Ceux qui me restent de Damien Marie et Laurent Bonneau

CeuxQuiMeRestentLaurentBonneauDamienMarieLe thème principal de cette bande dessinée est la maladie d’Alzheimer et son impact pour le malade et ses proches. Les auteurs traitent ce thème avec beaucoup de sensibilité, de justesse et de talent. Ils font passer beaucoup d’idées et de sentiments.

Les personnages principaux de l’histoire sont Florent et Lilie, un père et sa fille. Celui-ci s’est retrouvé veuf à la trentaine après le suicide de sa femme, qu’il aimait tendrement mais visiblement il ne lui a pas assez montré. Il se retrouve seule avec sa fille. Il a autant de mal avec elle qu’avec sa femme. Elle le quitte le plus vite possible pour se réfugier ses grand-parents anglais. Elle le laisse seul pendant 20 ans. Mais aujourd’hui il en a 70 et a besoin d’elle.

Il la cherche partout. Le problème est qu’il a Alzheimer et quand il cherche sa fille, il la cherche dans ses souvenirs, à la maternité, quand elle avait 5 ans et qu’il l’a perdue de vue sur le bateau de retour après l’enterrement, quand elle est partie de la maison. Il s’enfuit de l’hôpital pour la retrouver mais aujourd’hui Lilie est là, sans vraiment lui avoir trop pardonner. Elle veut et va l’aider de son mieux.

Le scénario mélange toutes les époques et suit les pensées de Florent qui sont donc assez chaotiques. La grande force de ce récit est d’arriver à ne pas nous embrouiller, nous. Je pense que c’est grâce à des dessins très travaillés. Le dessinateur a vieilli son personnage, en en gardant les expressions types. Il est donc très facile à reconnaître et de comprendre les transitions dans l’histoire. Ce que j’ai aimé aussi dans les dessins, c’est le fait que la mère et la fille apparaissent sous les mêmes traits, un peu comme si elles étaient des apparitions. Cela aussi cela rend bien la confusion dans l’esprit du malade.

C’est une bande dessinée avec un bon scénario et des dessins qui le servent habilement. C’est une très bonne découverte.

Références

Ceux qui me restent de Damien Marie (scénariste) et Laurent Bonneau (dessinateur) (Grand Angle, 2014)

3 commentaires

  1. Cette BD a l’air super ! Je la note; le thème m’intéresse.

    Message perso à ne pas publier :
    Concernant votre message à propos de « Meurtre à l’anglaise » sur mon blog, je vous le prête volontiers. Envoyez-moi votre adresse par mail et je fais travailler illico la poste ! 😉

    1. Je suis en train de lire le livre de Arno Geiger sur le même thème, où il parle de la maladie de son père. Pour l’instant, ce n’est pas mal mais je n’en suis pas loin.

    2. Pour Meurtre à l’anglaise, j’ai noté qu’il faut vous envoyer un mail. Je le ferais demain (euh … en fait aujourd’hui)
      Au fait, bonne année !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.