Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud

MeursaultCOntreEnqueteKamelDaoudJ’ai lu la première fois L’Étranger en première parce qu’on devait l’étudier en classe et je n’ai pas aimé du tout. J’ai trouvé que c’était froid, sans âme, incompréhensible pour ma petite tête de lycéenne. Ma deuxième lecture a été quand un de mes collègues, de quand j’étais en thèse (c’était encore l’époque où je rencontrais des gens avec qui je pouvais parler de livre), m’avait dit qu’il fallait que je le relise car pour lui c’était un chef d’œuvre. Comme je l’aimais beaucoup, je l’ai fait et j’avoue que cela s’est mieux passé entre L’Étranger et moi. J’attends pour la troisième lecture. Peut être que je déclarerais que c’est un chef d’œuvre.

Je me rappelle très bien de l’étude sémantique sur la lumière, le soleil … dans la scène du meurtre et de la prof tout excitée de gens de génie. Dans les faits, j’avais plutôt l’impression que Meursault avait tué l’Arabe parce qu’il avait le soleil dans l’œil. Tout cela pour dire que le livre de Kamel Daoud est tout le contraire du livre d’Albert Camus. Enfin un humain qui nous parle !!! Ce livre est tout sauf froid.

On est attablé, soir après soir, dans un bar avec le frère de l’Arabe, Haroun. Je dis nous mais en réalité Haroun parle à un jeune universitaire qui travaille sur le meurtre de Moussa qui s’est produit il y 70 ans. Quand Moussa est mort, Haroun avait sept ans. Il est resté seul avec sa mère car son père, gardien de nuit, était parti depuis longtemps. Sa mère a reporté tous ses espoirs de vengeance sur lui mais aussi toute sa colère (car bien sûr il n’était pas le frère disparu). Haroun, dans son discours, le mépris des Roumi (les Français d’Algérie au temps de la colonisation) face au meurtre de son frère. Dans les articles, on ne mentionne même pas son nom, personne n’a prévenu la famille, pas de corps … La mère était illettrée mais conservait deux articles en son sein sur la mort de son fils. Elle a attendu que Haroun sache lire pour les décrypter (lui, a inventé les détails pour la contenter). Ils ont fuit Alger parce qu’ils ne savaient pas quoi faire d’autre mais là encore, ils n’ont pu échapper à l’ombre du frère. Le mère était devenue dure, en attente. Haroun libère sa famille le jour de l’Indépendance, quitte lui à se perdre encore plus. En fait, à ce moment il acquiert plutôt son indépendance face à sa mère, son histoire mais aussi son pays. Il sera singulier partout où il ira (où il vivra plutôt).

Le livre est donc l’histoire d’Haroun, plus détaillée dans sa jeunesse (7 à 27 ans), qu’il raconte à un universitaire dans un bar. Le langage est donc très parlé, mais c’est un parlé d’homme qui a déjà pris beaucoup de vin (la boisson préférée d’Haroun), pas suffisamment pour bégayer mais suffisamment pour ressasser sans fin la même histoire, en changeant des détails ou en en rajoutant. Il y a aussi de très belles perles au milieu du texte (qui montre une maîtrise de la langue extraordinaire).

J’ai eu beaucoup de mal avec le titre car j’étais persuadé qu’il s’agissait d’une véritable enquête quand j’ai commencé le livre mais en fait pas du tout (et puis en plus je n’avais pas vu la virgule dans le titre). C’est le point de vue de l’autre partie car nous n’avons eu que celui de Meursault depuis que le livre d’Albert Camus a été publié. À part ce tout petit bémol, je vous conseille cette lecture car ce premier roman est très bien écrit, singulier et qu’en plus il exploite jusqu’au bout une idée originale (je ne vois pas comment on aurait pu faire différemment).

Références

Meursault, contre-enquête de Kamel DAOUD (Actes Sud, 2014)

14 réflexions au sujet de « Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud »

    1. Quand tu liras L’Étranger, je lirai ton avis avec grand intérêt car je pense que tu sauras mieux m’expliquer que quiconque en quoi ce livre est un chef d’œuvre.

    1. Comme je le disais, je préfère ce roman à l’Étranger. Qu’en penses-tu ? Comment considérais tu l’Étranger ?

  1. C’est marrant que tu aies aimé ce livre, alors que tu n’as pas aimé celui de Camus. Les atmosphères y sont-elles si opposées que ça ? Merci pour ton billet en tout cas, je vais me replonger dans « L’Etranger », sans doute en version audio 🙂

    1. J’ai trouvé que le roman de Camus était trop froid alors que dans celui-ci, on sent l’homme qui vibre, qui pense, qui réfléchit, qui est en colère …

  2. Excellent article sur ce roman qui, à l’instar de Nous autres » de I.zamyatin , révèle de nouveaux détails, éveille de nouveaux sentiments, à chaque relecture.
    Je l’ai pour ma part lu 5 fois!
    J’ai vu que vous aviez fait également un post sur l’écrivain russe.
    Outre son caractère intemporel, « Nous autre  » inspire également les artistes actuels, comme en témoigne la sortie en janvier 2015 de « The Glass Fortress » (Rémi Orts Project & Alan B).
    Ce concept album est une adaptation libre et simplifiée du roman, mais qui en a conservé toute la quintessence spirituelle.
    Pour le plaisir des mélomanes, mais aussi de toute personne travaillant sur le sujet !
    A bientôt, et encore félicitation pour la grande qualité de votre blog!
    !
    http://www.remiorts.com/index.php/albums-remiorts/41-remi-project/96-the-glass-fortress

    1. Je n’ai pas encore lu Nous autres. J’ai écouté un peu de votre album sur Deezer. C’est intéressant en effet comme concept, après comme je n’ai pas lu le livre je ne me rends pas bien compte.
      Cécile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.