The Quiet Side of Passion de Alexander McCall Smith

Cela vous aura peut-être échappé, mais début juin est sorti le douzième tome des aventures d’Isabel Dalhousie. Si vous suivez ce blog depuis un peu de temps, vous savez tout l’amour que je porte à cette série. Elle me fait tout oublier et j’en ai bien besoin en ce moment. Le livre est  donc sorti au bon moment et c’est un très bon cru. On gagne de plus en plus en profondeur, je trouve.

Isabel Dalhousie, philosophe, éditrice d’une revue universitaire, réfléchissant sur des problèmes philosophiques de la vie de tous les jours, est maintenant mère de deux jeunes garçons, Charlie et Magnus. Le père est bien sûr Jamie, son mari qui possède toutes les qualités : jeune, beau, gentil, serviable, bon père, bon mari, assumant tous les rôles, tout en donnant des cours de musique à des élèves peu doués et se produisant en concert avec des orchestres ou groupes plus petits. La famille est aidée par Grace, qui avant la naissance des enfants était la dame qui s’occupait de la maison, et qui est maintenant une nourrice assistante.

Les journées des personnages de fiction faisant elles-aussi 24 heures (c’est anormal que même dans un roman, on ne puisse pas changer le temps), Isabel, Grace, Jamie … tout le monde est débordé. Jamie, qui comme je vous le disais est parfait (heureusement que la fiction réussit à créer de tels personnages…), explique à Isabel qu’il va falloir lever le pied et lui propose d’embaucher une aide pour faire l’édition de la revue et une jeune fille au pair pour faire le ménage, pas pour s’occuper des enfants. Jamie explique à Isabel qu’il va aussi falloir réduire sa présence à l’épicerie fine de sa nièce. Isabel est sceptique mais s’incline devant tant de bon sens. J’avoue que j’aurais été de l’avis d’Isabel, dans son cas, faire entrer autant d’inconnus dans sa maison, en un coup, cela fait beaucoup.

Grâce aux hasards de la fiction, elle réussit à trouver deux perles, en tout cas au premier abord.

En rendant visite à son ennemi juré, le professeur Lettuce, elle rencontre son étudiante en thèse, qui lui fait une très forte impression. Elle décide de l’engager. La jeune étudiante lui donne satisfaction, en lui apportant une aide dont elle a besoin, pourtant Isabel est gênée rapidement par la proximité entre l’étudiante et son directeur de thèse. Je vous laisse imaginer tout ce que cela implique de réflexions dans la tête toujours en ébullition de notre philosophe préférée.

La jeune fille au pair est trouvée grâce à une agence spécialisée. Isabel n’ayant pas de préjugés, ne donne pas d’instructions précises (contre l’avis de tout le monde). Elle se retrouve avec une jeune italienne, qui parle déjà très bien anglais. Elle est rapide, efficace, dure à la tâche … la maison redevient propre ! Isabel propose à la jeune fille d’aider à l’épicerie fine (qui vend des produits italiens). Elle y travaille bien, mais séduit le jeune homme qui y travaille, un jeune homme connu pour être très fragile. Tout va de travers pour Isabel … Je pense qu’elle aurait dû laisser Jamie choisir les deux jeunes personnes, car il voit tout de suite ce qu’il se cache sous les apparences.

Mais en attendant la fin du roman, et le licenciement des deux jeunes filles (oui, je spoile mais j’ai remarqué que personne ne lit vraiment cette série comme moi, en attendant chaque tome avec beaucoup d’impatience), Isabel a trouvé un nouveau problème sur lequel se pencher (raconté par Jamie … quand je vous dis qu’il est parfait) : Jamie a entendu parler d’une histoire avec une collègue musicienne. Celle-ci a eu un enfant, dont elle clame que le père est un organiste de la ville que tout le monde connaît. Elle l’a d’ailleurs baptisé du même nom que lui pour que cela se sache. Lui a reconnu l’enfant, paie une pension pour son éducation, alors qu’il n’a pas le droit de le voir. Toute la ville a pris en pitié le pauvre organiste, certains doutent même de la paternité. Isabel est de ceux-ci. Si vous ne connaissez pas la série, il faut vous imaginer qu’Isabel ne supporte pas les injustices et à tendance à vouloir les corriger, même si elles ne la concernent pas, même si elles concernent la vie privée d’autres personnes. Et cela ne loupe pas, ici, c’est une trop grande injustice pour elle et elle décide de sympathiser avec la musicienne, Charlie devient même ami avec le petit garçon. Mais après la rencontre, il s’avère qu’Isabel n’aime pas le personnage, car dès le début, elle se montre manipulatrice. Voyant le danger, et malgré sa curiosité, elle décide de s’éloigner, mais la ville d’Édimbourg est petite et on se recroise rapidement.

Je trouve que cette série s’améliore. Les trois histoires sont intéressantes et s’entremêlent de manière harmonieuse. Cela n’a pas toujours été le cas : il y avait souvent une histoire plus faible que l’autre, ou une histoire prépondérante par rapport à une autre (on ne comprenait pas alors vraiment l’intérêt de cette deuxième histoire). Ici, les histoires familiales et l’enquête d’Isabel prennent, je dirais, chacune une moitié du roman. Les intrigues se mêlent justement, car on rentre ici plus précisément dans la « vraie vie » d’Isabel Dalhousie. Pourtant, vous l’avez sûrement compris, en lisant le billet, une chose manque encore, la vie, les avis, mais aussi les défauts de Jamie. Pour l’instant, ce personnage reste trop superficiel à mon goût, et ressemble à un figurant dans la maison d’Isabel, qui fait des apparitions pour lui permettre de se libérer du temps pour enquêter sur les ragots de la ville. C’est le premier tome, dans lequel cela me frappe. Cela vient du fait qu’ici Isabel se met en danger physiquement et que Jamie a une réaction que je trouve faible et peu claire. Et après, je ne pouvais plus m’enlever de la tête qu’il faudrait qu’on en sache plus sur lui.

Un tome que je vous conseille donc. J’espère qu’Alexander McCall Smith entendra ma remarque sur le personnage de Jamie pour le prochain volume. Si vous voulez le contacter pour moi, n’hésitez pas …

Références

The Quiet Side of Passion d’Alexander McCall SMITH (Little Brown, 2018)

6 réflexions au sujet de « The Quiet Side of Passion de Alexander McCall Smith »

  1. Billet fort amusant. j’en étais restée au tome où Isabel décide de devenir enceinte (à plus de 40 ans si j’ai bien suivi) et bingo, ça se fait dans les deux semaines qui suivent… OK, c’est de la fiction et pourquoi pas? Donc parfois (euh souvent) Isabel est agaçante, mais je te rejoins, une fois dedans ces histoires, on ne quitte pas, même si c’est prévisible, non?
    C’est comme la série Ramotswe, pas de quoi s’agiter, mais c’est tellement agréable et reposant

    1. Mauvaise langue ! Pour le premier enfant, elle n’avait pas encore quarante ans, mais pour le deuxième oui. Mais on n’a pas eu de détail sur la procréation. Ils ont juste décidé d’en faire un à la fin d’un tome (on les a quittés quand ils éteignaient la lumière) et au suivant, Magnus était là. Pas de détail sur la grossesse, sur l’accouchement, les premières semaines … Je ne peux pas dire si c’est prévisible parce que je suis naïve. Du coup, je lis sans trop penser à ce qu’il va se passer ensuite. C’est pour cela peut-être que la série me plaît tant !
      Pour Ramotswe, j’en ai toujours deux dans ma PAL mais otujours pas commencé … Un jour sûrement.

  2. J’avoue que la lecture du premier tome traduit ne m’avait de loin pas laissé un souvenir impérissable mais la lecture de vos billets sur les tomes suivants me donne toujours envie.

    1. Je pense que cela me plairait moins si je les lisais en français … et j’aurais un peu le même sentiment. Mais comme je le dis à chaque fois, c’est comme si vous rencontriez une vieille amie. Vous êtes content de la revoir, mais vous ne vous rappelez pas forcément ce qu’elle a fait les fois dernières. Isabel n’a pas le culot de vous faire remarquer que vous avez oublié tout ce qui la concerne. C’est finalement la personne qui est intéressante et c’est pourquoi je suis toujours contente de la retrouver.

  3. Le tome 1 est sorti en poche récemment, en même temps que le nouveau et je me souvenais avoir lu le plus grand bien de cette série sur ton blog ^^ Hâte de le lire, ce qui ne devrait pas tarder. J’aime beaucoup aussi les Mma Ramotswe du même auteur (bon, je n’ai lu que le premier pour l’instant ^^), j’espère aimer autant cette série !

    1. J’ai de très mauvaises expériences avec 10/18. Il republie des fois les premier et deuxième tomes d’une série, mais pas la suite, alors que les autres volumes ne sont plus disponibles. Je ne sais pas ce qu’il en est pour cette série mais moi, cela m’a fait cela pour les Colin Dexter … J’ai lu le 1, 2 et 13. J’ai commencé la série des Isabel Dalhousie en français, en 10/18 aussi et rapidement je suis passée en anglais et je pense que j’apprécie encore plus depuis ce moment-là. On verra si ton parcours est le même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.