Je suis seul de Mbarek Ould Beyrouk

Je traînais l’autre jour dans ma librairie habituelle, en attendant l’heure d’un rendez-vous professionnel et j’ai découvert une étagère que je ne connaissais pas du tout : celle de la littérature francophone. J’avoue que je ne l’ai jamais cherchée non plus. Même à Gibert Joseph, je ne me rends pratiquement pas dans ce coin-là.

Mais là, bien m’en a pris car j’ai découvert ce petit livre Je suis seul de Mbarek Ould Beyrouk (né en 1954), écrivain mauritanien, dont deux romans sont déjà parus aux éditions Elyzad, un a même reçu un prix en 2015 (il va d’ailleurs ressortir en poche en février si j’ai bien vu). Encore une belle découverte (visiblement j’ai de la chance en ce moment).

On suit une nuit de la vie du narrateur, une nuit bien particulière puisqu’il est caché chez son ancienne fiancée. En effet, les djihadistes viennent de prendre le contrôle de la ville. Il est considéré comme un ennemi et sait que s’il est pris il sera tué. Durant cette nuit de peur, de doutes, de retour sur soi et d’interrogation sur son futur, on va « suivre » le narrateur dans un long soliloque où il va revivre son passé.

Il est né pauvre dans une famille nomade. Entouré d’un groupe d’amis, il rentre dans l’âge adulte fiancé à Nezha. Il la quittera pour se fiancer et se marier à une jeune fille de bonne famille de la capitale. Cela l’entraînera vers des milieux plus mondains. Il participera à la corruption organisée par son beau-père. Dans la même période, il écrira des textes qui feront de lui un ennemi des djihadistes. Il perdra au fur et à mesure le contact avec son ancienne vie : ses amis, son ancienne fiancée…

Pendant cette nuit, le narrateur revisite donc son histoire mais raconte aussi le parcours de ses anciens amis, et notamment d’un garçon qui est devenu un des chefs des djihadistes qui ont envahi la ville.

L’invasion de la ville reste le sujet majeur du livre. Le narrateur, à travers son histoire et celles de ses amis, s’interroge sur ce qui a pu provoquer l’émergence et l’expansion du djihadisme en Mauritanie. Il fait un parallèle avec un de ses ancêtres, Nacereddine, qui a aussi dirigé une révolte contre le pouvoir en place, dans l’espoir de mettre en place une société répondant à des préceptes religieux.

Je ne sais pourquoi, mais ce soir, je pense très fort à lui. Peut-être, parce que lui aussi a fustigé les magnificences et les vices, peut-être, parce qu’il a fanatisé des milliers de gens et qu’il a amené la folie au milieu des contrées sauvages et tranquilles.

Oui, il a, lui aussi, plongé tout son peuple, tout son époque, dans les eaux glauques de la peur, il a brûlé des terres déjà affaiblies par les rigueurs du temps, il voulait une société qui à ses yeux serait juste, une société pour Dieu alors que les hommes, on ne peut faire autrement, ne sont que des hommes, oui, il avait commandé, il avait appelé à tuer et à mourir, et on avait cru en lui, on l’avait adulé, ils étaient des milliers à se courber devant lui. Ah ça doit être grisant tout de même, des milliers d’hommes à tes pieds, mais qu’as-tu donc fait pour les amener à te baiser les mains, à t’embrasser les pieds, et à mourir pour toi, que possédais-tu donc qui ait pu attirer tant de monde, les miséreux et les puissants, les fous et les sages, la plèbe et la noblesse, comment as-tu fait pour étrangler en eux l’amour des instants et semer la soif de l’infini ?

J’ai trouvé cette réflexion très intéressante car elle est générale (en plus d’être intelligente) mais pas théorique. Pendant la lecture, j’ai été cependant partagé entre deux impressions. D’un part, l’incarnation par le narrateur permet au lecteur de ressentir et réfléchir avec son cœur (plutôt qu’avec son cerveau). D’autre part, le soliloque et la situation du narrateur peuvent donner une impression de claustration, d’enfermement, peu propice à la réflexion. En fin de lecture, l’impression prépondérante est tout de même que l’auteur n’impose pas et ne guide pas trop le point de vue du lecteur.

J’ai adoré le style de l’auteur. Je pense que c’est ce qui fait de ce livre un très bon texte. L’auteur arrive à faire vivre les variations d’humeur du narrateur (tristesse, nostalgie, questionnement, regret …) en jouant sur le rythme du texte. Cela rend le texte très vivant et surtout réel.

En conclusion, je vous conseille ce livre car cela permet de découvrir les problématiques actuelles de la Mauritanie, tout en découvrant un auteur avec un très beau style.

Un autre extrait

Pourquoi moi, ne crois-je plus en rien ? Je suis d’un temps où les folies sont mortes. Oui on fond d’extase devant une énième version d’un produit de consommation, une religion planétaire dont les dieux disparaissent et où l’on embrasse chaque jour de nouvelles idoles. Ce culte est d’autant plus puissant chez lui qu’il ne s’adresse qu’à quelques élus. Et pourtant, j’ai tant essayé d’être parmi les premiers, j’ai bataillée pour être devant, et me voilà abandonné par les fétiches et les sorciers.

Références

Je suis seul de Mbarek Ould BEYROUK (Elyzad, 2018)

2 réflexions au sujet de « Je suis seul de Mbarek Ould Beyrouk »

    1. Bonjour,
      merci d’être passé ici. C’est un auteur que j’espère continuer à découvrir, à la bibliothèque, avec ses autres livres.
      Cécile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.