Les 39 marches – un film de Alfred Hitchcok

J'inaugure avec ce billet une nouvelle catégorie : les adaptations littéraires au cinéma (et pas le contraire). Comme je ne suis pas une cinéphile (je suis même inculte, je ne regarde pratiquement que des séries), je ne vais pas me lancer dans de grandes critiques (je ne sais tout simplement pas faire). Je vais juste donner mon avis (qui n'engage que moi) et dire dans quelle mesure c'est une adaptation du livre. C'est la seule chose qui soit dans mes cordes.

 

 

Après cette petite précision, je commence. J'ai vu le film d'Alfred Hitchcock les 39 marches. C'est une adaptation du roman du même nom de John Buchan (auteur écossais qui est donc dans ma thématique). J'ai lu le livre en ebook gratuit avant (on peut le trouver facilement sur internet) et j'ai vu le film une semaine après environ. Le billet sur le livre arrivera dans quelques temps (il y avait des passages bizarres dans la traduction que j'ai lu ; j'en ai trouvé une autre). Il faut que j'arrête avec les parenthèses !!!

Scénario

Richard Hannay, un jeune canadien, assiste à un spectacle de music-hall au London Palladium. Apparaît sur scène Monsieur Mémoire, qui retient toute sorte d'informations inutiles. Une bagarre éclate, des coups de feu sont tirés. Tout le monde se précipite vers la sortie. Dans la cohue, Richard Hannay rencontre une jolie femme brune, Annabella Smith. Elle lui demande de la protéger en l'emmenant chez lui. Elle lui explique qu'elle est en grand danger, qu'on veut la tuer (deux hommes sont dehors) parce qu'elle sait qu'un secret défense est sur le point d'être donné aux ennemis (on est dans les années 30). Elle lui explique les choses très rapidement : le traître a deux phalanges en moins et appartient à une organisation criminelle : les 39 marches.

Richard s'endort. Il est réveillé au milieu de la nuit par Annabella qui a un couteau dans le dos et dans la main une carte d'Ecosse avec une petite ville entourée. Elle lui dit qu'il doit fuir (je pense qu'il s'en était douté). En endossant le costume du laitier, il sort de son appartement en catimini (il sait qu'on va l'accuser de meurtre), se rend à la gare et prend le premier train pour l'Ecosse. La police est à ses trousses. Il y a une course poursuite dans le train. Il rentre dans un compartiment, embrasse de force une dame (Pamela), qui le dénonce quand la police arrive. Après que c'est vrai qu'il ne faut pas descendre du train en marche (comme le dit à la SNCF), il arrivesain et sauf en Ecosse où il se réfugie dans une petite fermette. La femme veut le protéger mais le mari jalou le dénonce à la police quand elle arrive (elle n'est jamais bien loin). Après d'autres péripéties, il arrive à l'endroit entouré sur la carte. Il s'est jeté dans la gueule du loup !!! Il arrive quand même à s'enfuir : il est vraiment trop fort ! Il se rend à la police dont le chef est l'ami intime du traître. Il est donc encore obliger de fuir. Il se retrouve à faire un discours d'homme politique dans une salle de réunion. Il y retrouve Pamela. Deux faux policiers viennent les arrêter …

Il y a ensuite plein d'aventures pour Richard et Pamela (réticente au début à se retrouver avec le meurtrier dont tous les journaux parlent) qui vont réussir à déjouer le complot. Le film se termine là où il avait commencé, c'est-à-dire au London Palladium. Mais là, je vous laisse découvrir !

Les acteurs

  • Robert Donnat (Richard Hannay)
  • Madeleine Carroll (Pamela)
  • Lucie Mannheim (Annabella Smith)
  • Godfrey Tearle (Professeur Jordan, le méchant)
  • Peggy Ashcroft (la femme du fermier)
  • John Laurie (le fermier)
  • Helen haye (la femme du professeu)
  • Frank Cellier (Sheriff Watson)
  • Wylie Watson (Monsieur Mémoire)

D'autres détails techniques

Film de 1935

Origine : Grande-Bretagne

Scénario : Charles Bennett et Alma Reville

Réalisation : Alfred Hitchcock (dans sa période anglaise)

Durée : 86 minutes

Mon avis

C'est un très bon film plein d'actions, de suspens. Il n'y a jamais de longueurs ; les acteurs sont très biens (surtout Pamela). Par contre, je n'aurais pas dû lire le livre avant. Ca n'a rien à voir. Je me suis renseigné depuis et visiblement ça a l'air d'être habituel avec Hitchcock. J'étais plus que déçue. Il n'a pratiquement rien pris du livre à part le nom du héros (même pas ces caractéristiques), le fait de base (une personne vient voir Richard pour qu'il la cache et se fait tuer ; dans le livre c'est un homme, mais bon) et la fuite en Ecosse sous le costume du laitier. Et j'oublie bien sûr les 39 marches (mais il n'a même pas repris ce que c'était). Dans le livre, Richard Hannay me semble plus intrépide et plus courageux … et les Ecossais représentés sous un meilleur jour. Voilà comment je me suis sentie flouée …

J'ai aussi Jeune et Innocent à voir (adaptation d'un roman de Josephine Tey). Je lirai le livre après. Na !

D'autres adaptations du même livre

  • Les 39 marches de Ralph Thomas (1959)
  • Les 39 marches de Don Sharp (1978)
  • Les 39 marches de James Hawes (2008, téléfilm pour la BBC)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.