L’alternative suivi de Un destin de femme de Taslima Nasreen

J’ai trouvé ce roman par hasard à la bibliothèque. Je cherchais un autre livre dans les N. Comme j’aime beaucoup cette collection, j’ai retourné celui-là pour lire la quatrième de couverture et je l’ai pris.

Je ne connaissais pas Taslima Nasreen mais elle semble très connue depuis de nombreuses années en France au moins. Je résume un peu sa biographie car je trouve que cela permet de mieux comprendre son travail. Taslima Nasreen est née en 1962 au Bangladesh. Elle fait des études de médecine (et suit ainsi les traces de son père), avec une spécialisation en gynécologie, spécialité qu’elle exercera pendant plusieurs années. Parallèlement, elle écrit des poèmes (son premier recueil est publié en 1986), des éditoriaux (qui la font connaître du grand public) et des romans … C’est pour un de ses romans, Lajja,  « dénonçant l’oppression musulmane sur une famille hindoue » (d’après Wikipédia), qu’une fatwa sera prononcée contre elle en 1993. Ce qui l’amènera sur les routes de l’exil, dans différentes villes européennes et à New York. Elle continue pour autant à dénoncer la condition féminine dans les pays musulmans. Dans les années 2000, suite à un discours en Inde, une prime est offerte par un groupe islamiste pour sa décapitation. Malgré tout, elle défend toujours aujourd’hui ses idées à travers le monde.

Ce livre comprend deux récits : L’alternative et Un destin de femme, les deux récits étant sûrement inspirés de ses expériences personnelles et médicales au planning familial.

Le premier récit prend une forme épistolaire. Deux sœurs séparées depuis longtemps s’écrivent pour se raconter leur vie, et surtout leurs choix de vie. En effet, la sœur aînée, Jamuna, s’est affranchie d’un mari ne pouvant pas vivre avec une femme ne souhaitant pas s’effacer devant lui, d’autant que Jamuna a fait de bonnes études et gagne très bien sa vie. Bien sûr, sa famille ne soutient pas son désir de vie indépendante et s’inquiète pour elle. Elle explique dans ses lettres, sa nouvelle vie, son nouveau mariage (et son nouvel échec) et son désir de vivre vraiment enfin libre. Sa petite sœur, Nupur, vit encore chez ses parents et, est de plus très croyante. Elle aussi a fait de bonnes études mais arrive le temps où sa famille veut la marier. Alors qu’au début du récit, Nupur critique Jamuna (même si la critique n’est jamais véhémente) car elle ne vit pas selon les préceptes selon lesquels elle a été élevée. Au fur et mesure qu’elle se retrouve confrontée aux mêmes problèmes que sa sœur, son point de vue change et elle comprend mieux ce qui a poussé Jamuna à agir comme elle l’a fait et comme elle continue à le faire. Ce récit aborde donc les thématiques de la religion, de la condition féminine, du mariage (forcé ou non), de la sexualité féminine.

Ce dernier thème devient prépondérant dans le deuxième récit, Un destin de femme. Une jeune fille de bonne famille, Hira, est mariée, juste après la fin de ses études au lycée, à un très bon parti, Altaf (beau, intelligent avec de l’argent). Dès lors, elle ne vivra plus que dans la famille de son mari, ne pourra vivre (sortir, voir ses amies …) sans en référer à sa belle-famille. Elle n’a aucun a priori négatif sur cette situation et est même plutôt prête à tout faire pour s’adapter à sa nouvelle vie. Sauf qu’il y a un problème. Le monsieur parfait est impuissant, Hira en ressent un très grand malaise et une très grande frustration car tout d’abord, elle ne sait pas ce qu’il se passe (car elle n’a jamais réellement eu d’éducation sexuelle ; elle comprend au fur et à mesure) et quand elle commence à en parler à son mari, celui-ci devient un tyran jaloux, refusant qu’elle sorte même de chez elle. Il se plaint de son attitude à ses parents, qui prennent son parti à lui. Hira devra lutter contre sa famille, sa belle-famille, son mari et même la société pour réaliser son rêve de reprendre ses études.

On voit bien dans ces résumés que ces deux récits sont inspirés de l’expérience de Taslima Nasreen ; les thèmes en sont la sexualité féminine mais aussi la condition féminine dans les classes supérieures de la société. Il n’y a que très peu d’allusions à la religion. On ne peut qu’être concerné et consterné par ces histoires. L’auteur parle bien de l’emprise de l’éducation et de la pression sociale énorme qui s’impose à ses femmes pour qu’elles perpétuent un mode de vie qui devient de moins en moins tenable (d’autant que beaucoup rêvent d’études). Leur solitude et leur courage sont aussi très bien décrits. On ne peut pas critiquer ce que l’auteur raconte car elle nous parle d’expériences réelles et horribles. Le problème que j’ai rencontré (et qui a fait que j’ai mis un peu de temps à lire ce livre) est que l’écriture semble un peu simpliste, un peu sujet verbe complément parfois (la construction des histoires est très bonne par contre). On a parfois l’impression de lire plutôt une démonstration qu’une oeuvre littéraire. Cela manque de description de l’environnement, des personnages … L’auteur est tout à son idée et à sa dénonciation, sans forcément se soucier que le lecteur visualise les récits.

En conclusion, c’est une bonne lecture, édifiante et intéressante. Par contre, je pense que j’essaierais plutôt un roman pour découvrir le talent littéraire de l’auteur.

Références

L’alternative suivi de Un destin de femme – récits traduits du bengali par Philippe Benoît (La Cosmopolite / Stock, 1997)