Emma de Alexander McCall Smith

EmmaAlexanderMcCallSmithEmma de Alexander McCall SMith est le fameux gros livre en anglais qui m’a empêché d’avancer dans mes lectures. En fait, il n’est pas si gros que cela, 360 pages, mais à chaque fois que je l’ai pris, j’étais rapidement fatiguée de le porter (je ne sais pas si c’est mes doigts qui n’aiment pas être écartés ou si c’est le fait que le livre ne s’ouvre pas bien …). En tout cas, depuis 2014, date où je l’ai acheté, il est sorti en poche en anglais mais aussi en français (aux éditions Terra Nova). Emma fait partie d’une série de réécriture moderne des romans de Jane Austen par de célèbres auteurs britanniques. On peut ainsi trouver Sense and Sensibility de Joanna Trollope mais aussi de Northanger Abbey par Val McDermid.

Il y a quelques années j’avais lu le roman de Jane Austen, roman que j’avais adoré grâce à une traduction formidable. Ici, Alexander McCall Smith reprend l’histoire, les personnages … de manière générale. Il ne suit pas à la lettre le roman de Jane Austen, mais fait sienne l’histoire en la réinterprétant pour qu’elle corresponde à notre époque. J’ai beaucoup aimé ce roman, non pas pour la réécriture de Jane Austen, mais bien parce qu’on y retrouve la manière de raconter une histoire, la plume, l’humour de Alexander McCall Smith. J’ai ressenti un plaisir proche mais moindre de celui que je prends en lisant la série des Isabel Dalhousie.

Je ne vais pas reprendre l’histoire car en gros, l’auteur reprend l’histoire et les personnages du roman de Jane Austen. La modernisation est particulièrement drôle : Emma conduit une Mini Cooper, Harriet Smith est très superficielle mais très gentille : son père est un donneur de sperme anonyme, elle enseigne dans une école d’anglais pour étudiants étrangers, sa logeuse / patronne / ami prépare des cakes un peu spéciaux, Mr. Woodhouse craint énormément beaucoup de choses (d’autant qu’il est abonné à de nombreuses revues scientifiques), a fait fortune grâce à une invention scientifique, le frère de George Knightley est photographe de mode à Londres alors que lui a choisi de reprendre et faire revivre le domaine familial. J’ai trouvé que tout était mêlé avec énormément d’humour.

Par rapport à l’histoire, Alexander McCall Smith ne s’intéresse pas à la même chose que Jane Austen. Elle décrivait une communauté à un moment t et travaillait surtout sur les relations entre chacun des membres de la communauté. Lui suit l’évolution du personnage d’Emma, ce qu’il fait qu’elle est comme elle est. Elle est dépeinte comme une enfant / adolescente / femme un peu spéciale, ayant un fort caractère, pour qui chaque chose à sa place (et c’est elle qui décide la place de chaque chose, les gens sont aussi des choses malheureusement), très marquée par sa gouvernante. J’ai trouvé que l’évolution d’Emma (surtout l’affirmation de son caractère) était intéressante (un peu comme si tout s’était joué pendant l’enfance). À l’âge adulte, elle est décrite comme gentille mais très, voire trop gâtée. Les autres personnages du roman ne semblent pas réellement interagir avec elle. Elle interagit avec eux et décide pour eux. J’ai eu l’impression d’une certaine solitude du personnage d’Emma, que je n’avais pas eu en lisant le roman de Jane Austen.

Par contre, j’ai lu un commentaire sur GoodReads auquel je souscris entièrement. Comment Emma peut-elle se découvrir un sentiment amoureux pour George Knightley alors qu’elle ne le rencontre jamais ! Visiblement, les histoires d’amour ne sont pas trop la tasse de thé de l’auteur.

