Le coeur du Mid-Lothian de Walter Scott

 

 

Quatrième de couverture

"Sans Walter Scott, et l'immense influence qu'il a exercée, Balzac, Stendhal, Hugo, Dumas n'auraient pas été les mêmes. Il a su transformer l'histoire passée, mais aussi l'époque moderne, en drame poignant. Le coeur du Mid-Lothian (1818), dont le nom désigne la prison d'Edimbourg, raconte l'histoire, qui commence en 1736, de gens simples, écrasés par l'injustice, et les efforts d'une jeune paysanne pour faire innocenter sa soeur, injustement condamnée à mort. Emeutes, dialogues pathétiques, procès, amour et violence, tous les ressorts d'une oeuvre populaire s'unissent aux tourments de la conscience, à l'héroïsme quotidien, au ton de la ballade et de l'épopée : c'est pourquoi on considère le roman comme le chef-d'oeuvre de Scott. La traduction que les romantiques avaient lue datait de 1821. Nous donnons de ce roman pour la première fois une version précise et complète."

 

Mon avis

Je suis très, très, très contente d'avoir lu ce livre.

Premièrement, normalement, je ne lis jamais de classiques (à part, scandinaves parce qu'ils n'en sont pas vraiment pour moi …) et surtout des classiques de 800 pages. Ce sont des livres qui me rappelle l'école et les lectures obligatoires. Avec ce livre, je n'ai eu aucun problème !!! J'ai découvert que je me faisais de fausses idées et qu'il y avait de très bons romans dans les classiques. J'enfonce sûrement des portes ouvertes pour certains.

J'avais choisi de lire Walter Scott car j'avais lu dans mon livre sur la littérature anglaise que c'était lui qui avait inventé le roman historique genre que j'adore par dessus tout. Ici il mêle la petite et la grande histoire :

  • l'affaire Porteous : un soldat qui a réprimé trop sévèrement une émeute qui faisait suite à la pendaison d'un contrebandier. Il est condamné à mort mais il bénéficiera d'un sursis. La population d'Edimbourg se venge en le "kidnappant" à la prison même et en le pendant ;
  • l'affaire de la famille Deans (famille fortement religieuse) inspirée d'une histoire réelle. Effie est tombée amoureuse d'un homme dont elle tombera enceinte. Le problème c'estqu'à cette époque les enfants hors mariage c'était plutôt mal vu surtout quand ils mourraient à la naissance. Ce qui est le cas ici ; elle est donc condamnée à mort pour infanticide. Sa soeur Jeanie va demander une grâce à Londres auprès de la Reine.

Son roman se déroule de manière très ingénieuse entre ces deux histoires ; ceci est dû à une écriture (et une traduction) vraiment superbe, très vivante tant au niveau des dialogues que des descriptions.

Le seul bémol que je mettrai c'est moi, qui ne suis pas familière ni avec l'histoire de l'Ecosse ni avec l'histoire des religions, j'ai eu beaucoup de mal à comprendre les parties qui entraient trop profondément dans les querelles de religion en Ecosse (il y a une introduction à ce thème dans la notice à la fin du livre ; à mon avis à lire avant de commencer le roman).

En conclusion, c'est un très, très bon roman qui donne envie de lire plus de Walter Scott.

D'autres avis

Ceux de Madame Charlotte, de Cryssilda et d'Isil

Extrait (c'est la morale qui résume tout le livre)

"Cette histoire n'aura pas été racontée en vain, s'il apparaît qu'elle illustre une grande vérité : que le coupable, bien qu'il puisse atteindre à la splendeur temporelle, ne goûtera jamais le vrai bonheur ; que les conséquences néfastes de nos crimes survivent longtemps à leur accomplissement et, tels les fantômes des gens assassinés, hantent à jamais les pas du malfaiteur ; et que les voies de la vert, si elles conduisent rarement à la grandeur terrestre, mènent toujours à une vie agréable et paisible."

Références

Le coeur du Mid-Lothian (La prison d'Edimbourg) de Walter SCOTT – traduction nouvelle de Sylvère Monod (Folio, 1998)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.