Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur de Gwangjo et Corbeyran

Quatrième de couverture

Lundi matin. Pénible, comme tous les lundis. Tôt, comme tous les matins. Je me lève la première pour préparer le petit déjeuner à Xavier.

Quelques phrases jetées sur les pages d’un journal intime oublié dans une poubelle et Louis Levasseur, écrivain raté et fauché, renoue avec l’inspiration. Le contenu du journal est explicite : Léa a un problème avec les appareils électroménagers et tout ce qui constitue l’univers de la femme au foyer.

Conquis par cette amnésie singulière, Louis s’empare du propos de cette « ménagère inconnue » et en fait l’héroïne de son nouveau roman, transformant au passage Léa en icône révolutionnaire. Auréolé du succès planétaire de son best-seller, Louis est désormais heureux et comblé. Jusqu’au jour où il découvre la « vraie » histoire de Léa.

Mon avis

Je vais être brève : lisez cette bande dessinée. Je l’ai prise à la librairie parce que le titre m’a fait rire, m’a intrigué, que les dessins étaient magnifiques : noir et blanc, au crayon où les personnages sont expressifs (on voyait une détresses dans leurs yeux, surtout dans ceux de la fameuse Léa), les décors sont très travaillés.

Je l’ai ouverte aussitôt rentrée chez moi et j’ai été happée, je voulais connaître la véritable histoire de Léa. J’ai détesté Louis parce qu’il était imbus de lui-même et surtout quand il retrouve Léa, il ne l’écoute pas. Mais quand elle peut enfin raconté son histoire, je me suis dit que j’aurais pu faire la même erreur : ne pas voir. Au final, là où on s’attend à une histoire originale que l’on n’a encore jamais lu, on a une histoire banalement tragique mais qu’il faut quand même lire encore une fois pour garder tout cela dans notre conscience.

Références

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l’aspirateur de GWANGJO (dessinateur) et CORBEYRAN (scénariste) (Dargaud, 2010)

13 réflexions au sujet de « Léa ne se souvient pas comment fonctionne l'aspirateur de Gwangjo et Corbeyran »

    1. @ Niki : titre amusant mais histoire comme je le disais banalement tragique. J’ai été samedi à Bruxelles et comment te dire que je te remercie pour tes antres de perdition (je n’ai pas pu tout faire bien évidemment). J’ai vu la librairie Sterling, la librairie Brussel (et là franchement c’est trop trop trop bien, je veux la même à côté de chez moi) et la librairie à côté de bd aussi (maxi bd ou quelque chose comme ça qui est aussi trop trop trop terrible). Je retournerai à Bruxelles pour acheter mes bd ; vous avez dix fois plus de choix qu’en France. On n’a pas trouvé la fnac. Je voulais voir si il y avait des éditeurs belges que l’on ne trouvait pas en France. Ce sera pour une prochaine fois.

  1. C’est sûr que le titre est original ! ;-D
    J’aime bien les BDs alors je note, merci !
    Au fait, avez-vous vu que le second tome de « Ste-Kilda » est paru ? Je ne l’ai pas encore lu mais j’ai pensé à vous en le voyant en librairie.

    1. @ Lewerentz : j’ai lu Sainte Kilda vendredi (visiblement vous avez des super magasins de bd près de chez vous parce que perso, je l’ai par hasard sur internet. Le libraire l’avait mais bien caché). Finalement, j’avais bien Agnès dans ma PAL. Du coup je l’ai pris dans ma valise !

  2. j’ai lu un avis sur cet album au moment de sa sortie et le tien me rappelle qu’il faudrait vraiment que je me procure l’album. Hum hum
    Sinon, je viens de lire Mademoiselle Else (suite à notre échange qui date un peu), étrange album que voilà. Je vais tenter d’en parler. Et le mois prochain, je m’achète « Les cahiers ukrainiens » d’Igort (je n’ai pas oublié)… la nouvelle année et ses bonnes résolutions a du bon ^^

    1. @ Mo : j’ai lu les deux autres albums d’Igort et j’ai été moins convaincu que par ces Cahiers Ukrainiens …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.