Fáulas de Luciano Marrocu

 

Quatrième de couverture

Rome 1939 : Luciano Serra, jeune inspecteur de l'OVRA (la police secrète fasciste), est chargé d'une affaire délicate. Il doit enquêter sur Gonario Musio, un haut dignitaire du régime. Ses investigations l'emmèneront jusqu'en Sardaigne. Un retour aux sources pour Serra et la découverte d'un régime fasciste englué dans la corruption et la peur. Fáulas est le premier volet des enquêtes de l'inspecteur Serra.

Luciano Marrocu est professeur d'histoire à l'Université de Cagliari. Il est aussi adjoint à la culture de la Province de Cagliari. Fáulas est son premier roman.

Mon avis

Je commence par un reproche (je sais ce n'est pas très gentil). Je ne suis pas spécialiste de l'administration fasciste, ni de l'histoire de l'Italie à cette période : ça aurait été sympa une postface pour nous parler du contexte… (surtout quand on voit que l'auter est historien). De plus, je ne suis jamais allée en Sardaigne. Je sais situer les grosses villes italiennes mais pas tous les villages de Sardaigne. Il faut mettre une petite carte. Ce préambule pour vous dire qu'il faut un minimum de culture italienne (ou un bon dictionnaire : j'ai appris le mot pyroscaphe) pour bien comprendre ce livre. Ça peut gêner la lecture à mon avis. Je remercie cependant le traducteur pour les quelques notes : grâce à lui j'ai découvert le nom de Grazia Deledda, prix nobel de littérature en 1926. Ces livres ont l'air très intéressants.

À part cela, c'est un roman policier sympathique : on tourne facilement les pages. L'auteur décrit assez longuement ses personnages (on sent qu'il va développer la série) même si leur vie extérieure reste mystérieuse (notamment pour l'inspecteur Serra). On fait l'enquête en même temps que l'inspecteur. J'ai trouvé la solution en même temps que lui. L'enquête et son déroulement ne semble pas être la préoccupation principale de l'auteur. Par contre, la description de la corruption et de l'omerta dans le village sarde de Fáulas vaut le détour même si au contraire de ce que dit la couverture, j'ai eu l'impression de survoler le régime fasciste (plus généralement d'avoir entre les mains un roman atemporel à part le fait que Serra appartient à l'OVRA). 

En conclusion, un roman policier sympathique à lire pour se détendre. J'attends de lire le deuxième volume pour savoir si l'auteur "améliore" un peu ses personnages et ses enquêtes. 

Références

Fáulas de Luciano MARROCU – traduit de l'italien par Marc Porcu (La fosse aux ours, 2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.