissance des habitants du village.

Une bonne lecture donc, très sympathique pour cette fin d’année !

P.S. : J’ai appris dans l’introduction que Charles Wycliffe était le héros des romans policiers de W.J. Burley avant d’être un policier de séries télévisées. Quelqu’un a-t-il lu ces livres ?

Références

The Cornish Coast Murder de John BUDE – introduction de Martin Edwards (The British Library Publishing Division / British Library Crime Classics, 2014)

12 réflexions au sujet de « The Cornish Coast Murder de John Bude »

    1. Les heures rouges. En fait je n’ai pas compris en quoi c’était une dystopie : les situations des femmes qui sont présentées existent, peut-être pas toutes encore aux États-Unis mais dans pas mal d’endroit dans le monde. Le problème est qu’elle très superficiel dans son histoire et finalement, on lit des vies qu’on a l’impression de déjà connaître. Cela devient rapidement ennuyeux. Par contre, je trouve qu’elle montre qqchose de très intéressant : la désintégration des liens sociaux (ou leurs manques de profondeur) participe au fait que l’État puisse imposer ce genre de chose. Je lis Une petite ville nazie, qui fait l’analyse des événements qui ont eu lieu dans une ville allemande, avant la Seconde Guerre mondiale. Dans la préface, on peut lire qu’un élément important pour l’arrivée du nazisme a été l’incapacité du peuple allemand à s’organiser lui-même. L’État (et avant le parti nazi) a profité de ce vide et à organiser la vie des habitants. Je trouve que cela fait écho aux Heures rouges, mais c’est un très petit passage dans le livre.

  1. Ah, ces livres qui s’empilent en attente de chronique ! Le passer sous la pile, peut-être ?
    Sinon, jolie couverture pour ce « crime classic »… je ne note pas, j’ai déjà 4 ou 5 livres en VO qui m’attendent depuis trop longtemps ! 😉
    Bonne fin d’année, Cécile !

  2. Voilà qui m’a l’air très sympathique ! Je n’ai pas lu Burley mais j’avais beaucoup aimé la série télé (« Wycliffe ») qui passait sur france 3, il y a quelques années.

  3. « il y a un livre de la rentrée littéraire (de septembre) qui m’a à la fois plu (dans le sens où je l’ai lu assez rapidement, sans le lâcher), mais qui m’a déçu (alors qu’il a plu à beaucoup). » C’est ce que je ressens pour le dernier Goncourt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.