L'homme de Shorrox de Bram Stoker

Quatrième de couverture

Avant d’imaginer la figure monstrueuse de Dracula qui frappa tous les esprits, Bram Stoker (1847-1912) s’est essayé avec bonheur à distiller la peur dans ses nouvelles. En véritable géographe de l’intime, il transpose ses angoisses dans une multiplicité de décors et de genres : peur du spectre de la mort dans L’homme de Shorrox (inédit) ; peur éprouvé par un équipage avant l’attaque de cruels pirates malais dans La Palissade rouge ; imminence de l’engloutissement qui provoque les confessions de voyageurs dans La Crainte de la mort (inédit). Pour Stoker, la condition humaine est engluement dont seuls souffrance et héroïsme peuvent délivrer.

Mon avis

Découverte de Bram Stoker pour moi et je ressors enchantée de ce recueil de trois nouvelles. Ce n’est pas un coup de cœur mais l’écriture est agréable et ce sont des vrais nouvelles. Je rappelle que pour moi une « vraie » nouvelle c’est un nouvelle où les personnages sont décrits avec leurs traits principaux, où il y a une vrai chute (en gros, une nouvelle qui est un roman en plus court ; cela ne me plaît pas). Pour le coup, ces trois nouvelles qui composent ce recueil sont des vraies nouvelles.

Le texte de L’homme de Shorrox est plein d’humour. Il s’agit d’une sorte de farce irlandais. Un hôtelier est assassiné par erreur. On commence déjà à sourire par le ton employé par Bram Stoker pour nous décrire ça. La belle veuve, que tout le monde convoite, reste seule pour gérer l’hôtel. Un jour un Anglais, employé de Shorrox, arrive et demande la plus belle chambre. Manque de chance, elle est réservée par … un cadavre.

La Palissade rouge parle de la prise d’un fort malais de pirates par des anglais. Ce qui vaut dans cette nouvelle d’aventures, c’est la montée du suspense. On ressent la peur des marins … Haletant !

La Crainte de la mort n’est pas vraiment une nouvelle car elle est en réalité extraite des souvenirs de Bram Stoker des tournées américaines du Lyceum Theatre. La troupe a subit de nombreux phénomènes météorologiques dont par exemple, un train bloqué au milieu d’un fleuve (?). Les comédiens ont pensé qu’ils allaient mourir. Cela entraîne des confessions. Mais comme ce sont des comédiens leurs confessions sont plus des représentations. Bram Stoker s’en moque gentiment.

En conclusion, trois nouvelles aux styles différents qui donnent envie d’en savoir plus !

Livre lu dans le cadre du challenge « English Classics » de Karine:).

Références

L’homme de Shorrox suivi de La Palissade Rouge et de Dans la crainte de la mort de Bram STOKER – traduit de l’anglais par Jean-Pierre Krémer – postface par Alain Pozzuli (Éditions Mille et une nuits, 2001)

12 réflexions au sujet de « L'homme de Shorrox de Bram Stoker »

  1. Alors c’est bien simple : « Dracula » est l’un de mes romans favoris ! 😉
    Je ne connais pas ces nouvelles mais j’en avais lu 2-3 autres, dont une qui m’avait pas mal marqué et qui s’appelle, je crois, « Le ver blanc » (ou quelque chose du style, je ne me souviens pas exactement, désolée).
    Bref, j’ai pris note des références de vos nouvelles. Merci !

    1. Je lis encore quelques nouvelles mais Dracula est dans ma PAL. J’ai bien l’intention de le lire cette année (comme Frankenstein d’ailleurs que vous m’aviez dit avoir trouvé pas mal).

      1. Je complète ma réponse. C’est « le repaire ver blanc » chez Terre de brumes. Du coup, j’ai noté ainsi que « Le Joyaux aux Sept Étoiles ». Quant a faire !

  2. Je vois là une jolie façon de découvrir cet auteur ! Et j’adhère totalement à ta définition de la nouvelle. C’est un genre à part entière, avec des chutes savoureuses lorsqu’elles sont bonnes (et non pas, oui, une ébauche de roman mal fagotté !)

    1. J’ai eu un cours d’écriture de nouvelles à la fac en première année. Je peux te dire que j’ai galéré pour en écrire des textes avec des « chutes savoureuses ». Je peux te dire que ça rend exigeant !

    1. J’ai aussi La coupe de cristal dans ma PAL ! aussi dans l’édition Mille et une nuits. Dracula c’est pour bientôt !

  3. Depuis que tu as parlé de livre, je l’avais noté dans mon carnet!
    J’ai lu Dracula de Bram stocker, il y a quelques années, mais je dois avouer qu’il ne m’a pas marqué plus que ça.. il faudrait que je le relise pour voir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *