Le diable de Milan de Martin Suter

 

 

Quatrième de couverture

"Depuis un "bad trip" au LSD, Sonia est victime d'hallucinations. Elle quitte son mari et part traviller dans un grand hôtel des Alpes suisses. Sur place, un portier de nuit disparaît, un ficus est liquidé à l'acide, les douze coups de minuit sonnent à cinq heures … et le décor feutré de cet hôtel déserté n'est soudain plus si rassurant. A moins que Sonia ne devienne folle ?"

Mon avis

Je ne sais pas vous mais ce que j'aime dans les quatrièmes de couverture c'est y chercher les erreurs ou plutôt les approximations. Je garde en mémoire la quatrième de couverture de Jamie M. Saul Les leçons des ténèbres où tout était faux (au niveau des détails pas de l'histoire quand même …)

En tout cas, ici, Sonia n'est pas victime d'hallucinations mais de synesthésie. Si on reprend la définition de Wikipédia, c'est "une condition neurologique par laquelle deux ou plusieurs sens sont associés" ; on peut par exemple voir les lettres en couleur. On peut facilement imaginer que c'est très destabilisant surtout quand ça vous arrive d'un seul coup.

Le grand hôtel des Alpes suisses n'est grand que par la taille ; il n'a rien de prestigieux. C'est un vieil hôtel qui vient d'être réhabilité par une femme : il y a donc peu de clients (en plus, il ne fait même pas beau), le personnel est nouveau et ne se connaît donc pas. Les villageois sont particulièrement hostiles à l'ouverture d'un hôtel de balnéothérapie.

C'est tout ces éléments que Martin Suter sait exploiter pour faire monter une angoisse sourde tout au long du livre (et pour ça, il est vraiment très doué !) Malheureusement, la fin est trop rapide et pas aussi angoissante qu'on aurait pu s'y attendre. C'est un auteur dont je vais essayer de poursuivre la lecture, Le diable de Milan m'ayant fait découvrir quelqu'un capable de construire tout un univers et de nous y faire vivre.

P.S. Il y a une autre faute dans la quatrième de couverture. Sonia a déjà quitté son mari avant son "bad trip" au LSD. Mais finalement ce n'est pas très grave … L'important c'est que les quatrièmes de couverture nous donnent envie de lire les livres !

D'autres avis

Ceux de Laure, d'Elfique, de Tamara, de AliAnna, de Stephanie, sûrement d'autres que je n'ai pas trouvé …

Références

Le diable de Milan de Martin SUTER – traduit de l'allemand par Olivier Mannoni (Points Seuil, 2007)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.