Notes de ma cabane de moine de Kamo No Chômei

Présentation de l’éditeur

En 1204, Kamo no Chômei (1155-1216), fils d’un prêtre de la cour de l’Empereur, dit adieu au monde et se fait moine bouddhiste. Il se retire bientôt dans un minuscule ermitage qu’il s’est édifié à Hino, où il passera les huit dernières années de sa vie. C’est là qu’il rédige les Notes de ma cabane de moine, récit autobiographique décrit par Claudel comme un « mémorial plein de fraîcheur et de sentiment que l’on pourrait comparer à Thoreau ».

La traduction, écrite dans une belle langue classique, est celle du Révérend Père Sauveur Candau qui vécut plus de trente années au Japon.

L’étude de Jacqueline Pigeot, placée en postface, apporte toutes les clés nécessaires pour approfondir la lecture de ce texte émouvant.

Premiers paragraphes

La même rivière coule sans arrêt, mais ce n’est jamais la même eau. De-ci, de-là, sur les surfaces tranquilles, des taches d’écume apparaissent, disparaissent, sans jamais s’attarder longtemps. Il en est de même des hommes ici-bas et de leurs habitations.

Dans la belle capitale, les maisons des nobles et des pauvres se succèdent dans un alignement de tuiles ; elles semblent durer des générations entières. En est-il vraiment ainsi ? Non ; de fait, il y en a bien peu qui soient encore ce qu’elles étaient autrefois. Ici, c’est une maison détruite l’an dernier et reconstruite cette année, là, une luxueuse demeure ruinée devenue une maisonnette. Il en va de même pour les gens qui les habitent. Les lieux ne changent pas ; il semble qu’il y ait toujours autant de monde ; mais en fait, sur les vingt ou trente personnes que j’y ai vues autrefois, à peine en trouverais-je une ou deux. Les uns meurent un matin, qui sont remplacés le soir par de nouvelles naissances. Exactement comme l’écume qui paraît et disparaît sur l’eau.

Mon avis

J’ai pris ce livre à la librairie à cause du titre qui me plaisait beaucoup parce qu’il faisait un peu étrange. Je n’avais même pas lu que c’était un texte japonais classique du douzième siècle. Franchement, on ne le dirait pas. Dans cette édition, on entre de suite dans le texte. On voit un homme, Chômei, au crépuscule de sa vie, nous la retracer mais pas du point de vue de sa propre vie, ni de l’histoire de son pays (ou très rarement) mais uniquement du point de vue de ses observations (il est toujours extérieur au monde). Cela donne à ce texte une très grande modernité, je pense accentuer par l’excellente traduction qui rend le texte limpide. On ne peut que se joindre aux observations universelles sur le temps qui passe, sur la condition humaine … On sourit quand il explique que là où il vit il est très heureux puisqu’il ne s’occupe que comme il le souhaite, qu’il préfère être son propre esclave (pourquoi « esclavagiser » un animal quand on peut utiliser ses pieds).

Après cette première lecture, vous rentrez ensuite dans l’étude Jacqueline Pigeot, placée en postface, extrêmement savante (en tout cas pour certains passages dans mon cas) mais qui est très éclairante sur la vie de Chômei, sur le contexte historique, religieux, sur la langue et la littérature de l’époque. Au fur et à mesure, que vous avancez dans la postface, vous vous rendez compte que votre lecture du premier texte n’était pas complète, que vous ne pouvez pas avoir tout compris et que certains éléments vous ont échappé, que même la personne de Chômei, qui vous avait paru simple et brillant, était un personnage très complexe et surtout comme sa pensée s’est forgée.

Finalement, vous refermez le livre en vous disant que ce petit texte (et surtout dans le cas de cette édition) est beaucoup plus dense que ce que son faible nombre de pages pouvait vous le laissez supposer au départ.

Références

Notes de ma cabane de moinde de Kamo No Chômei – traduit du japonais et annoté par le Révérend Père Sauveur Candau – postface de Jacqueline Pigeot (Le bruit du temps, 2010)

À noter la parution au même moment d’un texte du même auteur chez le même éditeur : Notes sans titre – propos sur les poètes et la poésie – traduit du japonais et annoté par le groupe Koten, préface de Michel Vieillard-Baron

10 réflexions au sujet de « Notes de ma cabane de moine de Kamo No Chômei »

  1. J’ai un petit billet prêt pour janvier car comme toi j’ai aimé ce livre, en fait pour moi c’était une deuxième lecture mais mon volume précédent acheté d’occasion était en état lamentable et avait une odeur un peu insoutenable
    Bonheur d’acheter celui là
    je partage ton avis un petit livre qui est beaucoup plus « lourd » que son nombre de pages le fait penser

    1. C’est une traduction différente si j’ai bien compris ce qui est dit dans la postface. Je me demande comment le traducteur fait pour rendre compte de cette écriture qui semble si novatrice pour le japon du 12ième siècle. Je n’ai pas de point de comparaison avec d’autres textes. Du coup, cela m’a posé plein de questions. Tu as lu le livre sur la poésie ? J’ai été le prendre dimanche à la librairie mais je n’aurais sûrement pas le temps de le commencer avant la semaine prochaine. Cela devra attendre janvier …

  2. Je l’ai trouvé en librairie après avoir lu ton billet et il m’a fallu toute ma volonté pour ne pas l’acheter … j’attends les chèques cadeaux livres de noël pour faire une folie 🙂

  3. Entendu parler de ce chef d’ œuvre a la radio, me réjouis de l avoir entre les mains. J espère le trouver rapidement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *