Le maître du jugement dernier de Leo Perutz

LeMaitreDuJugementDernierPerutz

L’histoire est une variation autour du meurtre dans une chambre close, à Vienne en 1909. Le narrateur, un certain baron von Yosh, reçoit la visite du docteur Gorski qui lui propose d’aller chez Eugen Bischoff, célèbre acteur, pour jouer de la musique avec Dina, la femme d’Eugen, pour distraire ce dernier. D’autant que le jour même, la banque où il avait placé toutes ses économies a annoncé sa faillite.

Un fois sur place, deux autres personnes sont aussi présentes : Felix, le frère de Dina, et Waldemar Solgrub, ingénieur très spécial, qui ressemble par ses talents de déduction à Sherlock Holmes.

Au cours de la soirée, Eugen Bischoff s’isolera et se suicidera (aucun doute là-dessus). Le problème est que tout le monde a entendu deux coups de feu. Felix va très vite accuser le baron von Yosch car il a été l’amant de Dina il y a quelques années et a fait de nombreuses allusions déplaisantes tout au long de l’après-midi. Waldemar Solgrub est moins catégorique et commence son enquête. Le baron von Yosch en fera une en parallèle pour se disculper. La résolution du mystère ne se fera pas facilement entraînera deux suicides dans des circonstances tout aussi incompréhensibles.

En avançant, on s’oriente vers une explication livresque, irrationnelle et fantastique, à laquelle j’ai totalement adhéré. La fausse postface de l’éditeur est d’autant plus déconcertante.

J’ai beaucoup aimé de livre pour le côté mystère à résoudre, enquête parodique de Sherlock Holmes. J’ai eu plus de mal à comprendre le passage au fantastique. Une fois passé, j’y ai par contre totalement adhéré.

Ce qui est déconcertant aussi c’est le fait que le baron von Yosch soit narrateur. Volontairement ou involontairement on adhère à son point de vue. Les accusations dont il est l’objet semblent incompréhensibles par exemple car le baron nous les explique par des maladresses involontaires. Pour simplifier, on a du mal à croire à une quelconque culpabilité. Cela enlève un élément de suspens dirons nous. Un autre désavantage d’avoir le baron comme narrateur est le fait que les autres personnages nous sont inaccessibles, au niveau psychologique, notamment le personnage de l’ingénieur qui me semblait pourtant très intéressant. Cela vient du fait que le baron est peu empathique et a tendance à être manipulateur (en tout cas, c’est ce que le docteur nous dit savoir de lui par oui-dires).

Si on résume, le livre m’a plu mais moins que Le cavalier suédois. J’ai eu du mal à rester dans le livre quand je l’ouvrais. D’un autre côté, cela s’explique en grosse partie par le fait que ma lecture s’est faites dans les transports en commun et que les gens aiment s’asseoir à côté de moi pour parler avec leurs amis.

Références

Le Maître du Jugement dernier de Leo PERUTZ – traduit de l’allemand par Jean-Claude Capèle (Livre de poche, 2001)

Un siècle de littérature européenne – Année 1923

4 réflexions au sujet de « Le maître du jugement dernier de Leo Perutz »

  1. oh mais il m’intéresse aussi celui-ci – je ne connais pas cet auteur du tout, je vais donc tenter de le découvrir après avoir un peu vidé ma pal (si si, c’est sérieux 😉 )

    1. Attends un peu de toute manière car je vais essayer de lire ceux de ma PAL. Comme cela, tu verras celui qui te plaît le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.