Darwin viendra-t-il ? de Luc Perino

Je vous le dis de suite : Darwin ne viendra pas aujourd’hui. Je viens encore une fois de spoiler le livre même si vous vous doutiez qu’une homme mort depuis plus d’un siècle ne pouvait pas venir mettre un commentaire sur un blog.

Rassurez-vous, ce n’est pas du snobisme de sa part, juste de la timidité,  parce qu’il n’est pas non plus venu le 30 juin 1860 à Oxford pour défendre son œuvre L’origine des espèces. Le livre de Luc Perino raconte comment il n’est pas venu et comment les gens se sont débrouillés sans lui.

Darwin a travaillé pendant 20 ans sur sa théorie. C’était un homme, un scientifique, très méticuleux : il ne voulait pas publier tant qu’il avait des doutes. Il cherchait à justifier toutes les zones d’ombre, cherchait de nouveaux exemples et quand il ne trouvait rien, il indiquait de lui-même les failles de sa théorie. Quand il fut persuadé de la justesse de sa théorie, il était fatigué et n’avait plus envie de débattre. Il était incompris de la plupart de ses pairs car à cette époque, on avait tendance à parler tout de suite de ses recherches pour susciter la discussion et pour entraîner de nouvelles idées.

Ce Darwin ne parle jamais dans le livre. Finalement, ce sont ses partisans et détracteurs qui dressent son portrait. On y découvre aussi un homme partagé entre religion et science car la question centrale de cette histoire romancée est st-ce que Darwin a parlé de l’Homme dans sa théorie de l’évolution ? La réponse est non (Darwin ne pouvait se résoudre à mettre en question toute la Bible) mais beaucoup de gens ont pensé que oui (alors que d’après ce que j’ai compris c’est plutôt Thomas Huxley (c’est même lui qui a inventé le mot « agnostique », le grand-père d’Aldous, qui a fait le lien entre les singes et l’Homme).

La structure du roman est intéressante car dans une première partie on mêle partisans et détracteurs : on expose les théories, les doutes de chacun. On présente un contexte aussi : une Angleterre victorienne, siège de tous les progrès du monde et pourtant d’un puritanisme sans nom. Notamment, on découvre qu’à cette époque une grosse partie des scientifiques étaient des religieux et qu’ils étaient souvent difficiles de distinguer les deux dans leur tête (ici on nous présente les pionniers de ceux qui ont réussi). Cela entraîne entre une vision particulière de la découverte de théorèmes, de lois de la nature … Dans une deuxième partie, on nous présente le fameux débat. Cela permet aussi de faire sa propre idée, de comparer les arguments mis en avant, de décider qui a gagné …

J’avais entendu parler de ce livre dans Le magazine de la santé et je n’ai pas été mécontente d’avoir suivi ce conseil. Ce livre m’a permis d’apprendre énormément de chose sur l’Angleterre victorienne, sur la manière de faire de la science (et de connaître les grands scientifiques de l’époque : Lamarck, Linné, Cuvier, Lewis Caroll, Huxley …) mais surtout de mieux comprendre une théorie que certains, les créationnistes avec leur Intelligent Design, malgré toutes les preuves, mettent encore en cause. En gros, c’est un livre actuel malgré tout.

Références

Darwin viendra-t-il ? de Luc PERINO – préface de Dominique Lecourt (Le Pommier, 2008)

9 réflexions au sujet de « Darwin viendra-t-il ? de Luc Perino »

  1. Ahhahha ce livre-là il me tente pas mal beaucoup beaucoup.
    J’aime ce genre de bouquin où tu apprends la genèse d’une théorie si importante et la façon dont on percevait Darwin ; en lus j’aime bien sa démarche et la façon dont tu en parles.

    Dans le genre « livre scientifique », tu as dans ta PAL :  » Le vie immortelle d’Henrietta Lacks » de Rebecca Skloot ? C’est franchement super intéressant et passionnant sur l’élaboration des cellules de cultures, du test HELA.

    1. Toi aussi, tu aimes les livres qui apprennent quelque chose. Henrietta Lacks, je l’attends en poche. Pour une fois, je sais attendre !!!!

  2. Tssss.
    Ouiiii j’aime beaucoup ces livres même si je fais semblant que non :p
    Enfin ça dépend aussi du ton, du sujet… non je suis pas du tout difficile XD

  3. Je pense qu’environ 50% de la population mondiale ne croit pas en ces théories, ou du moins, pas à 100%.

    1. Tu as raison d’insister parce qu’en fait, Luc Perino en parle dans le livre : Darwin n’avait pas tout à fait raison (un peu comme toutes les théories scientifiques qui sont faites pour être contredites ou améliorées et corrigées) et visiblement il y a une théorie au dessus qui semble plus juste mais il n’en dit pas plus dans le livre. Par contre, je ne pense pas que 50% de la population mondiale adhère aux théories créationnistes (doute peut être mais je ne sais pas), c’est un peu extrême comme chiffre tout de même.

      Je précise pour les suivants que tout commentaire insultant pour qui que soit, présentant ou défendant une opinion par rapport à une autre ne sera pas validé car c’est un blog de lecture et non de science ou de politique ou de religion : je n’ai pas les compétences nécessaires pour répondre de manière argumenté et ne souhaite cautionner aucune théorie qu’elle soit fondée ou non.

  4. je viens de lire une bio de Darwin excellente mais je ne suis pas contre lire quelque chose de plus tant le personnage me fascine, je note ce bouquin que je n’ai pas sur ma bibliographie Darwinienne piochée ici et là

    1. J’ai commandé d’autres livres parce que je découvre seulement le personnage, le Beagle et tout ça … même le débat d’Oxford … J’espère que tu feras un avis sur la bio (au moins pour que je sache laquelle c’est).

  5. Il a l’air pas mal du tout, celui-ci – surtout si je peux y approfondir mes connaissances de l’Angleterre victorienne. Mais j’ai un peu peur que cela soit trop scientifique pour moi. Je le note quand même. Merci.

    1. Je crois que c’est un peu scientifique tout de même mais pas pour les spécialistes. Cela se lit comme un roman (je n’ai pas relu de passage) mais il y a assez peu (voire pas) d’endroits où il rentre à fond dans la théorie et qu’il discute des points obscurs. C’est un ouvrage de vulgarisation tout de même. Ce qui m’a intéressé c’est de voir comment la science était entourée par la religion et finalement que certains plaidaient pour la stricte séparation des deux, sans pour autant abandonner aucune des deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *