Murder at home de Faith Martin

J’ai découvert récemment que je pouvais emprunter tous les mois, gratuitement, avec mon abonnement premium sur Amazon, un ebook. En cherchant au hasard dans le top des ventes, car le catalogue n’est pas terrible quand on fait seulement une recherche sur des titres récents, je suis tombée sur une série de romans policiers, se passant dans le Oxfordshire. Murder at home est le sixième de la série et le cinquième que je lis (ne me demandez pas pourquoi je n’ai pas lu le premier, je n’en sais absolument rien).  Pour l’instant, je n’ai jamais été déçue par les histoires, les personnages sont de plus attachants, intéressants et très bien plantés. Rapidement, la lecture de cette série est devenue mon petit plaisir du mois, un vrai rituel. J’emprunte l’ebook le premier, je ne le lâche plus jusqu’à l’avoir terminé. Un emploi du temps un peu chargé fait que ce mois-ci, je l’ai lu en fin de mois. D’où mon billet aujourd’hui.

L’action se situe dans le Oxfordshire, dans des petits hameaux ou villages où même l’inspecteur Barnaby serait satisfait du taux de morts violentes (au crédit de Faith Martin, ces histoires sont très crédibles, et surtout jamais exagérées ou glauques). Les causes de ces morts sont (en général) trouvées par la police de la Thames Valley. Nous suivons, nous, Hillary Greene et les membres de son équipe, qui résolvent dans chaque tome une affaire de meurtre.

Hillary Greene est une femme de quarante ans, plutôt jolie (même si elle en doute, la poussant à toujours surveiller son poids) et très intelligente. Tout le monde, des membres de son équipe à ses supérieurs, s’accordent pour louer ses talents d’enquêtrice, elle allie intuition et déduction, à un grande empathie pour le genre humain. Elle a un taux de résolution de 100% (ce qui est plutôt positif pour le lecteur puisqu’il est sûr d’avoir la solution du problème à la fin du livre). Elle a été mariée mais son mari, lui-même policier, s’est tué dans un accident de voiture, alors qu’il était sous le coup d’une enquête pour un trafic juteux. Cela ne change pas grand chose pour elle, puisqu’ils étaient en instance de divorce. Pourtant, les enquêteurs ont aussi étudié son cas pour savoir si elle était mêlée au trafic de son mari. Bien sûr, ils n’ont rien trouvé (sinon elle ne serait pas notre héroïne) mais Hillary en garde un peu l’idée qu’elle doit toujours faire ses preuves et une certaine incertitude sur la place qu’elle occupe. Dans les premiers tomes que j’ai lu, Hillary Greene n’avait pas de vie privée (elle était embourbée dans les histoires de son mari) mais dorénavant, elle sort avec Mike Regis, inspecteur des mœurs fraîchement divorcé, qui lui tournait autour depuis un certain temps. Hillary, bien qu’heureuse et épanouie, semble dans ce tome, s’interroger pour savoir jusqu’où elle peut aller avec lui (jusqu’à emménager chez lui alors qu’elle est si heureuse sur son petit bateau). Le supérieur d’Hillary souhaite en profiter pour tirer son épingle du jeu et faire valoir ses propres qualités.

Hillary Greene est secondée par Janine Tyler, jeune femme blonde, belle et intelligente (décidément toutes les femmes sont belles et intelligentes dans cette série) mais aussi arriviste, avec les dents qui rayent le parquet. Pour cela, elle travaille d’arrache pied et apprend beaucoup d’Hillary, même si parfois, elle doute des décisions de sa supérieure. Sa relation avec Mel Mallow, deux fois divorcé avec une très jolie maison héritée de son deuxième divorce, ancien supérieur d’Hillary, et qui est monté récemment d’un échelon, paraîtrait suspecte à n’importe qui. Pourtant, ce n’est pas le cas, ils vont même se marier dans ce tome. Mel Mallow, personnage très posé, tempère efficacement le caractère impulsif et explosif de Janine.

Frank Ross est le boulet de l’équipe. C’est un ancien copain de l’ancien mari d’Hillary, mouillé dans les trafics, même si rien n’a pu être prouvé. Il ne travaille pas beaucoup, passe son temps au pub (sous prétexte d’enquête), fait des remarques acerbes. Il est placé dans l’équipe d’Hillary parce que personne n’en veut. Pourtant, au fur et à mesure, on découvre un personnage qui a un bon fond. C’est un policier à l’ancienne avec des méthodes pas forcément orthodoxes, qui connaît particulièrement bien les bas-fonds de sa région grâce à un réseau d’indics assez impressionnant (en tout cas, c’est ce que l’on peut penser car Faith Martin ne nous raconte jamais comment il en arrive à ses résultats).

Dans ce tome apparaît un nouveau personnage, Keith, qui vient de la police de Londres, muté après avoir frappé son officier supérieur (pour de bonnes raisons d’après les explications qui nous sont données). Il cache cependant quelque chose sur sa vie privée, car l’auteur nous indique qu’il reçoit un visiteur mystérieux dans sa chambre (je me doute du secret mais je peux me tromper). On en saura sûrement plus dans le tome 7. Tout cela pour dire qu’on n’en sait encore pas assez sur lui pour que je puisse raconter quelque chose. L’ancien personnage a quitté la série à la fin du tome 5 (il devait coûter trop cher) après avoir eu une promotion et s’être marié.

Comme vous pouvez le constater, la description des personnages est vraiment très précise et incarnée. On sait tout de leur caractère, de leur vie privée, de leurs ambitions, de leurs sentiments et opinions. Pourtant, ce n’est pas la partie la plus importante du roman, l’histoire est toujours prépondérante dans les romans de Faith Martin. On n’oublie jamais l’histoire, sur quoi on enquête …

Ici, l’histoire est assez simple mais la résolution inattendue. Une vieille femme est retrouvée un matin, poignardée dans son fauteuil, devant sa télé toujours allumée, peu de jours avant son soixante dix-septième anniversaire.  Il n’y a pas de traces de violence, comme si elle s’était laissée surprendre dans son sommeil. Qui pouvait bien en vouloir à cette vieille femme qui n’avait absolument rien et vivait de bonheurs simples ? En plus, elle était mourante, souffrant d’un cancer incurable. Ses voisins et amis sont formels : elle n’avait pas d’ennemi, c’est absolument incompréhensible. Il y a bien son petit-fils, un drogué qui venait lui demander régulièrement de l’argent, qu’elle lui donnait. Mais cette piste est rapidement abandonnée, quand on le retrouve mort d’une overdose dans un squat. Hillary retrouve une vieille photo qui semblait avoir de l’importance pour la vieille femme. Cela ne mènera pas loin non plus, même si on en découvre un peu plus sur la vie de la victime.

C’est d’ailleurs le secret de fabrication de Faith Martin. Ses livres sont addictifs (et courts, environ 230 pages) et ont deux piliers : d’une part la déduction et le raisonnement logique pour la résolution de l’enquête et d’autre part la découverte de la vie et de la personnalité de la victime. Hillary Greene utilise volontiers les interrogatoires et autres discussions pour avancer dans son enquête, employant ainsi un de ses points forts : son empathie et son intuition vis-à-vis de ses contemporains. Le travail et l’organisation de la police sont peu décrits (le porte à porte, la médecine légale est abordée mais légèrement, et uniquement du point de vue des résultats). Les personnages, principaux et secondaires, sont décrits grâce à leurs actions dans l’enquête.

Tout cela fait qu’on a un roman ramassé mais fouillé, plein de rebondissements, avec des personnages attachants : on ne le lâche pas ! Vous aurez compris que pour moi, cette série est à la même place que celle d’Isabel Dalhousie, même si elles sont très différentes, dans le sens où j’attends la lecture du prochain tome avec beaucoup d’impatience car je veux toujours savoir ce qu’il se passe pour les personnages.

Références

Murder at Home de Faith MARTIN (Joffe Books, 2017)

4 réflexions au sujet de « Murder at home de Faith Martin »

  1. depuis que tu as publié ton premier billet à propos d’un roman de Faith Martin, j’ai reçu la série en livres numériques – il faudrait que je m’y mette, mais tu connais le problème = d’autres livres ont montré le bout de leurs pages entretemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.