Coroner’s Pidgin de Margery Allingham

Pareil que pour le Mal de peau de Monique Ilboudo. Je suis tombée sur ce livre par hasard en fouillant ma PAL à la recherche d’un autre livre. Je l’ai pris en me disant qu’un petit mystère anglais ne me ferait pas de mal pour me changer les idées. Mal m’en a pris car le livre ne m’a que moyennement plu. J’écris quand même un billet pour avoir l’avis d’autres lecteurs de Margery Allingham. Coroner’s Pidgin est le douzième de la série des Albert Campion, qui est donc un héros récurrent de l’auteure.

Londres. La Seconde Guerre mondiale vient de se terminer. La ville porte encore les stigmates des bombardements. Albert Campion a passé trois années à l’étranger, à faire des missions de renseignements pour Sa Majesté. Il n’a qu’un désir : revoir sa femme qui pour l’instant vit à la campagne. Il ne doit donc rester que quelques heures dans son appartement londonien, temps qu’il souhaite mettre à profit pour se reposer.

Problème. Il entend des voix dans son salon, qui est censé être vide. Il trouve trois personnes un monsieur qui travaille habituellement pour lui, une femme aux allures aristocratiques (en tout cas, faisant preuve de beaucoup d’autorité naturelle) et un cadavre féminin, plutôt jeune. Il demande forcément des explications. On lui explique alors que la dame, qui s’avère être Lady Carados, a trouvé le corps dans le lit de son fils. Voulant éviter le scandale, elle a souhaité déplacer la morte (ils n’ont pas encore trouvé où par contre) et a demandé de l’aide au monsieur qui élève des porcs devant chez elle.

Mais il ne faut pas s’inquiéter d’après eux puisque tout montre qu’il s’agit du suicide d’une ancienne prétendant de Johnny Carados qui doit se marier dans quelques jours. Campion propose d’appeler la police ; le fils arrive sur ces entre faits. Campion décide de rentrer chez lui, voir sa femme, sans plus prêter attention à cette affaire. Mais un événement va faire que son départ sera retardé, qu’il se retrouvera à faire un témoignage au poste de police. La Police l’obliger à participer, plus ou moins à couvert, à l’enquête (car on a déterminé entre-temps qu’il ne s’agissait pas d’un suicide) car il connaît les protagonistes de cette affaire, faisant partie du même milieu.

Là-dessus, Campion se retrouve mêlé à une mystérieuse affaire de trafic de vins, disparus pendant la guerre. Les affaires ont bien sûr un rapport l’une avec l’autre, ce que l’on comprendra à la fin.

Comme je le disais, c’est le douzième livre de la série des Campion et en fait, Margery Allingham ne représente pas ses personnages, et en particulier Campion. Je ne me suis jamais sentie proche de l’enquêteur, ce qui m’a maintenu en dehors de l’histoire (ce qui est quand même l’essentiel dans un roman policier). Tout au long du roman, pour les autres personnages, il y a de multiples clins d’œil à d’anciens événements. Nous sommes d’accord que le problème vient de moi. Je pensais que les romans étaient indépendants mais visiblement non.

Comme je ne pouvais pas me réjouir de retrouver les personnages, je voulais me concentrer sur l’enquête mais là encore, c’est une petite déception : l’enquête, plus précisément le raisonnement, n’est pas vraiment détaillée et se joue plutôt au niveau de l’action et de ses rebondissements (action d’ailleurs très bien construite et plutôt rapide, surtout sur les 50 dernières pages). Albert Campion est un homme d’action et de réflexion, mais de réflexion « passive ». Il observe, enregistre et tout à coup à un déclic lui permettant de résoudre l’affaire. Il profite également de sa connaissance des protagonistes et de ce milieu-là.

Par contre, j’ai beaucoup aimé la reconstitution du Londres d’après guerre, tant au niveau architectural qu’au niveau de l’ambiance de la ville (comment les gens commencent à revivre).

En conclusion, une lecture en demi-teinte. C’est un livre pas désagréable à lire, mais je n’ai pas pris le plaisir que je m’attendais à avoir en le lisant. Je ne suis même pas sûre d’avoir envie d’en découvrir un autre. Est-ce que quelqu’un a lu le premier tome de cette série ? Qu’est-ce que cela donne en français ?

Références

Coroner’s Pidgin de Margery ALLINGHAM (Vintage, 2006)

Un siècle de littérature européenne – Année 1945

6 réflexions au sujet de « Coroner’s Pidgin de Margery Allingham »

    1. Il faut être spécialiste des policiers anglais pour connaître (être Niki quoi…), ou anglaise, ou être avoir commencé à lire des livres au milieu du siècle dernier

  1. j’ai la série Campion dans ma bibliothèque ebooks, j’avais l’intention de la continuer, mais entretemps j’ai découvert plein d’autres livres – quand vais je arriver à lire tout cela ? (question rhétorique)

    à propos H.S. = le suivi des commentaires fonctionne super bien – merci

  2. post scriptum = je t’envoie les 5 premiers de la série –
    j’ai lu le tout premier polar de margery allingham (billet sur blog), qui n’est pas une enquête de campion – j’avais bien aimé le style un peu désuet

Répondre à keisha Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.