Le rêve d’un homme ridicule de Fédor Dostoïevski

Quatrième de couverture

« Je suis un homme ridicule. Maintenant, ils disent que je suis fou. Ce serait une promotion, s’ils ne me trouvaient pas toujours aussi ridicule. Mais maintenant je ne me fâche plus, maintenant je les aime tous, et même quand ils se moquent de moi… »

Lassé du monde, détourné du suicide par une rencontre fortuite, le héros de ce monologue imprécatoire plonge dans un profond sommeil. Son rêve le conduit alors vers un univers utopique, un double de la terre mais sans le péché originel, un monde où les hommes vivent bons, libres et heureux. Et c’est l’occasion  pour Dostoïevski de laisser libre cours à sa veine mystique, investissant son héros, de retour dans le quotidien des hommes après avoir touché de près l’idée du bonheur, d’une mission évangélique.

Fédor Dostoïevski (1821-1881) écrit Le Rêve d’un homme ridicule en 1877. Il s’agit d’un récit inclus dans Le Journal d’un écrivain, qui paraît plus ou moins régulièrement de 1873 à 1881 et où Dostoïevski prend position en nationaliste et en chrétien sur les grands problèmes de son temps.

Deux extraits

[…] à la fin, toute ma science universitaire, pour moi, c’était comme si elle n’était là que pour une chose, pour me prouver et m’expliquer, au fur et à mesure que je l’approfondissais, que j’étais ridicule. [pp. 11-12]

Le deuxième extrait vient des hommes utopiques, une fois qu’ils ont découvert le monde.

« Tant pis si nous sommes faux, méchants, injustes, nous le savons, et nous pleurons, nous nous martyrisons et nous punissons plus, peut-être, même, que ce Juge miséricordieux qui nous jugera et dont nous ignorons le nom. Mais nous avons la science, et c’est par là que nous retrouverons la vérité, mais, cette fois, nous la recevrons en toute conscience. La connaissance est supérieure aux sentiments,la connaissance de lla vie – supérieure à la vie. La science nous donnera la sagesse, la sagesse nous révélera les lois, et la connaissance des lois de la sagesse est supérieure à la sagesse. » [p. 53]

Mon avis

Je me rappelle bien quand j’ai acheté ce livre. C’était il y a deux ans au salon du livre et il y avait un bandeau « parfait pour découvrir Dostoïevski ».

J’ai enfin compris la différence si fondamentale pour les connaisseurs entre Tolstoï et Dostoïevski. Il est vrai que Tolstoï écrit des récits très calmes et très construits et ce même en apparence. Par exemple, cette année, j’ai écouté le livre lu de Maître et Serviteur (la version de Gallimard / Ecoutez Lire). L’auteur avait un petit accent et lisait d’une manière très calme, très posée, comme si finalement l’histoire allait se dérouler d’elle même, que le narrateur ne faisait que raconter et les personnages faisaient l’histoire seule. Même dans les moments tragiques, il y avait une sorte de dignité. Dans ce texte de Dostoïevski c’est le narrateur, l’homme ridicule, qui raconte. Il pense rapidement un peu aussi rapidement que moi quand je parle et c’est ce que va écrire Dostoïevski. Il y a un côté chien fou.

Pour l’histoire, j’ai apprécié la réflexion qui est amenée sur la différence entre les croyances (dans le sens où on croit sans forcément comprendre) et la science qui cherche à mettre dans notre conscience nos croyances (c’est le sens des extraits que j’ai choisi). Finalement, la supériorité est-elle dans le fait que l’on comprend ce que l’on croit (et finalement que l’on est libre de choisir ce que l’on croit) ou dans le fait que l’on croit. Dostoïevski apporte clairement sa réponse (qui n’est pas forcément celle de tout le monde) en choisissant le parti des croyances car d’après lui, elles permettent de mieux vivre en harmonie. Je trouve que le texte a le mérite de poser clairement cette réflexion qui est encore actuelle aujourd’hui. De plus, la description du monde topique est vraiment utopique est vraiment fascinante (peut être parce qu’il n’existe pas), ainsi que celle de l’après « péché originel ».

Références

Le rêve d’un homme ridicule de Fédor DOSTOÏEVSKI – récit traduit du russe par André Markowicz (Actes Sud / Babel, 1993)

 

10 réflexions au sujet de « Le rêve d’un homme ridicule de Fédor Dostoïevski »

  1. Belle comparaison entre les deux grands auteurs russes! Pour ma part je n’ai jamais réussi à avoir une préférence J’ai eu ma période Dostoïevski et maintenant j’ai plutôt plaisir à lire Tolstoï! Et toi?

    1. Je ne connais pas assez mais pour l’instant, je n’ai en effet pas de préférence. Comme tu le dis, je penses que cela dépend de l’humeur, de ce que l’on a envie de lire.

  2. un récit tout à fait emblématique de Dostoïevski, je ne l’ai pas relu depuis des années, j’ai eu la chance d’en voir une adapation théâtrale magistrale dont je garde après 20 ans un souvenir très fort, entendre ce texte sur scène est assez magique, l’acteur Gérard Guillaumat seul en scène avec une petite valise a tenu les spectateurs subjugués et chacun de se précipiter le lendemain sur le livre !

    1. Il y a une phrase à ce sujet dans le livre (en tout cas à propos d’une adaptation théâtrale). Ce doit être un acteur très talentueux pour arriver à subjuguer un public tout seul avec une valise.

  3. Ce livre a l’air très intéressant. Je ne suis pas une amatrice de Dostoïevski mais il pourrait peut-être me faire revenir sur ma position …

  4. Cécile, je viens de lire pour la 2ème fois ce livre et il se trouve que je ne suis pas tout à fait en accord avec votre analyse. Lorsque vous dites:  » Dostoïevski apporte clairement sa réponse (qui n’est pas forcément celle de tout le monde) en choisissant le parti des croyances car d’après lui, elles permettent de mieux vivre en harmonie. » Pour moi il n’apporte pas sa réponse aussi clairement, sa réponse étant nuancée et révélée par la fusion des croyances et des sciences  »en toute conscience »: Mais nous avons la science, et c’est par là que nous retrouverons la vérité, mais, cette fois, nous la recevrons en toute conscience.
    Je ressens donc un message certes évangélique à travers cette oeuvre, MAIS dont les fondements sont remis à jour avec l’évolution de l’humanité.

    1. Votre commentaire est très intéressant et m’incite à relire le livre en regardant selon ce point de vue.

  5. Je vous signale qu’un jeune créateur, Serguei Ryschenkow, propose les 6 et 7 Mars 2014, au Centre d’Animation les Halles, un spectacle adapté de la nouvelle « Le rêve d’un homme ridicule » de Dostoïevski et qui pourrait vous intéresser. Comme il n’y aura lieu que 2 représentations, la salle risque d’être pleine très bientôt et il est préférable de réserver rapidement. Voir : http://infos-russes.com/paris/theatre/le-reve-dun-homme-ridicule/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.