Alexander Trocchi

 

 

Biographie

Trocchi est né à Glasgow le 30 juillet 1925 d'un père italien et d'une mère écossaise. Il suit des cours à l'université de Glasgow en 1942-1943 avant de rejoindre la Royal Navy en de 43 à 46. La vie militaire ne lui convenant pas, il retourne à l'université pour étudier la philosophie. En janvier 1952, il arrive à Paris après avoir largué sa première femme. Il fonde et édite, avec Jane Lougee (qu'il a séduit) et Christopher Logue, la revue littéraire anglophone d'avant-garde Merlin à partir de mai 1952. Cette revue publie entre autre les travaux de Henry Miller, Samuel Beckett, Pablo Neruda … En 1953, il lance chez Olympia Press (maison d'édition anglophone dirigé par Maurice Girodias et spécialisée dans les écrits "libertins" qui édite quand même des auteurs comme Jean Genet, Vladimir Nabokov, William Burroughs) une "collection Merlin" consacré à des récits érotiques voire pornographiques. Alexander Trocchi écrit pour sa propre collection notamment Hélène et le désir et Anna en sa tannière. Visiblement, dès cette époque, il vit selon ce qu'il écrit. En 1954, il fait cependant paraître, chez Olympia Press, sous le pseudonyme de Frances Lengel, son livre "plus respectable" Young Adam. Depuis longtemps drogué, il découvre en 1955 l'héroïne et l'internationale lettriste (dont faisait notamment parti Guy Debord).

Il émigre ensuite à Londres (fin décembre 1955) et débarque à New York le 30 avril 1956. Il épouse en 1957 Marilyn Rose Hicks, dite Lyn. Ils s'installent à Venice, quartier de Los Angeles. C'est "l'épicentre" de la Beat Generation. Trocchi rencontre notamment Allen Ginsberg et Jack Kerouac. Le couple mène une vie faite de drogues, de prostitution et de jeux d'argent (ils ont déménagé à Las Vegas). En 1958, ils finissent à New Yok où Lyn met au monde un petit Marcus. En novembre, Trocchi se fait arrêter une première fois en train d'acheter sa dose à son dealer  ; il sera libéré sous caution, payée par George Plimpton. Il devient vendeur et sa femme se prostitue pour pouvoir continue à se droguer. Il est cependant toujours poursuivi par la police ; la vente de drogue est passible de peine de mort ! Il n'a jamais rompu les liens avec Guy Debord qui est en train de participer à la fondation de l'internationale situationniste. Les situationnistes, avec Henry Miller, vont tenter de l'aider. Au même moment, Trocchi publie un deuxième livre que l'on peut lire sans rougir Le livre de Caïn, livre autobiographique sur sa vie à New-York. En avril 1961, il se retrouve de nouveau en prison pour avoir vendu de la drogue à une mineure ; il sera de nouveau libéré sous caution, de nouveau payée par George Plimpton. A sa sortie de prison, il est invité à un débat télévisé sur les drogues où il tente l'expérience en direct. Il sera alors poursuivi par la police américaine et devra fuire de manière rocambolesque le pays (sans sa femme et son fils d'après ce que j'ai compris). Il passera par le Canada, Glasgow, Londres puis Paris en 1962. Sous la pression de la police française, il doit regagner Glasgow. Alexander Trocchi est alors considéré comme un "drogué invétéré" et peut donc se fournir sous ordonnance en pharmacie. Il se lance dans un projet Media qui le fera rompre avec Guy Debord.

En 1962, aussi, il est invité à la Conférence internationale des écrivains où il se fait descendre en flèche par Hugh MacDiarmid, principal artisan de la renaissance littéraire écossaise. Paradoxalement, ces deux hommes devinrent amis. Il déménage à Londres (il y restera jusqu'à la fin de sa vie) où il continue à écrire mais publie peu. Il meurt en 1984 d'une overdose ou d'une pneumonie suivant les sources.

Bibliographie (traduction française)

  • Hélène et le désir
  • Le jeune Adam (Young Adam)
  • Anna en sa tannière
  • Le livre de Caïn

Références

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.