Un juif pour l'exemple de Jacques Chessex

Quatrième de couverture

Nous sommes en 1942 : l’Europe est à feu et à sang, la Suisse est travaillée de sombres influences. À Payerne, rurale, cossue, ville de charcutiers « confite dans la vanité et le saindoux », le chômage aiguise les rancœurs et la haine ancestrale du Juif. Autour d’un « gauleiter » local, le garagiste Fernand Ischi, sorti d’une opérette rhénane, et d’un pasteur sans paroisse, proche de la légation nazie à Berne, le pasteur Lugrin, s’organise un complot de revanchards au front bas, d’oisifs que fascine la virilité germanique. Ils veulent du sang. Une victime expiatoire. Ce sera Arthur Bloch, marchand de bestiaux.

À la suite du Vampire de Ropraz, c’est un autre roman, splendide d’exactitude et de description, d’atmosphère et de secret, que Jacques Chessex nous donne. Les assassins sont dans la ville.

Mon avis

Après avoir lu l’avis de Wodka, j’ai sorti ce livre de ma PAL et je l’ai lu d’un seul trait. Vu le nombre de billet qu’il y a eu sur ce livre, tout le monde connaît plus ou moins l’histoire, sinon vous pouvez consulter le billet de Dominique par exemple. Finalement, ce dont j’avais envie de parler c’est de ce que j’ai ressenti à la lecture et ce par l’écriture et Jacques Chessex.

Il nous explique à la fin que c’est une histoire vraie, qu’il a vécu au moment des faits, quand il était enfant, dans cette petite ville où tout le monde avait plus ou moins l’air de se connaître. Dès le début du livre, on ressent un sentiment d’urgence mêlé à un sentiment de colère, comme si l’auteur (ou le narrateur) avait besoin que cela sorte. Même la présentation des personnages est rapide et faite avec des phrases chocs. Plus le livre avance, plus cela s’accélère où les cinq nazis vont tuer et dépecer le pauvre Arthur Bloch. Ce que vous avez lu d’une seule traite, sans respirer, explose, vous étouffez, vous avez envie de partir de cette horreur et je pense vraiment que c’est ce que voulait Jacques Chessex en adoptant cette manière de raconter. Parce que pour le procès il ne dit pas vraiment grand chose. C’est ce qui fait que ce roman n’est pas la narration d’un fait divers comme on peut en lire parfois dans cette collection.

Le sentiment d’apaisement ne vient que quand Jacques Chessex nous dit que c’est une histoire, son histoire.

C’est tout ce que je voulais dire sur ce livre même si cela ne doit pas vous aider beaucoup mais sachez qu’il vient de sortir en poche.

Références

Un juif pour l’exemple de Jacques CHESSEX (Grasset, 2009)

10 réflexions au sujet de « Un juif pour l'exemple de Jacques Chessex »

  1. Vois-tu je ne me souvenais plus vraiment de l’histoire, même si j’ai entendu parler du roman… Ca semble vraiment être un livre coup de poing en tout cas!

    1. @ Karine:) : je suis désolée de ne pas avoir rappelé l’histoire alors. Dans un petit village de Suisse, une bande de nazi décide de supprimer un juif pour l’exemple. C’est la version très courte du coup.

  2. Je reconnais bien l’auteur à travers tes impressions de lecture. Ce titre est dans ma PAL depuis quelques mois. Je m’étonne d’ailleurs qu’il y soit encore. 😉

    1. @ In Cold Blog : bonne année ! Il y était depuis longtemps dans la mienne aussi. J’ai d’autant plus honte quand il les sorte en poche avant que je les ai lu.

  3. Un livre qui m’a marqué en 2009 , non pas comme un coup de coeur mais plutôt comme un coup de poing. Un récit sans concession dans une ville ordinaire c’est ce qui fait sa force: le mal ordinaire dans une ville ordinaire …c’est ce qui fait qu’on ne l’oublie pas, c’est chez nous parmi nous ….

    1. @ Dominique : ce qui me choque, c’est que je pense pense que cela pourrait recommencer comme cela tout le temps.

  4. Le seul livre de Chessex que j’ai lu est « Le vampire de Ropraz »; je pense que celui-ci est un peu dans la même veine et je le note sur ma liste pour un prochain passage à la bibliothèque, car il semble bien.

  5. Je l’ai depuis sa sortie en poche (très récente) et j’ai très envie de le lire, surtout depuis que j’ai découvert Jacques Chessex avec « Le dernier crâne de M. de Sade ». J’avoue avoir eu un coup de foudre pour la pertinence et la force de son écriture … Et ce que tu dis du « Juif pour l’exemple » me donne vraiment envie d’en savoir plus, même si j’ai lu beaucoup de très bons billets !

    1. @ Nanne : je n’ai pas lu « Le dernier crâne de M. de Sade ». Il me faisait très envie à sa sortie et j’attendais sa sortie en poche mais cela n’arrive pas … J’espère que tu nous le signaleras dans tes billets des sorties (encore cette fois-ci j’en ai noté plein …).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.