Ma découverte de Friedrich Dürrenmatt

Récemment, je me suis offert le livre 1001 livres qu’il faut avoir lu dans sa vie. Pas dans l’optique de lire tous ces livres (et de ne lire aucun autre parce que même moi je trouve qu’il en manque) et de pouvoir ainsi briller dans les dîners où je ne vais pas. Mais plutôt dans le but de découvrir parce que quand j’entends à la radio, il faut lire Butor mais pas ses œuvres de maintenant mais celles des années 50 et que du coup je me retrouve perdue et je ne sais pas par lequel commencer. De même quand on me dit que Robbe-Grillet est un grand auteur. Personnellement, j’associe cet auteur à un roman érotique qui a été obligé d’être mis sous cellophane. Alors je me retrouve à me demander pourquoi il faut le lire. Ce livre va me permettre de découvrir tout cela et plus parce que par fois, la radio semble parler à des gens qui savent déjà tout. J’apprécie donc le point de vue anglo-saxons sur la littérature française car il permet à mon avis au début de se concentrer sur l’essentiel.

Ma surprise quand j’ai ouvert ce livre c’est de découvrir plein d’auteurs inconnus de moi même de nom (en gros je dirais 70%). Je peux dire merci aux blogs car avant ce pourcentage aurait plutôt avoisiner les 95 voire plus. Ce livre, c’est comme ouvrir une porte sur un nouveau monde. J’ai commencé ma découverte avec Le juge et son bourreau de Friedrich Dürrenmatt.

La quatrième de couverture est la suivante :

Dans un petit bourg helvétique, un policier modèle est retrouvé assassiné. Baerlach, un vieux commissaire malade, amateur de cigares, de vodka et de bonne chère, enquête sur cette mort, tout en luttant contre la sienne qui s’annonce prochaine. Son supérieur cherche à ménager la susceptibilité des notables locaux, tandis que son adjoint, petit flic un rien minable mais dévoré d’ambition, tente de jouer ses propres cartes. Dans l’ombre, le meurtrier, genre Méphistophélès, disserte sur le bien et le mal, qu’il tient pour étant de possibilités égales…

Comme dans La Panne, Le Juge et son bourreau se déploie sur fond d’intrigue policière. Mort et maladie forment un diptyque tragique où se reflète le dérisoire pantomime de la comédie humaine.

J’ai donc choisi ce livre pour le côté enquête policière. Pour vous situer Baerlach, il est entre Maigret et Inspecteur Morse (dans le dernier roman de Colin Dexter Remords secrets). Dans la phase enquête, on parle de tout sauf de l’enquête. Bien sûr le dénouement n’en est que plus extraordinaire (et je peux vous dire quel finish !!!). On comprend donc que le roman n’est pas un roman policier. L’idée c’est donc de faire passer autre chose. Une critique ouverte de la police helvétique en premier lieu (il parle beaucoup de la police scientifique). Mais aussi, une réflexion sur la fin de la vie. En effet, Baerlach va donc mourir si on ne l’opère pas d’un cancer de l’estomac visiblement. Il va chercher à régler des comptes et faire justice lui-même comme si ce qui était humain ne comptait plus (pourtant cela à gouverner toute sa vie). Il y a aussi une impression de fatalité qui plombe le roman. C’est un bon roman même si je n’ai pas tout compris, entre autre l’apparition du lien qui m’a semblé factice entre le « méchant » et Baerlach.

Une lecture donc qui m’a laissé l’impression de ne pas avoir tout compris, un goût d’inachevé. Je ne l’aurais pas mis dans les 1001 livres qu’il faut avoir lu. Par contre, comme je suis curieuse, je me suis tournée ver La Panne dont parle la quatrième de couverture.

Et là par contre je l’aurais mis dans les livres qu’il faut avoir lu. La quatrième de couverture est la suivante :

« Nous ne vivons plus sous la crainte d’un Dieu, d’une justice immanente, d’un Fatum comme dans la Cinquième Symphonie ; non ! plus rien de tout cela ne nous menace. » Notre monde n’est plus hanté que par des pannes. Pannes de voiture, par exemple, comme celle de la Studebaker d’Alfredo Traps, un soir, au pied d’un petit coteau…

Et voilà comment ce sympathique quinquagénaire rencontre ce jour-là son Destin, charmant vieux monsieur qui l’invite à passer la nuit chez lui. Juge à la retraite, celui-ci passe d’excellentes soirées, en compagnie de ses amis, l’avocat et le procureur à reconstituer de vrais procès. Celui d’Alfredo Traps commence comme un jeu …

La Panne, ce chef-d’oeuvre d’humour noir, a été porté à l’écran en 1972 par Ettore Scola, sous le titre La Plus Belle Soirée de ma vie.

Ce livre est doucement barré. On commence par rire parce que les quatre personnes (et oui ils sont quatre) sont vieux (plus de 80 ans) et semblent donc inoffensifs. Puis on découvre qu’il y a le juge, l’avocat, le procureur mais aussi le bourreau. Le lecteur commence alors à s’inquiéter d’autant plus que l’accusé se prête de plus en plus au jeu. Jusqu’à avouer un meurtre qu’il n’a visiblement pas commis. Derrière cet humour noir, on voit beaucoup d’autre chose. Dürrenmatt reprendre le thème de la justice faite par des hommes qui ne sont plus ou pas investis de ce pouvoir mais surtout sur l’influence de la parole. En 124 pages, l’accusé passe d’une innocence, dont il est persuadé, à une culpabilité dont il est aussi persuadé (même si il a beaucoup bu pendant les 124 pages). Et cela sans pression évidente. Juste par l’effet de la mise en scène. Ce livre m’a donc beaucoup plu (notamment le finish qui est là encore exceptionnel) même si là encore je n’ai pas tout compris notamment le rôle de la nourriture et du festin gargantuesque.

Il ne me reste plus qu’à trouver le film d’Ettore Scola !

L’avis de Yvon sur Le Juge et son bourreau.

Références

Le Juge et son bourreau de Friedrich DÜRRENMATT – traduit de l’allemand par Armel Guerne (Livre de poche, 1961 pour la traduction)

La Panne – une histoire encore possible de Friedrich DÜRRENMATT – traduit de l’allemand par Armel Guerne (Livre de poche, 1958 pour la traduction)

16 réflexions au sujet de « Ma découverte de Friedrich Dürrenmatt »

  1. Ton billet est vraiment intéressant et me donne envie de regarder de plus près cet auteur que j’ai moi aussi rencontré dans « 1001 livres » mais dont je n’ai pas vraiment poussé plus loin la découverte.

    1. @ Allie : pour acheter les « 1001 livres » j’ai regardé sur internet les avis. Bien sûr, il y avait des gens qui prenaient le titre au sérieux mais c’est le tien qui m’a éclairé le plus sur le contenu. C’est un peu grâce à toi si j’ai découvert cet auteur 🙂

  2. Bonjour Cécile,
    Je suis bien contente que vous lisiez des auteurs suisses ;-D
    J’ai aussi lu ces deux titres, mais dans le sens inverse.
    « La panne », je l’avais lu en allemand pendant mes études, en version pièce radiophonique (il existe aussi une version roman et une autre pièce de théâtre – laquelle avez-vous lu ?). J’avais adoré ! Incroyable, flippant, « doucement barré » comme vous le dites si bien.
    Ensuite, j’ai lu, pour mon propre plaisir mais toujours en allemand, « Le juge et son bourreau ». J’avais bien aimé aussi mais n’avais pas tout compris non plus (et encore moins en allemand !).

    1. @ Lewerentz : mais je ne demande qu’à lire des auteurs suisses. Il faut me donner des noms c’est tout 🙂 J’ai vu qu’il y avait une adaptation théâtrale mais j’ai lu le roman. Je vois que nous sommes d’accord que c’est La panne qu’il fallait garder dans les 1001 livres. Je lirai bientôt d’autres ouvrages de cet auteur. J’en parlerai peut être.

  3. Je ne connaissais pas du tout ._.
    Merci donc pour cette découverte, La panne me tente bien, mais en ce moment je n’achète rien, je note donc pour un jour prochain !

  4. Je n’ai de loin pas tout lu de cet auteur mais j’aime beaucoup son oeuvre. Je suis heureuse de voir que tu en parles sur ton blog car Dürrenmatt mérite vraiment d’être découvert. Je peux te conseiller La Promesse qui a été adapté au cinéma (The pledge, avec Jack Nicholson ou Die Physiker (lu en allemand mais je ne suis pas sûre qu’il soit traduit en français), une pièce de théâtre tout aussi « barrée » que la Panne.

  5. Je ne connaissais pas du tout non plus… mais ça me tente beaucoup, surtout que j’essaie de sortir un peu de mes lectures habituelles, trop axées sur la France et les pays anglo-saxons.

    1. Je me dis exactement la même chose. J’aimerais découvrir les littératures proches de la France : Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Espagne, Portugal. Ensuite, j’aimerais connaître la littérature grecque (ils en parlent dans 1001 livres : j’étais donc comblée parce que je vais pouvoir enfin découvrir), la littérature des pays des Balkans, des pays baltes aussi, russe. Sans parler des littératures asiatiques, des pays du Pacifique, d’Amérique du Sud (pour l’instant j’essaye l’Argentine), d’Amérique centrale, des littérature africaines. Quand je vois que je ne suis capable de lire que de la littérature hexagonale (parce que la littérature francophone connaît pas non plus), et des îles britanniques (Australie, Nouvelle Zélande connaît pas non plus, pareil pour les États-Unis), je suis furieuse contre moi parce que ce sont des littératures qui ressemblent tellement à ce que l’on connaît. J’aimerais aussi ouvrir plus mon champ de vision. Je n’aurais jamais assez d’une vie pour ça …

  6. Bonjour Cécile, un petit mot pour te signaler que j’ai décidé de lancer un mini-challenge Dürrenmatt pour le 20ème anniversaire de sa mort. Si tu es toujours motivée par La Promesse (qui est vraiment très très bien, je le répète… je fais du forcing, meuhh non ;-)) ça dure toute l’année 2011. A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.