Instructions pour sauver le monde de Rosa Montero

Quatrième de couverture

Quatre personnages plongés dans l’apocalypse de la modernité d’une grande cité vont voir leurs destins se croiser. Un chauffeur de taxi veuf qui ne peut pas se consoler de la mort de sa femme, un médecin sans illusions perdu dans les espaces virtuels de Second Life, une prostituée africaine accrochée à la vie que protège son totem, un petit lézard, et une vieille scientifique alccolique et pédagogue sont les héros de ce conte philosophique sur fond d’assassinats en série, de terrorismes et de petits prodiges.

En raconteuse d’histoires étranges talentueuse, Rosa Montero nous parle des hasards et des coïncidences et écrit une histoire d’espérance, une tragicomédie entre humour et émotion. Un texte captivant qui nous montre que « la vie est belle, folle et douloureuse. Une fable pour adultes qui invite à profiter de la beauté, maîtriser la douleur et rire de cette incroyable folie.

Mon avis

C’est un livre voyageur de Keisha qui m’a permis de découvrir ce livre en avance. Il ne sort que le 21 janvier. Bien évidemment je n’avais rien compris au résumé ou à l’avis de Keisha : c’est pour ça que je me suis inscrite au livre voyageur.

Dès le début, Rosa Montero met en parallèle les deux personnages masculins principaux : Matias le chauffeur de taxi et Daniel le médecin. Elle leur donne le même âge, ils habitent la même ville, n’ont pas d’enfants … Il y en a un qui théoriquement avait tout pour être heureux : il est médecin, a une femme. Le problème c’est que ce n’est que théorique. En réalité il végète : cela fait quinze ans qu’il ne s’est pas plongé dans un article scientifique, sa femme le méprise, il vit une seconde vie devant son ordinateur, dans laquelle il fait ce qu’il n’ose pas faire dans la réalité.

Le chauffeur lui avait tout pour être malheureux au début de sa vie mais il a rencontré à dix-sept ans Rita, plus âgée, qui a su lui apporter la sérénité et la paix. Sauf qu’à quarante cinq ans, il vient de perdre sa femme d’un cancer. Il a alors besoin de trouver un coupable. Mais qui ? La différence avec le médecin c’est que lui agit et ne subit. Il n’abandonne pas ses amis même si lui a des problèmes.

Les deux personnages féminins : la prostituée et l’ancien professeur permette de lier le destin des deux hommes, plus précisément c’est la prostituée et le bordel dans lequel elle travaille, ainsi que le bar d’à côté où tous se retrouvent pour picoler à un moment ou à un autre.

Ce que j’aimerais souligner c’est la manière intelligente dont les personnages s’entrecoisent. Ce n’est pas factice comme parfois, cela s’intègre parfaitement à l’histoire. Autre chose qui m’a beaucoup plu : c’est que ce n’est pas glauque (au contraire de ce que j’aurais pu penser à la lecture de la quatrième de couverture). Les personnages vivent avec des hauts et des bas mais ne tombent jamais dans le fond du trou. Comme dit Keisha c’est « sombre et lumineux » parce que oui c’est lumineux.

Quand on voit que le titre c’est Instructions pour sauver le monde, c’est plutôt rassurant. Rosa Montero pense que la vie mérite d’être vécue même si c’est parfois difficile, qu’il y a toujours des personnes biens qui vont vous aider même si il y en a des mauvaises (en plus grands nombres) ; c’est comme ça qu’elle fait pour sauver le monde Rosa Montero. Ce n’est pas fait à coup de grands sentiments mais grâce à des vies.

En conclusion, j’ai particulièrement aimé ce livre et si je peux me permettre un conseil, demandez une escale à Keisha même si comme cela ça ne vous paraît pas extraordinaire : vous serez surpris !

Références

Instructions pour sauver le monde de Rosa MONTERO – traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse (Métailié, 2010)

Une réflexion sur « Instructions pour sauver le monde de Rosa Montero »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.