Les disparus de Dublin de Benjamin Black

L’auteur, Benjamin Black, est le pseudonyme de John Banville, celui de La mer. Personnellement, j’avais adoré ce livre, si ce n’est adulé (en simplifié pour moi c’est un chef d’oeuvre). J’ai aussi adoré ce livre mais par contre dans ma tête, il est bien clair que Les disparus de Dublin ne joue pas au même niveau. Ici, on a plutôt affaire à un très bon diverstissement.

Le personnage principal, c’est Quirke (apparemment il sera récurrent dans les livres de Benjamin Black). Il est médecin légiste à Dublin dans les années cinquante. Il est grand, bourru, alcoolique, fumeur … Irlandais quoi (je suis une fille pleine de préjugés 🙂 ). Niveau famille : il est orphelin, recueillie par Grant Griffin, juge de son état, qui lui-même a un fils Malachy, qui lui même a une femme Sarah. Les deux derniers ont ensemble une fille Phoebe. Quirke est veud de Delia, morte en couche, vingt ans plus tôt. Détail non négligeable c’est la soeur de Sarah.

Ces histoires amoureuses ont commencé comme ça : Quirke et Malachy sont partis aux Etats-Unis il y a vingt ans pour une année chez un grand amis de Grant : Crawford (le prénom m’échappe, désolée). Celui-ci a deux filles : Sarah et Delia. Quirke veut Sarah mais couche avec Delia (comme quoi les hommes …)

Je pense vous avoir situé tous les personnages à part Rose, Andy et Claire et aussi les membres de l’Église irlandaise et bostonienne. Je vous en dévoilerai un peu beaucoup alors.

Pour ce qui est de l’intrigue : Quirke arrive un jour dans son bureau et trouve Malachy, gynécologue de son état, en train de falsifier un rapport de décès. Celui de Christine Falls, morte d’un embolie pulmonaire. Quirke ne dit trop rien mais s’aperçoit rapidement que cette fille est en réalité morte en accouchant d’une petite fille. La question qu’il se pose est où est la petite fille ? Est-elle morte ou vivante ? Il met alors le doigt dans une histoire glauque d’enlèvements d’enfants (de trafic en réalité avec les États-Unis) par des membres de l’Église irlandais, dont plusieurs membres de sa famille.

Comme je vous le disais, j’ai passé un excellent moment de lecture. C’est un page-turner si on reprend l’expression de la quatrième de couverture . Il y a plein d’intrigues, de rebondissements. Par contre c’est un roman noir (d’où le pseudo de l’auteur) mais pas un roman policier. Il n’y a pas d’enquête à proprement dit. Par contre, on peut reprocher au livre les défauts des premiers volumes de série ; l’auteur essaye de garder du suspense sur la vie du personnage principal et prend du temps à décrire les personnages qui seront récurrents. Par contre il faut noter le soucis du détail dans les descriptions des personnages (récurrents ou pas) que vous pouvez pratiquement visualiser. Mais là c’est l’auteur de romans et non de romans noirs qui écrit à mon avis.

Je dois cette lecture aux dames de Blog-o-book. Merci beaucoup !!!

 

Deux autres avis

Ceux de Mango (je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer les infichus) et de Madame Charlotte.

Références

Les disparus de Dublin de Benjamin BLACK – traduit de l’anglais (Irlande) par Michèle Albaret-Maatsch (Nil, 2010)

4 réflexions au sujet de « Les disparus de Dublin de Benjamin Black »

  1. je suis lancée dans « christine falls », mais j’arrête un peu pour l’instant car c’est un peu sombre et j’ai envie de lire des histoires amusantes – mais je poursuis dès que je me sens mieux car j’aime bien l’atmosphère, malgré ce côté très sombre (irlandais quoi ! 😛 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *