Le Mangeur de citrouille de Penelope Mortimer

J’ai acheté ce livre sous forme électronique, après avoir lu un article dans le Matricule des Anges de ce mois-ci, dans l’idée de le lire pendant ma semaine de vacances. Je ne regrette pas du tout mon achat car comme d’habitude avec les livres conseillés par ce magazine, c’est un livre qui me titille, me dérange, m’interroge et c’est ce qui compte en littérature finalement.

Le Mangeur de citrouille raconte le mariage de Mrs. et Mr. Armitage, de son point de vue à elle (qui est de loin le plus intéressant). Le livre s’ouvre sur l’annonce aux familles du mariage. Les deux futurs mariés s’attendaient aux réactions mais elles semblent rudes au lecteur. Le père du marié ne comprend pas le choix de madame car son fils ne peut être un bon mari et surtout un bon père pour les enfants qu’elle a déjà d’autres mariages car il n’est pas suffisamment mature. Les parents de la mariée ne comprennent pas le fait que le jeune homme veuille prendre autant d’enfants, qui ne sont pas les siens, à charge car notre personnage principal en est tout de même à son quatrième mariage (deux divorces et un veuvage ont clôturé les précédents). Personne ne s’oppose au mariage, même si le père de la mariée (avec le soutien du futur) oblige sa fille à abandonner ses trois premiers enfants (plus exactement, il veut les envoyer en pension et les prendre chez lui pour les vacances, leur mère ne les voyant plus de fait). Malgré de nombreux scrupules, elle le fait pour pouvoir se marier avec son nouvel amour.

Le mariage se fait et le début se passe bien. Le mari, qui travaille dans le cinéma, a de plus en plus de succès, l’argent lui permettant d’engager de nombreux domestiques pour décharger sa femme. Le problème est que le couple s’éloigne de plus en plus, lui étant absent et elle n’assumant plus le rôle d’épouse et de mère qu’elle affectionne. Elle déprime de plus en plus, d’autant qu’au bout de neuf ans de mariage, son mari la trompe avec une jeune femme qu’ils hébergeaient. Son mari l’envoie chez un psychiatre (idiot), qui lui fait revenir sur son enfance, son adolescence, ses précédents mariages … sans jamais penser que le problème est peut-être le mari. Pour lui, le cœur du sujet est cette volonté d’avoir trop d’enfants, alors que l’époque lui permet de contrôler cela (le mari, les parents, tout le monde est d’accord sur le côté pathologique). Ces séances n’améliorent absolument pas l’état de la dame, qui elle veut tomber enceinte parce qu’elle estime que son couple ira mieux, qu’elle-même ira mieux. C’est un désir qu’elle ressent profondément.

Quand elle tombe enceinte, le mari encourage fortement sa femme à avorter et à se faire stériliser. Celle-ci accepte, même si cela va la mutiler, car elle aime toujours son mari et souhaite tenir compte de ses désirs (plus que des siens en fait). Elle découvre après, mais cela se passe au même moment, que son mari la trompe avec une amie du couple et que celle-ci est enceinte (alors qu’il ne voulait pas d’enfants de sa femme). Cela va bien évidemment remettre en cause son statut de mère et d’épouse, mais aussi lui permettre de s’envisager, de s’affirmer en tant que femme.

J’en dis beaucoup dans ce résumé (comme le faisait l’article du Matricule des Anges) mais ce qui est important ici, plus que l’histoire, c’est de suivre et de saisir les sentiments de Mrs. Armitage, vis-à-vis des événements.

Cela a été très difficile pour moi de comprendre Mrs. Armitage. Le roman étant largement autobiographique, je pense que cela vient du fait que le personnage n’est pas un personnage de fiction et que l’auteur a mis beaucoup d’elle dans ce roman (tout est décrit avec tellement de sincérité mais aussi de lucidité, c’est assez poignant). Ainsi, le personnage principal a un côté dual, hésitant que l’on peut comprendre dans la réalité. Je m’explique. Son histoire avant son quatrième mariage trace pour moi le portrait d’une femme forte et indépendante, qui suit ses instincts, ses amours, plus exactement ce qu’elle pense bien pour elle, sans se soucier de ce que son entourage pense. Je ne pense pas que dans les années 60 ce comportement était si courant que cela.

Je n’ai pas compris son changement total de comportement avec son nouveau mari . Qu’est-ce qui s’est passé ? Je comprends l’enfermement dans le quotidien, dans la routine … mais qu’est-ce qui fait qu’elle est restée cette fois-ci, alors qu’; il demande beaucoup tout de même. Un reste d’amour, de tendresse ? La pression du mari, qu’il faut satisfaire ? J’ai trouvé que ce n’était pas assez expliqué (cela devait être clair pour Penelope Mortimer, vu qu’elle l’avait vécu). Je pensais toujours en lisant « mais pars avant qu’il ne soit trop tard ! Il va te détruire ! » Ce qui a amplifié ma perplexité, c’est le fait qu’après l’opération, elle prend encore sa défense, et se prend même à penser que c’est bien car elle va pouvoir enfin faire l’amour sans « craindre » une grossesse. Craindre est son mot et là, je me suis dit mais les enfants, tu les as fait en connaissance de cause (c’est ce que j’avais compris au début), ou tu as pris les choses telles qu’elles sont venues et tu les as aimés, comme c’est normal. Et dans ce cas-là, je n’ai pas compris ce qui avait changé.

En conclusion, Penelope Mortimer aurait pu faire beaucoup plus long, parce que son roman est important et très intéressant, son personnage principal incarné ; cela méritait encore plus de profondeur. Je conseille ce roman car il fait réfléchir sur ce que l’on peut accepter par amour, et surtout à quel point on peut être aveuglé. C’est un appel à se faire confiance !

Références

Le Mangeur de citrouille de Penelope MORTIMER – traduit de l’anglais par Jacques Papy (Belfond / Collection Vintage, 2018)

Un siècle de littérature européenne – Année 1962

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.