The american boy de Andrew Taylor

Mon premier vrai gros livre en anglais. 485 pages ! Je suis très fière … C’est presque aussi bien que quand j’ai lu mon premier roman en français sans images et qui faisait plus de 250 pages. J’avais choisi ce livre parce que je croyais que le héros était Edgar Poe (« the american boy ») mais en fait ce n’est qu’un personnage très très secondaire (si on faisait jouer le film, il aurait peu de dialogue mais beaucoup de figuration).

On est en Angleterre, à Londres et dans ses environs, en 1819. Thomas Shield devient professeur au collège dirigé par Mr. Bransby. Il a en particulier comme élèves Charles Frant et Edgar Poe, deux petits garçons d’une dizaine d’années qui se ressemblent étrangement. Thomas Shield devient plus ou moins « ami » avec les deux enfants car il prend leur défense devant des plus grands. À ce titre, il est plus souvent à leur service que leur professeur. Il emmène les enfants chez leurs parents, les reprend … Un jour, il voit un homme attendre devant la maison des Frant. Il va s’avérer qu’il est en réalité à la recherche d’Edgar (il s’est trompé d’enfant) qui lui vit chez son père adoptif Mr. Allan. L’inconnu s’avère être le véritable père d’Edgar, Mr. Poe. Le temps que cela soit découvert, il y a plein de quiproquos qui font que Mr. Frant s’inquiète pour son fils et vont transformer Thomas Shield en enquêteur, ce qu’il ne cessera d’être jusqu’à la fin du livre.

Un jour, Mr. Frant est retrouvé mort, défiguré et assassiné. C’est Thomas Shield qui va le reconnaître. Charles Frant est retiré de l’école. Thomas Shield devra lui servir de précepteur. Il fera alors connaissance avec la famille. Mr. Frant était associé dans une banque qui appartenait à la famille de sa femme (Sophie ou Sophia Frant (l’auteur n’est pas très fixé), ex Marpool). En effet, la mère de Sophie était une Wavenhoe, famille de banquier. Il y a aussi l’oncle de Sophia, George qui est très vieux et surtout très mourant et Stephen Carswall, cousin de George (homme très très vieux et surtout très manipulateur) qui a une jeune fille : Flora. Bien sûr Thomas va tomber amoureux de Sophia et de Flora.

Avant la mort de George Wavenhoe, Stephen Carswall va manipuler George pour qu’il donne la propriété qui devait revenir à Sophia (maintenant veuve) à Flora. Ainsi, il garantit un bien à sa fille et en même temps il rend Sophia et son fils dépendante. J’ai aussi oublié de signaler que la banque a fait faillite après la mort de Mr. Frant suite à la découverte de plein de magouilles.

Là dessus se greffe un autre américain : Mr. Noak dont on va découvrir au fur et à mesure pourquoi il est là.

Je ne vous ai raconté peut être qu’un dixième des péripéties. Il se passe toujours un truc même si c’est très sage comme rebondissement. Mais chaque détail compte. À la fin vous pensez que tout le monde est coupable et vous vous retrouvez un peu perdu quand on vous annonce le dénouement qui sembla à l’auteur évident d’après ce qu’il nous a dit avant. C’est un très bon livre (on se demande pourquoi il n’est pas traduit en français).

Le seul reproche que je ferai c’est que l’histoire aurait pu être raconté sans Edgar Poe (par contre pas sans le père). Andrew Taylor semble le prendre comme un prétexte surtout dans l’épilogue quand il se raccroche aux branches pour lier les événements à la mort de Poe trente ans plus tard.

Pour ce qui est du niveau d’anglais, je l’ai trouvé un peu difficile au début surtout dans ce qui était des descriptions du mobilier ou même des personnages. Au fur et à mesure je me suis prise au jeu et j’ai trouvé que cela se lisait plutôt bien.

Il ne me reste plus qu’à trouver quelqu’un pour le traduire en français pour savoir si j’ai bien compris.

Références

The american boy de Andrew TAYLOR (Harper Perrenial, 2003)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.