Si on veut comparer le roman de Jane Austen et celui d’Alexander McCall Smith, clairement, ce n’est pas la même chose ! Alexander McCall Smith prend le temps de s’intéresser à des moments que Jane Austen n’avait pas détaillés. Ainsi, on découvre l’enfance et l’adolescence d’Emma et d’Isabella, avec leur gouvernante Miss Taylor.  Par contre, d’autres moments importants pour Jane Austen ne le sont pas du tout ; le pique-nique par exemple ne prend qu’un chapitre à la toute fin du livre. Alexander McCall Smith s’intéresse aussi énormément aux personnages secondaires : Mr. Woodhouse est particulièrement savoureux ; par contre Jane Fairfax et Ms. Bates ne sont pas trop présentes. Frank Churchill et son père ont ainsi une vie propre, pas forcément intéressante pour l’histoire d’Emma, mais que pourtant l’auteur développe beaucoup. C’est pour cela que je dis que le livre est plus Alexander McCall Smith que Jane Austen. Les digressions et les remarques (plus générales) sont la marque d’Alexander McCall Smith à mon avis

En conclusion, un roman qui ravira les fans de Alexander McCall Smith, mais un peu moins ceux de Jane Austen.

Références

Emma de Alexander McCall SMITH (Borough Press, 2014)

4 réflexions au sujet de « Emma de Alexander McCall Smith »

  1. J’avais vraiment détesté la réécriture de « Northanger abbey » qui est ridicule, et je m’étais du coup fermée à la lecture des autres bouquins. Ce que tu dis de celui-là me donne envie, mais j’ai quand même un peu peur car j’adore la relation Knightley et Emma. Bref il est tout de même plus probable que je me laisse tenter à présent.

    1. Il n’y a pas de relation Emma / Knightley dans ce roman 🙂 Tu ne risques pas d’être déçue. Je crois vraiment qu’il ne faut pas attendre de retrouver l’ambiance du roman de Jane Austen pour ne pas être déçue (trop de négations tuent la négation). L’avantage que j’avais est d’aimer Alexander mcCall Smith. Si tu lis les avis sur GoodReads ou LibraryThing, tu t’apercevras qu’ils sont très mitigés mais aussi très tranchés. Tu es prévenue si tu t’y attaques 😉

  2. bien que j’apprécie parfois les réécritures de romans célèbres, je ne suis pas tellement attirée par ce « pari » de réécrire les romans d’Austen dans notre époque, j’ai lu pas mal d’avis sur goodreads et ça ne m’a guère attirée plus que cela 😉

    1. Comme je le dis dans le billet, l’avantage est que j’aime Alexander McCall Smith ; je n’aurais pas acheté le livre si cela avait été un autre auteur (pour tout te dire, je l’avais acheté pour son nom à lui car je n’avais même pas compris à la quatrième de couverture (en lisant dans le magasin) que c’était une réécriture moderne de Jane Austen)(et en plus j’étais dans ma période il faut que je lise en anglais pour progresser). De toute manière, on ne pourra jamais faire aussi bien que l’original. N’empêche que je me demande ce qui fait une bonne réécriture / une bonne prequel ou sequel. Trop proche comme les romans d’Amanda Grange, c’est sympa, on passe un bon moment mais ce n’est pas suffisant et surtout ce n’est pas l’original. Même époque mais avec plus de liberté, je trouve que c’est pire car tout le film que l’on se fait soit-même est contredit. À notre époque, je trouve que soit on reprend l’histoire mais en oubliant tout le fond du texte de Jane Austen ou inversement (mais est-ce que l’on peut reprendre la description de la société d’il y a 200 ans comme si elle n’avait pas évolué depuis ou mettre ses propres descriptions mais dans ce cas-là, on n’a pas vraiment le même esprit qu’elle). J’aime bien quand l’histoire est tout autre mais qu’il y a des clins d’oeil (pour initiés un peu). Dans ce cas-là, c’est le propre roman d’un auteur qui rend hommage à un autre auteur.
      Quelles réécritures de romans célèbres as-tu aimé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *