Enfant 44 de Tom Rob Smith

Enfant44TomRobSmith

1953, URSS. C’est une année charnière car c’est l’année où Staline meurt et où le pays commence à se libérer de son emprise. Ce roman se passe avant et après cette période de transition.

Avant. Leo est un agent très docile du MGB, la police d’État chargée du contre-espionnage. Il ne pose pas trop de questions. Il interroge, torture, tue quand on lui dit qu’il a affaire à un traitre.

Exemple. Un des fils de son subordonné a été tué par un train. Officiellement, c’est un accident. Pourtant, les parents soupçonnent un meurtre car le petit garçon avait la bouche remplie de terre et il était nu. Leo va cependant défendre devant eux la thèse officielle sans même les écouter. Il ne se pose toujours pas de questions. On lui demande ensuite de dénoncer sa femme. Il doute un peu mais il décide de ne pas obéir et de lui faire confiance. Normalement, cela mérite la peine de mort.

Mais Staline meurt. L’État est désorganisé. Plus personne n’ose prendre de décisions qui puissent déplaire au futur nouveau régime. Leo et sa femme seront déportés dans une petite ville. À leur arrivée, ils sont confrontés à un meurtre qui ressemble étrangement à celui du petit garçon de Moscou.

Une enquête interdite débute. En effet, il ne peut pas y avoir de meurtrier, surtout en série, dans le pays du bonheur organisé.

Ce livre est du genre thriller : il y a un rythme rapide avec un enchaînement continu de péripéties, un mystère, des ennemis à combatte. C’est une excellent lecture détente car on apprend finalement assez peu sur l’URSS même si le contexte historique n’est pas absent. Le dénouement a, pour moi, été inattendu car je n’avais pas fait le rapprochement entre les différents éléments. Je me suis sentie très bête quand la vérité nous a été dévoilée.

C’est un peu hypocrite de vous parler de lecture détente car je ne l’ai pas vraiment lu : je l’ai écouté. Je pense même a posteriori que si j’avais lu ce livre, je l’aurais abandonné alors qu’avec le livre audio, cela a été un véritable plaisir grâce à la voix du lecture. Elle est magnifique, envoûtante. Il module très bien son intonation suivant les situations. Il change même de voix quand d’autres personnages parlent, avec des voix très crédibles en plus.

J’accorde une mention spéciale à deux points :

  • à un moment, le texte dit que Leo entend la voix de sa femme avec un écho. Le technicien du son a fait un écho ! Soit il a tout écouté car il était aussi captivé que moi, soit c’est un homme minutieux (ou une femme) qui aime le travail soigné ;
  • à la petite musique qui annonce les chapitres et qui met tout de suite dans l’ambiance.

Ce livre rentre dans le cadre de l’Hiver en Russie de Titine et Cryssilda.

UnHiverEnRussie

Merci à Chloé de Audiolib pour ce très beau cadeau de Noël !

Références

Enfant 44 de Tom Rob Smith – traduit de l’anglais par France Camus-Pichon – texte intégral lu par Frédéric Meaux (Audiolib, 2009)

7 réflexions au sujet de « Enfant 44 de Tom Rob Smith »

    1. J’ai remarqué que tu dis que mes billets sont intéressants quand je les ai d’abord écrit sur le papier avant de le faire sur l’ordinateur. C’est plus clair alors ?

  1. Tu as le chic pour toujours dénicher des oeuvres inconnues ! Ce n’est pas évident d’écouter un livre. Je suis en train de faire l’essai et j’ai un peu de mal à m’y tenir. Il est vrai que j’ai choisi un témoignage et non roman ce qui explique peut-être mon assiduité discontinue.

    1. Je croyais que c’était un best-seller pourtant. Cela doit être la loi qui dit que l’on voit partout ce qui nous intéresse. Pour le livre audio, je pense que cela dépend énormément du lecteur, dans le cas d’un roman surtout. J’ai toujours été séduite (pour l’instant) par les livres audio de chez Gallimard. Mon premier essai avec Audiolib avait été moyen et là j’ai été conquise. Je pense que pour un essai, c’est encore plus difficile car faire passer des idées à l’oral me semble plus compliqué qu’à l’écrit où le lecteur peut stopper sa lecture et réfléchir sur une phrase et sur sa portée, ses implications. Il me semble que tu n’as pas pris le chemin le plus facile.

  2. Je l’ai lu, bah oui j’ai un peu de mal avec les livres audio, j’ai apprécié la dimension historique mais l’intrigue était assez classique.

    1. C’est vrai qu’il faut le souligner. L’histoire sans le contexte historique est absolument banale. Si cela s’était passé aux États-Unis, j’aurais crié au cliché. Ce sont bien les difficultés, dues au contexte historique particulier de la mort de Staline, que rencontrent Leo et sa femme, qui font tout le sel du roman. Pour les livres audio, je crois que cela dépend. Une voix peut plaire à quelqu’un mais pas à quelqu’un d’autre. Parfois cela vaut le coup de tenter. C’est vrai que c’est aussi très long puisque dans ce cas, cela fait douze heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.