De l'assassinat considéré comme un des Beaux-Arts de Thomas de Quincey

À la suite de ma lecture du livre d’Andrés Trapiello Les amis du crime parfait, j’ai pris ce livre, qui y était abondamment commenté, à la librairie (toute petite mais même pas besoin de le commander : la libraire l’avait en rayon. N’est-elle pas parfaite ?) Alors me direz vous de quoi ça parle.

Le livre est divisé en trois parties : Conférence, Mémoire supplémentaire sur l’assassinat considéré comme un des Beaux-Arts, Post-Scriptum. Les deux premières parties ont été écrites respectivement  en 1827 et en 1839 parce que de Quincey avait besoin d’argent pour payer ses créanciers (et son dealer si j’ai bien compris l’introduction de Pierre Leyris). Ces deux premières parties correspondent au titre exactement : un homme vante les mérites de l’assassinat comme étant un art et non un truc sordide. Bien sûr c’est à prendre au second degré … Dans la Conférence, de Quincey énumère tous les grands assassinats de l’Histoire et surtout ceux qu’il juge vraiment très forts. C’est un partie difficile à suivre même si il y a plein d’humour. En effet, il y a beaucoup de notes de bas de pages pour expliquer les meurtres car de Quincey est un Anglais du 19ième siècle qui avait une culture nettement plus impressionnante qu’une fille française du 21ième sicècle. Cela rend donc la lecture difficile à suivre. Mais il y a l’humour diabolique ! Exemple :

Fi de ces marchands de poison : ne pouvaient-ils s’en tenir au vieux procédé honnête du coupage de gorge, sans introduire ces abominables innovations d’Italie ? […] Mais si nous écartons tout cela, il reste mainte excellente oeuvre d’art de pure style, dont nul n’aurait lieu de rougir, comme tout connaisseur sincère le reconnaîtra. Je dis sincère, notez-le bien ; car il faut faire de grandes concessions en de pareils cas ; aucun artiste ne peut jamais être sûr d’accomplir dans toute sa beauté ce qu’il a conçu. De malencontreux empêchements surgissent ; les gens n’acceptent pas qu’on leur coupe tranquillement la gorge ; ils s’enfuient ; ils se débattent, ils mordent ; et alors que le portraitiste a souvent à se plaindre d’un excès de torpeur chez son sujet, l’artiste qui nous concerne est généralement embarrassé par un excès d’animation. D’autre part, quelque désagréable qu’elle soit pour l’artiste, cette propension qu’a l’assassinat à exciter et à irriter le sujet est certainement un de ses attraits aux yeux du monde en général, et l’on ne doit pas négliger, car il favorise le développement des dons latents. Jérémie Taylor remarque avec admiration les bonds extraordinaires que l’on peut faire sous l’influence de la peur. (p. 62-63)

La deuxième partie marque à mon avis le besoin d’argent. Elle n’apporte rien par rapport à la première partie même si elle entend répondre aux critiques. De Quincey décrit un club qui s’est fondé sur cette id »e d’assassinat comme Beaux-Arts. L’humour est moins second degré et donc à mon goût moins bon. Ce qui est bien c’est que cette partie ne fait que trente pages. Il est à noter que d’après une note de traducteur de tels clubs ont existé dans l’Angleterre de de Quincey.

La troisième partie est absolument excellente. De Quincey l’a rajouté en 1854 en pensant qu’il n’avait pas assez détaillé le meurtre qu’il considéré dans la COnférence comme le must : les meurtres perpétrés des familles Mar et Williamson par Williams (dont P.D. James a parlé dans Les meurtres dans la tamise). On reconnaît là en de Quincey le chroniqueur de faits divers et de procès. Vous avez le droit à tous les détails ; vous y êtes. Je pense qu’aujourd’hui aucun auteur ne pourrait se permettre cela parce que cela serait considéré comme trop glauque et surtout les auteurs d’aujourd’hui nous demanderait de nous identifier soit à la victime soit au meurtrier mais de Quincey sait décrire tout en nous laissant à distance. C’est comme si on lisait un article du journal dans notre fauteuil. On plaint mais on se dit « heureusement, ce n’était pas moi ». On retrouve aussi quelques touches du second degré de de Quincey.

En conclusion, c’est une lecture en dent de scie parce qu’à mon avis le style est excellent mais les références ont un peu vieilli. Il m’en reste l’impression que de Quincey est un écrivain original et qui sait jongler entre plusieurs types de récits. Si vous vous voulez en savoir plus, allez voir le blog d’Alcapone qui en a lu plusieurs déjà.

Références

De l’assassinat considéré comme un des Beaux-Arts de Thomas de QUINCEY – traduit de l’anglais et préfacé par Pierre Leyris (Gallimard – L’imaginaire, 1995)

6 réflexions au sujet de « De l'assassinat considéré comme un des Beaux-Arts de Thomas de Quincey »

  1. Voilà qui est très intéressant. Le Thomas De Quincey que tu présentes correspond parfaitement à l’idée que je me fais de l’auteur. Par contre, je suis étonnée de n’avoir pas noté cette référence. Merci en tous cas pour ce billet qui va allonger ma LAL.

    A très bientôt !

  2. Bonjour Cécile !
    Je ne pouvais pas avoir lu De l’assassinat considéré comme un des Beaux-Arts sans venir partager mes impressions (c’est en effet en consultant le Cécile’s blog, que j’en ai découvert l’existence).
    Alors voilà : mon avis est assez mitigé et je dois avouer avoir été un peu déçue. Je partage notamment ton avis sur le fait que les notes de bas page rendent difficile la lecture de l’ouvrage. C’est d’ailleurs une des premières choses qui m’a frappé lorsque j’ai commencé à lire le livre. Par contre, je ne suis pas d’accord avec toi concernant la troisième partie du traité : elle ne m’a pas du tout convaincue et je regrette pour l’ensemble de l’ouvrage que l’analyse de l’assassinant sous l’angle artistique n’ait pas mieux été exploité…
    Si tu veux voir mon billet à ce sujet dans le détail, il se trouve à l’adresse suivante : http://livresacentalheure-alcapone.blogspot.com/2011/11/de-lassassinat-considere-comme-des.html
    Ca me fera plaisir de reparler de ce bouquin sur Livres à 100 à l’heure. J’ai d’ailleurs dans ma PAL, « Les derniers jours d’Emmanuel Kant » toujours signé de De Quincey. Je ne sais pas si tu l’as lu, mais ce sera pour moi l’occasion de découvrir une nouvelle facette de l’auteur : la biographie…
    A bientôt donc, je l’espère.

    1. Je vais relire mon avis, ensuite lire ton avis et je te dis. Je fais tout ça demain (en tout cas j’essaye).

  3. En fait, je constate en me promenant sur ton blog que tu as déjà lu Les derniers jours d’Emmanuel Kant. Je ne lirai pas ta chronique avant d’avoir lu le livre moi-même mais je reviendrai sur Cécile’s blog pour te faire part de mes impressions.

    1. Je l’ai lu et même le pastiche Les derniers jours de Thomas de Quincey. Je viendrais aussi lire ton billet sur Les derniers jours d’Emmanuel Kant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.