J’ai enfin lu tous les Enola Holmes … en français.

Pour une fois, j’ai fait un montage de couverture. Que de progrès !

J’ai enfin lu les cinq derniers tomes de la série d’Enola Holmes. J’ai beaucoup aimé, même si mon préféré est le tome 5.

Ces cinq livres couvrent toute la quatorzième année de la sœur de Mycroft et Sherlock Holmes.

Nous avions laissé Enola Holmes à Londres après avoir fui la tutelle de ses frères. Au début du tome 2, elle est installée chez une logeuse sourde, Mrs Tupper, et tient un cabinet de « spécialiste en recherches – toutes disparitions ». Plus exactement, elle est la secrétaire du Dr Leslie T. Ragostin, personnage cependant imaginaire. C’est donc elle qui mène les enquêtes.

Les cinq tomes sont donc des enquêtes menées par Enola pour le compte du Dr imaginaire.

Dans le tome 2, la jeune sœur de Sherlock essaye de retrouver la jeune lady Cecily Alistair, disparue de manière étrange en pleine nuit. Cela va mener Enola des bas-fonds à la haute aristocratie, du monde des anarchistes aux grands bourgeois.

Dans le tome 3, Watson a disparu or Enola a une faible pour lui après qu’il ait aidé Cécily dans l’enquête précédente. Elle va donc intervenir dans l’enquête de Sherlock Holmes quitte à damner le pion à son grand frère.

Dans le tome 4, on retrouve Cecily, la jeune lady rebelle, qui va subir un mariage forcé, sur les instructions de son père. Enola va devoir la retrouver (car bien sûr elle est séquestrée) et la sauver (pour la ramener à sa mère).

Dans le tome 5, Mrs Tupper a disparu en laissant « pour seuls indices quelques jupons épars et un énigmatique message ». Dans ce volume, on se plonge dans l’Histoire dans l’Angleterre. On y rencontre Florence Nightingale, personnage absolument incroyable. Il y a du code secret, de l’énigme.

Dans le tome 6, Enola réalise une vraie enquête dans le sens où elle ne le fait plus à partir du bouche à oreille. C’est un client qui vient la voir et lui demande son aide. C’est aussi le tome le plus triste puisqu’on y apprend ce qu’est devenu la mère d’Enola. C’est bien sûr le sujet filé tout au long de la série.

Mon avis

Cela ne m’étonne pas que je n’ai pas tout compris en anglais car le vocabulaire et le style sont assez élevés, plus que pour de nombreux livres dits pour adultes. C’est ma première surprise.

Une autre chose m’a marqué : Nancy Springer n’a pas copié les livres de Conan Doyle. Enola Holmes n’est pas le jumeau féminin de Sherlock Holmes ; sa manière d’enquêter est totalement différente. Elle utilise à la fois son intuition, son intelligence, un peu de hasard. Il y a moins d’esprit déductif donc. Je dirais qu’Enola Holmes a une méthode plus féminine malgré tout ce que peuvent en penser Sherlock et Mycroft !

Un des points forts de la série : la description de la société de l’époque. Nancy Springer a choisi de ne pas s’attarder sur l’architecture du Londres victorien mais plus sur la société de l’époque et notamment sur le sort fait aux femmes et sur l’écart entre les différentes couches de la société.

Deux points faibles. Quand on lit la série à la suite, cela peut paraître parfois répétitif (un peu comme les quatrièmes de couverture d’ailleurs). Un deuxième point faible (qui faisait partie de mes points forts) est la méthode d’enquête intuitive d’Enola qui peut donner l’impression d’actions plaquées pour faire avancer le livre.

Mais je n’hésiterais pas à la faire lire à tout le monde !

Références

Les enquêtes d’Enola Holmes de Nancy SPRINGER – traduit de l’anglais par Rose-Marie Vassallo (Nathan)

  • L’Affaire Lady Alistair (2007)
  • Le Mystère des pavots blancs (2008)
  • Le secret de l’éventail (2009)
  • L’énigme du message perdu (2010)
  • Métro Baker Street (2011)

22 réflexions au sujet de « J’ai enfin lu tous les Enola Holmes … en français. »

    1. J’adore enola ! Je me suis acheter toute la série ! Depuis, je n’arrête pas de la relire en boucle ! Je trouve que se serait intéressant d’en faire un film, en français bien sur !

  1. veinarde ! j’attends encore les deux derniers tomes en VO, mais bon, ce n’est pas comme si je n’avais rien à lire ! 😀
    en tout cas, tu nous gâtes en billets holmésiens 🙂

    1. Je lirais ton avis sur celui de Florence Nightingale. Le tome 6 est triste parce qu’on voit dès le départ que c’est la fin de la série.

  2. Mon préféré moi c’est le quatre (le couv est super en plus) !
    Faut que je me procure le deux et le trois maintenant pour les relire à la suite 🙂

    1. C’est vrai que le 4 est bien aussi. Ceux qui m’ont plus le plus, c’est ceux qui décrivent le Londres de l’époque, qui dénoncent quelque chose.

      1. Ce que j’aime dans le quatre, c’est qu’on découvre Florence Nightningale et la condition des hopitaux militaires en temps de guerre 🙂
        Je me souviens que quand j’ai découvert le un, je notais tous les mots que je ne connaissais pas XD (et y en avait un paquet !)

          1. Ahhhh. Nan mais aussi j’avais pas vu que t’avais pas mis le un sur ton montage, donc je me suis trompée dans mon comptage !
            Donc en effet c’est le 5 mon préféré XD

      2. C’est vrai que le tome 6 est triste mais malgré tout c’est mon préféré car ils forment une famille et certain moment sont drôle comme lorsque mycroft découvre enola dans le fiacre ! La fin laisse supposé qu’il y aura une suite se dont j’espère !

  3. Moi j’ai adoré les 6 livres et mon préféré c’est quand même le 6, à cause des deux frères d’Enola. J’attends un nouveau tome avec impatience… Quelqu’un sait si il y aura un 7?

    1. Je crois qu’il a été dit par l’auteur qu’il n’y aurait pas de tome 7. On ne sait jamais, elle aura peut être des regrets si on l’encourage un peu.

  4. J’ai adoré toute la collection en particulier le tome 6 et j’espère vraiment qu’il y aura une suite 😉

  5. Pour l’instant j’ai lu quele 2 mais j’adorais lire autres,j’ai trop envie!
    Ps:tu les a pas tous lus ,il manque le 1,la double disparition.

  6. J’adore la série…la seule chose qui « m’énerve », c’est qu’Enola fuit Sherlock alors qu’en fait, il ne lui veut que du bien! (Contrairement à Mycroft jusque dans Metro Baker Street)

  7. J’adore Enola Holmes elle est génial ma mère a fait la collection quand j’étais petite vue que je m’appelle Enola 😉 ps: quand sa mère lui dis « tu te débrouilleras très bien toute seulle Enola » elle lui dis sa car Enola c’est l’anagramme de Alone et Alone veut dire seulle en anglais (Enola=Alone=seulle)

    1. Je me rappelle bien du pourquoi d’Enola (avec alone). Je n’avais pas remarqué avant de lire les livres. En tout cas, tu as un prénom original et très joli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.