Le détour de Gerbrand Bakker

LeDetourGerbrandBakkerAvant de lire La Terre Fredonne en si bémol, j’ai lu un autre livre qui se passait au Pays de Galles. Ils n’ont rien de commun à part les prénoms gallois.

L’histoire est celle d’une femme néerlandaise qui, un jour, plaque son mari et s’enfuit vers le Pays de Galles pour finalement se réfugier dans une maison de location, isolée de tout. Qu’elle est l’explication de ce coup de folie ? C’est un peu le sujet du roman.

On va découvrir au fur et à mesure de l’avancée du roman qu’elle faisait une thèse à l’université sur Emily Dickinson qui plus est d’un point de vue original puisqu’elle voulait montrer que la poétesse américaine était très surestimée. Je parle au passé car c’est un projet qui était mené semble-t-il avec assez peu d’enthousiasme et qui a été abandonné depuis que sa liaison avec un étudiant a été connu par toute la fac (c’est un mot placardé sur tous les mures qui a propagé la nouvelle). Après l’annonce au mari, elle a donc fui direction l’Irlande mais elle s’est arrêtée au Pays de Galles à cause la première traversée en bateau qui ne lui a pas plu.

Elle se retrouve dans la maison d’une femme qui vient de mourir, louée par un éleveur de mouton qui s’occupait de la vieille dame. Notre néerlandaise est isolée de tout. La quatrième de couverture dit « elle occupe ses journées seule, jardine, découvre la nature autour d’elle, les oies, la mer au loin, et ces chemins de randonnée qui traversent la propriété qu’elle loue ». Un jour arrive Bradwen et son chien sur un de ces chemins de randonnée. Il ne veut pas lui dire qui il est ni d’où il vient précisément. Cela convient bien à notre narratrice qui va se faire appeler Emily. Elle décide de l’héberger pour un jour, deux jours puis pour tout le temps. L’homme et le chien vont prendre de plus en plus de place dans la maison et dans la routine d’Emily au fur et à mesure qu’elle perd pied avec sa réalité. On découvrira qu’Emily n’est pas partie pour les raisons que l’on a cru au début du roman.

Ce roman m’a laissé complètement à l’écart. L’héroïne est secrète même pour le lecteur. Je n’ai pas pu ressentir la moindre empathie avec elle. De plus, vu de l’extérieur, je lui ai trouvé un comportement très manipulateur. Elle est aussi trop soucieuse d’elle-même. même si cela se comprend à la fin, cela m’a gâché le roman. Cela se lit sans déplaisir mais surtout dans le but de connaître la véritable raison du départ d’Emily.

Je n’ai pas réussi non plus à comprendre ce que voulait transmettre l’auteur. Qu’est ce que le fait que les oies, qui sont autour de la maison, disparaissent une à une apporte au texte ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’elles se fichent de ce qui se passent autour d’elles ?

Reste que l’auteur décrit magnifiquement les paysages et l’isolement du Pays de Galles. Rien que cela est très dépaysant !

Références

Le détour de Gerbrand BAKKER – traduit du néerlandais par Bertrand Abraham (Gallimard, 2013)

8 réflexions au sujet de « Le détour de Gerbrand Bakker »

  1. La couverture n’est guère engageante (qui aime les oies ?) par contre l’histoire de cette femme qui se retire du monde pour écrire sur la littérature est très intéressante. Au Pays de Galles d’autant plus (j’y ai passé trois semaines, dans un gîte très retiré, il a plu tous les jours, absolument tous les jours et c’était en août). Dommage que le tout semble ne mener nulle part…

    1. Cela mêle quelque part mais je n’ai pas dévoilé le pourquoi de la fuite et la fin parce que cela aurait spoilé tout le monde. Pour une fois, j’ai résisté.

  2. j’ai un très beau souvenir du pays de galles, cela me tenterait du coup de lire ce livre, mais je passe tout de même mon tour pour ce roman-ci car j’ai tant de bouquins en attente – alors quand le ressenti est mitigé, je préfère ne pas noter 🙂

    1. J’espère qu’il y en a des mieux sur le pays de Galles. Je rêve du même type d’histoire mais où il n’y a que le paysage, la dame et ses souvenirs (genre pas de voisins).

    1. Cathulu a beaucoup aimé par contre. J’ai vu son avis sur Amazon. Je n’étais peut être pas dans le bon état d’esprit pour cette lecture.

  3. Je veux bien aller vivre en ermite en Pays de Galles, mais avec les poèmes d’Emily Dickinson dans ma valise et pas ce roman (je crois que je n’ai jamais lu de bouquin qu’y s’y déroule, j’ai un peu honte).

    1. J’ai un peu le même rêve mais je ne partirai pas qu’avec des poèmes par contre. Je crois que moi c’est le deuxième livre que je lis qui s’y passe après La terre fredonne en si bémol. Je me serais rappeler des prénoms étranges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.