A bespoke murder de Edward Marston

ABepsokeMurderEdwardMarston

J’ai trouvé ce livre lors de mon avant dernier passage à W.H. Smith. Cette librairie est tout de même juste à côté du cours d’allemand bien évidemment et qu’il faut bien patienter quand on arrive en avance (Concorde – Iéna = 2km, c’est rien du tout).

C’est la couverture qui attirée mon regard car je ne suis que futilité et le résumé était prometteur pour une bonne lecture détente

May 1915. While thousands of Britons fight in the trenches, a severely depleted police force remains behind to keep the home front safe. In London, the sinking of the Lusitania sparks an unprecedented wave of anti-German riots and arson attacks across the city. Among the victims is the immigrant tailor Jacob Stein, found dead in his burn-out shop.

Detective Inspector Harvey Marmion and Sergeant Joe Keedy must take on this case of cover-ups and contradictions and track down Jacob’s killer – a hunt which carries them from the crime-ridden streets of wartime London to the chaos of the front line. But is the murder simply the result of a tragic excess of wartime hysteria, or perhaps a more premeditated crime ?

Pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais (mais il faudra attendre la traduction), l’histoire se passe à Londres en 1915. On est donc dans un pays en guerre, où beaucoup de jeunes se sont engagés et où les femmes, jeunes et moins jeunes, travaillent. L’auteur insiste bien sur les changements sociétaux qui se sont produits au moment de la Première Guerre mondiale.

L’action se situe juste après le torpillage du Lusitania, le 7 mai 1915, par un sous-marin allemand. Les conséquences politiques et militaires ne sont pas abordées dans le roman. On est plus dans le genre roman policier que roman d’espionnage. Ce sont plutôt les conséquences intérieures qu’Edward Marston va décrire : une vague anti-allemande sans précédent. Des émeutes vont se produire, des tabassages en règle aussi, des faux de boutique vont être déclenchés. Jacob Stein, tailleur de profession, va en être une des victimes londoniennes.

C’est ce que l’on croit au début mais en réalité, il ne sera pas victime de l’incendie de sa boutique mais sera assassiné à l’aide d’un couteau ! Lorsque l’émeute a commencé, il avait envoyé sa fille chercher de l’aide à la police mais celle-ci sera violé par deux soldats alcoolisés, sur le point de partir au front.

C’est dans cette enquête que l’on fait la connaissance des deux inspecteurs récurrents de cette série : Harvey Marmion (père de famille, un fils au front, une fille, Alice, qui veut s’engager dans les Women’s Emergemcy Corps, une femme qui s’inquiète pour tout le monde) et Joe Keedy (célibataire, toujours très bien habillé, la trentaine, qui éprouve une attirance réciproque pour Alice). Pour leurs enquêtes, nos deux inspecteurs ne vont pas ménager leurs efforts : ils vont aller dans les tranchées belges, infiltrés les mouvements anti-juifs de l’époque, chasser le malfaiteur dans les rivières. L’enquête allie actions et réflexions. Il y a même une certaine liberté puisque Joe Keedy est autorisé à suivre son intuition. Les enquêteurs peuvent se tromper.

J’ai trouvé les personnages récurrents de cette série très attachants. Joe Keedy et Harvey Marmion forme un bon duo, très complémentaire aussi. C’est pourtant le premier tome de la série. Les personnages reliés à l’enquête sont aussi très bien campés car décrits par quelques traits de caractères, que l’on retrouve dans des dialogues efficaces.

L’histoire est bien faite car le mystère n’est pas résolu en faisant intervenir d’autres personnages ou sur des éléments qui n’auraient été connus que des enquêteurs. Le contexte historique est intéressant. Il ne prend pas le pas sur l’histoire mais complète habilement l’enquête.

Une très bonne lecture détente comme je le disais au début. Le deuxième tome est sortie aussi fin octobre (en ebook et en papier). Edward Marston est l’auteur d’énormément de série de romans policier historiques dont au moins une traduite en France, celle de Nick Bracewell, se passant sous Elizabeth Ire (je le sais car j’en ai un volume, que je n’ai pas réussi à finir, dans ma PAL)(je vais peut être me replonger dedans du coup).

Références

A bespoke murder de Edward MARSTON – The Home Front Detective Series : 1 (Allison & Busby, 2012)

8 réflexions au sujet de « A bespoke murder de Edward Marston »

    1. Ce n’est pas gagné car la série mentionné sur la couverture qui est apparemment sa série la plus connue (The Railway Detective Series) n’est absolument pas traduite en français.

  1. j’ai lu toute la série écrite par Marston sur le théâtre élisabethain, mettant en scène nicholas bracewell est réellement épatante – j’ai bien aimé tout lire, ce qui est rare dans une série car il y a parfois des faiblesses

    1. J’aime bien les Oscar Wilde même si je trouve qu’en général au milieu il y a un coup de mou dans l’histoire. Dans ce livre, ce n’est pas le cas par contre.

Répondre à Yspaddaden Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.