Tangente vers l’est de Maylis de Kerangal

TangenteVersLEstMaylisDeKerangalEn ce moment, j’ai besoin de froid, de grands espaces, d’évasion. Je me suis donc forcément tournée vers la Russie, et plus particulièrement la Sibérie. Qui dit Sibérie dit Transsibérien. J’ai donc pris ce livre que je voulais lire depuis longtemps à la bibliothèque.

On suit deux personnages Aliocha, un conscrit, russe, et Hélène, une Française. Tous les deux se retrouvent dans le Transsibérien. Lui parce qu’il doit entamer son service militaire et doit donc être transporté jusqu’à son poste, pratiquement à la frontière chinoise. Elle parce qu’elle vient de partir sur un coup de tête de chez Anton, son petit ami russe rencontré à Paris, qui à Paris se moquait de la Russie et qui aujourd’hui redécouvre son pays. Il est donc en troisième classe et elle en première. La particularité du transsibérien est que pour vous rendre au wagon restaurant vous devez traverser toutes les classes quand vous êtes en première. Le monde n’est pas clôturé dans ce train.

Les deux personnages se rencontrent en queue de train, en observant les rails défilés. Ils ne peuvent pas se comprendre car aucun ne parle la langue de l’autre. Pourtant un attachement se créé et Aliocha y voit l’occasion de réaliser son désir : ne pas se rendre à l’armée. Hélène accepte de le cacher de son supérieur pour qu’il puisse déserter. C’est ce que le roman va développer.

J’ai lu ce roman dans le RER. Bien évidemment, vous n’êtes pas dans le transsibérien quand vous êtes dans le RER. Par exemple j’imagine un bruit très différent en ce qui me concerne. Pourtant j’y étais. J’ai oublié les gens, je me suis concentrée sur les bruits du train et j’y étais. J’étais Hélène avec cette envie de faire autre chose, de voir autre chose, de partir. Je voyais le lac Baïkal comme elle (en fait, c’était l’Oise mais on fait avec ce que l’on a). Je ne me suis pas identifiée à Aliocha du tout dont le caractère m’est resté en partie mystérieux. C’est un livre que je vous conseille si vous avez envie d’aventure, de grands espaces, de froid.

J’y mettrais cependant un bémol. Je me suis reconnue dans Hélène parce qu’elle était française. Maylis de Kerangal jette sur le Transsibérien et sur la Russie l’imaginaire que nous en avons. Cela colle à ce que l’on a envie de lire surtout pour moi. Ce qu’elle raconte c’est ce que la littérature et les films nous ont fait penser du pays (on pense à Anna Karénine et au Barbier de Sibérie). Ce n’est pas un livre qui fait découvrir et/ou comprendre la Russie. Je trouve que c’est un peu gênant pour une fiction née d’un voyage dans le Transsibérien, effectué dans le cadre de l’Année France-Russie (juin 2010). Il ne faut pas se tromper. Je suis ressortie enchantée de ce livre mais il a souffert que j’ai lu juste après Sibérie d’Olivier Rolin. J’en parlerai dans un autre billet mais pour le coup, là, j’ai eu l’impression de comprendre quelque chose à la Russie, de lire des instantanés venant de Sibérie, de vivre une véritable aventure, de voir des grands espaces. Il y a un côté humble et franc chez Olivier Rolin qu’on ne retrouve pas chez Maylis de Kerangal, où toute la narration est maîtrisée.

Titine l’a lu récemment.

Références

Tangente vers l’est de Maylis de Kerangal (Éditions Verticales, 2012)