Le confident de Hélène Grémillon

LeConfidentHeleneGremillon

Mon bleu a disparu. Par contre, maintenant, je suis piquée de partout (sur les jambes en fait) aux moustiques. Quelles sales bestioles tout de même ! Comme tout se conjugue toujours dans ma vie, j’ai lu sur internet que l’arnica conseillé pour mon bleu, ainsi que le déodorant (qui peut faire défauts dans certaines circonstances mais pas dans toutes), étaient de très bonnes choses pour soulager les piqures et ce n’est clairement pas faux. J’ai essayé avant la crème spéciale et l’huile essentielle de lavande alors que maintenant cela me gratte moins tout de même.

Le matin, dans mes transports en commun, je ne lis pratiquement plus qu’en numérique car mon sac abîmait trop mes livres. Je profite des promotions en plus pour lire des textes que je n’aurais pas forcément lu dont celui-ci (tout simplement parce que tout le monde en avait parlé au moment de sa sortie et au moment de sa sortie en poche, double rasades qui avait suffit à me détourner). J’ai énormément aimé, dévoré en trois matins de transports en commun (je vous rappelle qu’en gros en ce moment cela fait 5h30).

Camille est éditrice. Elle attend un enfant d’un homme qui n’en veut pas. Elle est donc seule face à cet évènement d’autant que sa mère vient de mourir subitement, dans un accident de voiture.

Elle reçoit des lettres de condoléances dont certaines très particulières. Un homme âgé lui parle de son premier amour. Tout cela se passe à Nuisement, en Champagne, comme je vous l’ai déjà dit dans mon billet précédent. Cette jeune fille était lumineuse à ses yeux ; elle éclairait sa vie. Par exemple, pour elle, il avait tout appris sur la peinture, surtout les anecdotes pour l’étonner, l’amuser. L’arrivée d’un couple de parisiens fortunés va modifier la donne entre les deux complices. L’histoire se passe sur fond de Seconde Guerre mondiale.

Camille croit au début à un canular, à la tentative d’un écrivain pour se faire éditer, mais elle comprend au fur et à mesure que son correspondant cherche à lui livrer un secret de famille.

J’ai donc beaucoup aimé ce livre pour plusieurs raisons.

Cela touche deux thèmes que j’aime beaucoup en littérature : la filiation et la Seconde Guerre mondiale.

Deuxièmement, cela se passe en Champagne, près de là où je pars en vacances. Cela fait bébé mais j’aime bien quand une histoire se passe dans un lieu que je connais (cela me fait la même chose pour Paris par exemple).

La plus important chose qui m’a plu est la narration ; elle est polyphonique et progressive dans le sens où une nouvelle voix apporte un éclairage nouveau sur un évènement que l’on croyait avoir compris dans les pages précédentes.

Le plus du livre est sa conclusion qui m’a particulièrement surprise, tel un dernier rebondissement.

Références

Le Confident de Hélène GRÉMILLON (Plon / J.C. Lattès, 2010)

2 réflexions au sujet de « Le confident de Hélène Grémillon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.