La fuite de Tolstoï d'Alberto Cavallari

Quatrième de couverture

Tolstoï a quatre-vingt-deux ans. Dans la nuit du 27 au 28 octobre 1910, il quitte la propriété familiale de Yasnaïa Poliana. Sans prévenir sa femme ni ses enfants, il s’enfuit seul dans l’hiver glacial. Après quatre jours d’errance, il échoue dans la petite gare d’Astapovo, où il meurt une semaine plus tard. Comment expliquer cette fuite ? Alberto Cavallari mène l’enquête grâce aux journaux des rares témoins directs et à Tolstoï lui-même qui, dans la gare, écrira sur son geste.

Mon avis

La fameuse année 1910 de Tolstoï, qui se termine par sa fuite et sa mort est un sujet éminement romanesque, ou plus exactement qui peut se prêter à mille conjectures. En plus de celui-là, je peux vous citer deux livres sur le sujet : Une année dans la vie de Tolstoï de Jay Parini dont vous pouvez trouver un billet chez Dominique (j’ai le livre dans ma PAL depuis son billet) et Tolstoï est mort de Vladimir Pozner dont vous trouverez un billet chez Lili Galipette.

Ici, on ne parle que de la fuite de Tolstoï. Le récit est donc ramassé entre la nuit du 27 au 28 octobre et le 31 octobre où Tolstoï arrive à la gare d’Astapovo où il mourut le matin du 7 novembre. Quand j’ai lu la quatrième de couverture, je me suis dit ça c’est une mort à la Edgar Poe. On ne sait pas ce qu’il a fait pendant sa fuite, ni où il était mais comme il avait 82 ans, ça a été trop éprouvant pour lui. Je rappelle que je ne connais pas la vie de Tolstoï ni ses romans mais seulement quelques nouvelles (je suis en train de me rattraper. Comme le dit George, des fois, j’ai l’impression de n’avoir rien lu).

Si vous êtes comme moi, sachez que dans la famille Tolstoï, on se dit tout (mais alors absolument tout) ou plus exactement tous les membres du cercle de Yasnaïa Poliana (et ils sont nombreux) tiennent un journal et ils se le lisent entre eux. Quand Tolstoï décide de partir tout seul pour fuir sa vie, sa femme et tout le reste, c’est quand même avec un médecin et un serviteur en prévenant la moitié de sa famille et en écartant sa femme qu’il ne peut plus supporter après quarante huit ans de mariage. Tout ça est un peu extravagant. Mais c’est Tolstoï, un homme plein de contradictions, qui ne peut arriver à vivre selon son idéal (ce qui le désespère et je le comprends),

On découvre donc ici un Tolstoï à la fois fragile et déterminé, vaillant et malade. On découvre aussi sa manière de voir sa famille à travers des extraits de son journal que l’auteur incorpore en italique dans le texte comme si il faisait parti du texte. L’auteur ne prend pas parti ni pour Sophie (la femme) ni pour Tolstoï même si on suit Tolstoï (on a donc plus tendance à prendre son parti). L’auteur a priviligié une sorte d’enquête journalistique sur le sujet et donc un ton neutre. Cela ne donne pas l’impression de lire un roman ou une biographie romancée mais plutôt un article qui pourrait avoir été écrit au cours de la fuite, au jour le jour par un journaliste qui suit la compagnie.

En conclusion, j’ai trouvé que c’était instructif et plutôt pas mal. Je lirais sûrement les deux autres livres cités précédemment.

Références

La fuite de Tolstoï de Alberto CAVALLARI – traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro et Camille Dumoulié (Christian Bourgois – collection Titres, 2010)

2 réflexions au sujet de « La fuite de Tolstoï d'Alberto Cavallari »

  1. Vladimir Pozner, « Tolstoï est mort »

    Dimanche 18 avril, 15 h 30
    Thierry Clair-Victor consacrera son émission « Des mots, une voix » à « Tolstoï est mort », de Vladimir Pozner.
    Radio Libertaire, 89.4 FM ou : http://ecoutez.radio-libertaire.org:8080/radiolib.m3u

    Dimanche 25 avril, 17 h
    Pascale Casanova et ses invités de « L’atelier littéraire » se pencheront sur « Tolstoï est mort », de Vladimir Pozner, et le reste de l’actualité éditoriale autour du centenaire de la mort de l’auteur de Guerre et paix.
    France Culture, 93.5 FM
    http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/atelier-litteraire/fiche.php?diffusion_id=83117&pg=avenir

    Pozner, un inventeur de formes
    Peut-être est-ce là l’influence de cette effervescence créatrice qui accompagna les premières années de la Révolution russe (songeons à Babel, à Maïakovski, à la peinture d’un Malevitch) : Pozner veut inventer des formes qui, à chaque fois, s’accordent au projet propre de l’oeuvre. « Tolstoï est mort » est ainsi constitué de 185 fragments, eux-mêmes distribués dans des chapitres qui, alternativement, racontent les derniers jours de l’écrivain et ce que Pozner appelle l' »Histoire d’un mariage », la chronique des tourments conjugaux de Tolstoï et de sa femme. (…) Cette reconstitution, à première vue neutre et objective, laisse cependant percer une ironie discrète envers ce qui apparaît comme un des premiers événements médiatiques : la mort, dans ce village reculé d’Astapovo, d’un écrivain de renommée mondiale, qui vient, mystérieusement, de fuir le foyer où il se sentait emprisonné.
    Thierry Cecille, Le Matricule des anges n° 111 (mars 2010)

    http://www.pozner.com

    Vladimir Pozner, « Tolstoï est mort »
    http://www.christianbourgois-editeur.com/fiche-auteur.php?Id=403

    1. Merci beaucoup pour ces informations très intéressantes. Je ne manquerai pas d’écouter ces émissions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.