Boire de Fabienne Swiatly

 

Je continue mon exploration des romans de Fabienne Swiatly. Après Une femme allemande, voici Boire. Comme le titre l'indique, cela parle de gens qui boivent. Plus spécifiquement d'une famille : les parents et deux filles. Chacun boit mais à sa manière : le père fait la tournée des bars, la mère boit tranquillement chez elle (ils en mourront tous les deux), la soeur tient un bar (et diminuera sa consommation : elle perdra le contact avec la narratrice) parce que dans cette famille, il faut boire pour en être membre :

"À 13 ans, je bois ma première bière, une Kronenbourg en bouteille de verre 33 centilitres. Je bois au goulot comme cela se fait chez nous. Les verres, c'est pour les invités. Je n'aime pas particulièrement le goût amer de la bière, mais très vite je prends conscience de l'effet que cela produit dans mon corps. Surtout dans ma tête. Pour la première fois, je ne m'ennuie pas en famille, j'ai envie de rester avec eux, de parler avec aux. J'entre dans la bulle.Je suis en lien et l'ennui a disparu." (p. 43)

Quand la narratrice tente d'arrêter, elle ne trouve pas vraiment de soutien auprès de son docteur. Elle se demande même ce qu'elle va perdre d'elle parce qu'elle pense que l'alcool la définit en tant que personne. Tout ça est dit avec une sensibilité froide : sans pathos, la narratrice dit les faits et ses sentiments. Fabienne Swiatly confirme un grand talent pour décrire des vies noires où le destin n'est pas très favorable. En conclusion, à lire !

Références

Boire de Fabienne SWIATLY (Ego comme X, 2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.