Le chien des Baskerville – un film de David Attwood

J’étais jalouse de Niki parce qu’elle avait John Nettles dans son salon et pas moi ! John Nettles c’est Inspecteur Barnaby !!!! (j’ai les dvd de la série mais à la maison). J’ai donc fait venir John Nettles à moi grâce à Mr. Amazon et Mr. Chronopost (qui est de plus en plus gentil même si il croit que je descends deux étages en moins de trente secondes et pourtant je cours). Pour être claire, Niki a parlé de cette version du chien des Baskerville et m’a fait envie ! Je vous renvoie à son avis pour les comparaisons roman / film, l’histoire des acteurs … enfin pour tout ce qui concerne le cinéma.

Je vous remets quand même la présentation du film sur la jaquette.

La famille des Baskerville est maudite. Sir Charles Baskerville a vécu dans la crainte obsessionnelle d’une légende familiale dans laquelle un chien fantôme pourchassait ses aïeux à mort. Or, si son récent décès semble naturel, l’abominable expression d’effroi qui tord le visage de Sir Charles est alarmante. Bien plus inquiétantes encore, des empreintes de pattes appartenant à un immense chien de chasse sont très visibles autour du corps. Alors que le nouvel héritier, Sir Henry Baskerville, s’apprête à emménager à Baskerville Hall, Sherlock Holmes est envoyé pour enquêter sur ce mystère, les évènements se précipitent dans une spirale incontrôlable. L’esprit de déduction le plus brillant du siècle aurait-il rencontré son égal ?

Que dire ? J’ai aimé, voire beaucoup aimé parce que cela m’a redonné du moral. Contrairement à Niki, le Sherlock Holmes (Richard Roxburgh) m’a beaucoup plu parce qu’il est très très beau, très très humain aussi (il arrive à faire une erreur qui le met dans les sables mouvants à la merci du criminel et c’est Watson qui le sauve ! tout le contraire du roman)(c’est décevant mais bon tout le monde ne peut pas être James Bond) et surtout il est doublé (j’ai regardé la version française au cas où vous vous poseriez des questions) avec un homme qui a une voix très classe et distinguée et un rire qui va avec le physique de l’acteur.

Le Watson (Ian Hart) est humain bien sûr mais trop. Premièrement, il a des mouvements bizarres quand il mange (il est juste en train de s’enlever un truc coincé dans ses dents mais le réalisateur le film à ce moment là), il attaque la cachette de Holmes canne en avant et révolver à la main (je suis sceptique là : il n’aurait pas pu poser sa canne avant ?) puis après où il court après le chien et Selden, il a posé sa canne alors qu’il grimpe une côte. Je trouve pas ça très logique. Il pleure, s’énerve… veut sauver les dames, se fait tirer une balle par le méchant.

Les rôles secondaires sont très bon : John Nettles (le Dr. Mortimer, qui présente l’affaire à Holmes n’est pas assez présent…), Richard E. Grant (Stappleton a le physique de l’emploi mais il tient son pistolet avec ses deux mains et court avec comme si il était en intervention avec le GIGN), Matt Day a dans ce film le côté poupon et dragueur du type qui vient de rentrer dans la vraie vie, c’est ce que j’attends d’un sir Henry Baskerville (par contre quand le Dr. Mortimer dit qu’il est agriculteur au Canada, j’ai eu peur car je me suis dis qu’il conduisait un tracteur et tout et tout alors qu’il est quand même un peu snob) et pour une fois Berryl Stappleton (Neve McIntosh) est belle.

L’action prend le dessus à cause de Watson et c’est finalement ce qui ressort de cette version du chien des Baskerville. Le réalisateur ne se contente pas du livre et veut du spectaculaire. Pour le coup, c’est plutôt réussi et l’histoire n’en est pas vraiment pas dénaturé, même si certains personnages ont disparu, que le sang qui coule, qu’il y a une mort par pendaison (mais le chien n’est pas phosphorescent). J’ai aussi la version de la légende (Niki nous en apprend plus sur le sujet) parce que je comprends enfin d’où vient le chien !!!

Deux autres aspects très réussis du film : la musique (approprié aux scènes, qui fait peur à certains moments pour rien du tout parfois) et les décors (ah, la lande !!! le vent, le brouillard).

En conclusion, à mon avis, une bonne version du chien des Baskerville !

Références

Le chien des Baskerville – un film de David Attwood – texte de sir Arthur Conan Doyle – adapté par Allan Cubitt (BBC, 2002)

13 réflexions au sujet de « Le chien des Baskerville – un film de David Attwood »

  1. mais non je n’en apprends pas plus ^-^
    je vois que cela t’a plus emballée que moi 😉
    ma version préférée reste celle avec ian richardson (mais je me répète là, non ?) 😀

    1. J’ai commandé la version avec Ian Richardson par ta faute mais ne regarde surtout pas la version avec Matt Fewer. Cela fait peur tellement c’est mauvais.

  2. Je devrais visionner tous les films reprenant le roman du Chien des Baskerville, histoire de retrouver celui que j’avais vu une nuit au hasard il y a longtemps et qui m’avait traumatisée à l’époque (ça me rappellait l’histoire de la bête du Gévaudan, autre histoire traumatisante), ce qui ne m’avait pas empêcher d’acheter le roman quelques temps plus tard… mon premier livre SH lu, aah, nostalgie ~
    J’ai terminé Watson et Holmes, encore merci, je te le renvois dès le lendemain.

  3. C’est rigolo, je l’avais trouvé par hasard à la bibli., ensuite j’ai vu l’article de Niki, puis le tiens ! Si c’est pas de la transmission de pensée ça ! Rah ça me fait aussi penser que je meurs d’envie de voir al version de Iain Richardson !

    1. Je viens de voir l’adaptation avec Ian Richardson et c’est clair que c’est pas mal du tout du tout mais l’adaptation plus récente reste ma préférée.

  4. Héhé et moi je viens de voir cette adaptation et c’est vrai que Sherlock est plutôt très good-looking 🙂 C’est franchement sympa et y a des trucs très biens comme des bizarres, je dois rédiger mon billet …

    1. Tu veux que je te prête la version de Ian Richardson ? J’ai récu le livre Sherlock Holmes, une vie. Ils m’ont quand même l’air d’avoir fait des progrès dans cette collection mais je n’ai que feuilleté pour l’instant. Je te l’envoie dès que j’ai fini.

  5. Je veux bien ^^ Mais si c’est pour payer un envoi, la version de Iain je peux l’avoir à la bibli. Je suis curieuse de connaître ton avis pour l’ouvrage des Moutons électriques !

    1. C’est soit le 5 mars à Paris, soit tu vas le chercher Porte Maillot chez mon frère, soit en juillet.

  6. Héhé ton frère habite tout près de mon chez-moi parisien 🙂 Le samedi je serais en Lorraine, mais je peux attendre Juillet, on pourra se refaire une petite rencontre si ça te tente 🙂 Et je pourrais enfin te prêter les deux volumes des Quatre de Baker Street et d’autres si tu as envie, et te rendre ceux que tu m’as prêté l’été dernier aussi 🙂

    1. @ Matilda : tu prends des notes, je prends des notes sur tes lectures et on apporte nos caddies. RDV pris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.