Un ciel rouge, le matin de Paul Lynch

UnCielRougeLeMatinPaulLynchJ’ai ce livre dans ma PAL depuis sa sortie. Je l’en ai sorti car j’ai lu dernièrement le second livre de Paul Lynch, La Neige Noire, paru en cette rentrée littéraire aussi chez Albin Michel. La Neige Noire a été un tel coup de cœur que je me devais de continuer de lire cet auteur et très franchement, je trouve que celui-ci est un cran en dessous (entendons-nous, il est quand même très bon, je lui ai mis 4/5 sur LibraryThing).

On est en Irlande, dans le Donegal, à Inishowen plus précisément (extrême nord de l’Irlande), en 1832. Coll Coyle apprend que le propriétaire de sa terre, Hamilton, a décidé de l’expulser sans aucune raison. Il décide de lui parler, les deux hommes s’emportent et la « conversation » tourne au drame puisque Hamilton est tué. Coll Coyle doit fuir, abandonné son frère, sa mère, sa femme, sa fille et son enfant à naître d’autant que le régisseur du domaine, que l’on soupçonne être le vrai peur de Hamilton, a décidé de ne pas faire intervenir la justice et de faire vengeance lui-même.

La chasse à l’homme commence en Irlande dans le Donegal. On découvre dans toute cette première partie, la vie à l’époque en Irlande : la pauvreté, la précarité, la solidarité aussi. C’est une partie extrêmement violente car tous les soutiens proches, ou non, de Coll Coyle vont être torturés et tués par l’équipe du régisseur.

La seule possibilité de Coll Coyle est de partir, de s’exiler en Amérique. La deuxième partie raconte le voyage en bateau et la troisième narre la vie sur un chantier ferroviaire de Coll Coyle. J’ai aimé ces deux parties pour le côté historique de la migration irlandaise à l’époque, celle de personnes extrêmement pauvres, prêtes à accepter des situations insoutenables dans le but d’avoir une vie meilleure (vous allez me dire que c’est toujours le cas pour des migrations économiques …) Ils bravent la mort 100 fois, sont prêts à travailler comme des bêtes pour pouvoir avoir de l’argent pour faire venir leur famille. La troisième partie en Amérique est intéressante car elle donne à voir la manière dont les États-Unis se sont construits.

Du point de vue humain et historique, le livre est excellent. On s’attache à Coll Coyle et à sa situation désespérée car l’auteur arrive à nous faire sentir ses sentiments. Comme dans La Neige Noire, l’auteur utilise un style très imagée pour décrire la terre et les éléments (la météo principalement). L’écriture de Paul Lynch est reconnaissable et surtout admirable pour cela. Là où je suis sceptique c’est qu’ici cela s’intègre moins bien dans l’histoire. Cela permet au lecteur de s’imaginer dans l’environnement décrit mais cela ne fait pas avancer l’histoire, ne joue pas sur les sentiments du personnage (à part quand il pleut, l’avancée est plus lente et on est donc plus démoralisé). Je n’ai pas ressenti l’attachement à la terre pour la partie irlandaise (120 pages) et encore moins pour la partie américain (d’un autre côté, il n’a pas à être attaché à cette terre vu que ce n’est pas la sienne).

Le livre est très bon, l’histoire est intéressante, se suit très bien dans le sens où on a envie de tourner les pages mais il y a un côté qui peut paraître factice au niveau de l’écriture. L’avantage est que ce roman est plus simple à lire que La Neige Noire.

On se retrouve bientôt pour en parler.

L’avis de Cryssilda et d’autres avis sur Lecture/Écriture.

Références

Un ciel rouge, le matin de Paul LYNCH – traduit de l’anglais (Irlande) par Marina Boraso (Albin Michel, 2014)

5 réflexions au sujet de « Un ciel rouge, le matin de Paul Lynch »

  1. Je l’avais commencé et pas fini, trop de scènes dures à mon goût… mais je lirai sûrement La neige noire, car il a fait de l’oeil à mon mari qui est donc en train de le lire, et je compte le lui emprunter après.

    1. Je suis d’accord que la première partie est assez horrible mais après cela se calme un peu, même s’il y a beaucoup de morts (elles sont « moins violentes »). La neige noire est dur aussi mais plutôt au niveau psychologique. J’espère avoir le temps de faire le billet aujourd’hui !

  2. Ce qu’écrit Kathel me conforte dans le sentiment que j’ai eu en lisant des billets + extraits de ce roman. Mais, comme il s’agit d’un auteur irlandais, je le garde quand même en mémoire, surtout si vous avez aimé.

    1. Je n’ai pas eu le temps cette semaine de faire le billet sur le deuxième livre. Je vais essayer cette semaine. Je trouve qu’il est meilleur, moins violent mais très sombre par contre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.