L’autoroute du Sud de Julio Cortázar

Si quelqu’un sait, j’aimerais bien savoir si il y a une faute au nom de l’auteur sur la couverture parce que l’éditeur ne l’écrit pas pareil à l’intérieur du livre. J’ai donc exhumé ce livre de ma PAL : il est tout petit et donc il était bien caché entre deux pavés (il avait tout de même Walter Scott comme compagnon).

Vous vous doutez que je l’ai exhumé pour le titre très de saison, surtout en ce vendredi soir car il s’agit bien de notre autoroute du Sud à nous (Julio Cortázar ayant habité trente ans en France).  Le titre aurait été mieux le dimanche soir car c’est dans le sens province-paris.

Il y a un accident mystérieux qui provoque un mystérieux embouteillage monstre. On a tous connu ça. Qui n’a pas pester après des voitures qui n’avancent pas, on ne sait trop pour quelle raison car l’accident a lieu genre 5 km plus loin et que personne ne sait rien. Ici, c’est le cas. On ne sait pas si il ne s’agit pas d’un effondrement de chaussée, d’un carambolage à hauteur de la prochaine ville ou bien de Paris. Les rumeurs les plus folles courent mais une chose est sûre : cela n’avance pas, encore moins vite qu’un escargot qui tourne en rond.

Et cela va durer plusieurs jours. Il faut alors commencer à s’organiser pour récupérer de l’eau et des vivres. On obtient une micro-société terrifiante car les gens agissent suivant le type de voiture qu’ils possèdent (vous allez me dire que le chien ressemble au maître et ben là c’est le maître qui ressemble à la voiture). En tout cas, c’est ce que j’ai cru comprendre avec le résumé et le peu de voitures que je connais de cette époque.

Et là cela tourne au fantastique (c’est courant apparemment chez Cortázar) parce que cela dure carrément une saison il me semble. Il y a même un bébé qui est mis en route, un homme qui se suicide et qu’on enfouit dans son coffre.

On finit la lecture en se demandant si vraiment cela vaut le coup de prendre l’autoroute pour les vacances. Je vous laisse méditer sur cette question estivale.

Références

L’autoroute du Sud de Julio CORTÁZAR – traduit de l’espagnol par Laure Guille-Bataillon – précédé de La trompette de Deyá par Mario Vargas Llosa (Mercure de France / Le Petit Mercure, 1998)

5 réflexions au sujet de « L’autoroute du Sud de Julio Cortázar »

  1. Tu sais que tous les bouquins que tu présente en ce moment me font envie ?
    Je n’ai jamais lu cet auteur, mais le nom m’étant familier je suppose que j’ai déjà dû lire un billet sur un de ses livres sur ton blog.
    Bref ravie de revoir tes billets drôles, si agréables à lire et qui vont droit au but.

    (Je suis en train de lire un truc de littérature espagol ou sud-américaine je ne sais pas, ça te dis quelque chose Le correcteur ? Une couv verte chez un éditeur associé d’Actes sud)

    1. C’est tout gentil merci ! Le correcteur chez Jacqueline Chambon, je l’avais repéré parce que j’avais lu le premier roman de l’auteur paru chez Actes Sud : L’offense. J’avais beaucoup aimé le style mais je n’avais pas tout compris à ce qu’il voulait dire.

    1. Ah, je te remercie ! Histoires fantastiques dans une réalité très très proche dans ce cas-ci tout de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.